La presse rend hommage ? Schumacher

Bien qu'il ait perdu tout espoir de remporter une huitième couronne en subissant une casse moteur, l'allemand de 37 ans s'est montré plus que fairplay dimanche, à l'issue de son abandon

Bien qu'il ait perdu tout espoir de remporter une huitième couronne en subissant une casse moteur, l'allemand de 37 ans s'est montré plus que fairplay dimanche, à l'issue de son abandon. Alors que c'était le pire jour de sa vie, Michael Schumacher ne s'est pas énervé et à montré beaucoup de gratitude face à son équipe. La presse a tenu à le féliciter pour cet acte sportif. La course d'hier était une réelle victoire à un niveau humain.

La presse italienne de lundi a rendu hommage au "capitaine" Michael Schumacher, après que la dernière course de l'allemand à Suzuka, se soit soldée par une casse moteur.

Dans un article intitulé "il a également appris comment perdre ", 'La Gazzetta dello Sport' a aussi tenu à féliciter le pilote Ferrari de 37 ans pour la façon dont il a fait face à son premier échec de moteur depuis 111 courses, mais aussi pour avoir perdu presque toutes ses chances de coiffer une huitième couronne.

"Il a fait l'effort, le jour le plus triste de remercier toute son équipe." Le quotidien a aussi ajouté "Schumacher n'a pas mérité de finir sa carrière si extraordinaire d'une manière si cruelle. Mais la sérénité avec laquelle il a réagi à la plus intense de ses défaites l'honore totalement. Il nous laissera les mémoires d'un champion qui, d'années en années, instruit comment perdre, comment accepter des défaites en tant que grand champion."

"La fumée rouge" est le titre de 'La Stampa', un  journal de Turin, suivi de "Schumi sait perdre aussi".

'Tuttosport' a indiqué que Schumacher s'était comporté comme "un véritable capitaine" après son abandon. "Il aurait pu pleurer ou être fou de rage comme un serpent, mais à la place, il s'est comporté comme un homme, il a salué tous ses collègues et n'est pas parti en courant après cette énorme déception". Le journal a écrit : "Schumacher est un monsieur."

'La Corriere della Sera' notait  "il est sûr qu'il ne se retirera pas en tant que Champion du Monde, mais il part comme un homme et un sportif accompli, on peut lui reconnaitre sa générosité face à son équipe qu'il a tout de suite consolée. C'est l'adieu d'un grand." 'La Corriere della Sera' termine en disant "où pouvons-nous trouver un autre type comme celui-ci ?"

'La Repubblica' critiquait Ferrari en disant que l'équipe avait "laissé Schumacher vers le bas au moment le plus important."

Plus prévisible, la presse espagnole a écrit une ligne en se réjouissant de l'abandon de Schumacher, en disant "Echec et mat". 

'El Mundo' indiqué que Ferrari a commis un "Harakiri", terme occidental pour le suicide japonais traditionnel.

'Le Marca' a préféré pour sa part avouer que Schumacher était admirable car "il a accepté la défaite comme un homme".

Une chose est sûre, même si Schumacher a sans doute perdu la course au titre dimanche, il en a remporté une plus belle, celle du fair play et de l'humanité qui fait de lui "un vrai capitaine".

Rejoignez un grand projet !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités