Mosley veut une F1 ?cologique

Le président de la FIA Max Mosley pense que ses plans d'introduction d'une technologie ecologique en F1 va révolutionner le développement du marché des voitures hybrides, sur la prochaine décennie

Le président de la FIA Max Mosley pense que ses plans d'introduction d'une technologie ecologique en F1 va révolutionner le développement du marché des voitures hybrides, sur la prochaine décennie.



Le mois dernier, Mosley a invité les grands constructeurs de la F1 à étudier d'ici 2011 une nouvelle forme de moteur, année pour laquelle la FIA veut déjà imposer une limite de puissance aux moteurs à travers la consommation de carburant, plutôt que par l'habituel travail sur la taille des moteurs.



Il espère encourager les constructeurs à introduire des technologies hybrides à leur programme F1. Mosley estime que leur développement dans ce sport pourrait dès lors favoriser leur utilisation sur la route.



Pour faire simple, nous invitons les grandes marques automobiles à partager leurs recherches sur l'économie de carburant avec la F1

”, explique Mosley dans les pages de 'F1 Racing'.



Les voitures hybrides recyclant l'énergie créée par les freins sont devenues communes sur nos routes, mais elles souffrent de deux problèmes majeurs.

"



Tout d'abord, elles utilisent des batteries qui ne se rechargent que très lentement, et si les freins sont sollicités trop fermement, la plupart de cette énergie est perdue.

"



Ensuite, les batteries, moteurs électriques et la matériel y étant associé sont très lourds, ce qui n'est pas bon pour l'économie de carburant et qui prend beaucoup de place

", continue-t-il.



Mais imaginons que nous possédions des systèmes similaires, qui pourraient absorber de grandes quantités d'énergie, pour un poids et une taille moindres. Une fois perfectionnés, ils pourraient emmagasiner toute l'énergie créée par la voiture et la réutiliser, plutôt que du carburant, pour l'accélération par exemple.

"



Et le fait d'être plus léger aurait un effet non négligible sur la consommation générale.



Sur les dix dernières années, de grandes équipes telles que McLaren avaient commencé à expérimenter cette technologie de recyclage d'énergie, mais cette dernière fut interdite pour des raisons de sécurité.



Mais Mosley aimerait maintenant que les énormes budgets des constructeurs servent à étudier plus en profondeur les technologies environnementales, plutôt que de tout placer dans le développement des technologies actuelles, pour finalement pas grand chose.



Si nous autorisons de tels dispositifs en F1, quelques uns des meilleurs ingénieurs du monde travailleront sur l'optimisation du stockage d'énergie tout en réduisant le poids et la taille. C'est exactement ce dont nous avons besoin

", avance-t-il.



Plutôt que de laisser les seuls ingénieurs de l'industrie automobile travailler lentement et difficilement sur ces dispositifs, ils seraient rapidement mis sous les projecteurs de la grande scène qu'est la F1, et de nouvelles versions plus évoluées apparaitraient très vite, et non quelques années après.

"



La F1 réussit très bien à rendre les choses légères et efficaces. Et très vite, de nouvelles versions de ces dispositifs, relativement peu chers, pourraient être offerts sur des voitures de série de très haute performance.

"



Le résultat serait une meilleure performance pour une consommation moindre

", résume-t-il.



"Eventually, such devices would be fitted to everyday cars, with huge benefits for fuel economy.”

Rejoignez un grand projet !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren
Type d'article Actualités