Renault répond aux allégations concernant l’espionnage

Le 6 septembre 2007, il a été porté à notre attention qu’un ingénieur (Monsieur Phil Mackereth), qui avait rejoint l’écurie en septembre 2006 après avoir travaillé pour McLaren, avait emporté avec lui des informations étant la...

Le 6 septembre 2007, il a été porté à notre attention qu’un ingénieur (Monsieur Phil Mackereth), qui avait rejoint l’écurie en septembre 2006 après avoir travaillé pour McLaren, avait emporté avec lui des informations étant la propriété de McLaren. Ces informations étaient stockées sur des disquettes et comprenaient des copies de dessins d’ingénierie McLaren ainsi que des fichiers techniques. Ces informations ont été, à la demande de Phil Mackereth, installées dans son dossier personnel sur le système Renault F1 Team. Cela a été fait sans l’accord d’aucun des responsables de l’écurie. Dès que la situation a été portée à l’attention de la direction technique de l’équipe, les actions suivantes ont été entreprises :

• Les informations incriminées ont été effacées de notre système informatique et une investigation en bonne et due forme a été lancée.
• Nous avons immédiatement informé McLaren de la situation puis avons averti la FIA.
• Depuis, nous tenons informés de manière régulière McLaren et la FIA des avancées dans la résolution de cette affaire.
• Monsieur Phil Mackereth a été immédiatement suspendu de ses fonctions.
• Les disquettes originales ont été récupérées et envoyées par nos avocats à McLaren.

Notre investigation a montré que lors de sa prise de fonction au sein de l’équipe Monsieur Phil Mackereth a informé plusieurs de nos ingénieurs de l’existence de ces informations par le biais de dessins. Ils couvraient quatre domaines d’application utilisés par McLaren à savoir : l’intérieur du réservoir d’essence, la boîte de vitesses, un mass damper et un système d’amortisseur de suspension. Les ingénieurs impliqués ont affirmé qu’après avoir brièvement vu ces dessins, aucune de ces informations n’a été utilisée pour influencer la conception de la monoplace Renault et ce, de quelque façon que ce soit. Dans le cas particulier du mass damper, ce système ayant été interdit par la FIA, ces dessins ne représentaient par conséquent aucun intérêt. L’amortisseur de suspension dessiné par McLaren pouvant à son tour être remis en question, une clarification de la FIA l’a ensuite confirmé, sur la base de notre interprétation de ce concept.

ING Renault F1 Team a pleinement coopéré avec McLaren et la FIA sur cette affaire au point d’inviter un organisme indépendant choisi par McLaren afin d’inspecter ses systèmes informatiques, ses voitures et ses dossiers de conception pour démontrer qu’il s’agissait d’un incident malheureux qui n’a cependant en aucun cas influencé le design de ses monoplaces.

Rejoignez un grand projet !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren
Type d'article Actualités