Schumacher et Ferrari croient toujours aux titres

Les espoirs de Michael Schumacher sont restés intacts dimanche, malgré le nouveau retard de 12 points sur Fernando Alonso, à quatre courses de la fin

Les espoirs de Michael Schumacher sont restés intacts dimanche, malgré le nouveau retard de 12 points sur Fernando Alonso, à quatre courses de la fin.



"

J'ai aujourd'hui perdu deux points au championnat pilotes, mais je crois toujours pouvoir gagner le titre

", dit-il après sa troisième place en Turquie.



Tout n'est pas gris chez Ferrari, puisque l'équipe italienne a réduit la marque hier : plus que deux points de retard sur Renault.



"

Nous restons confiants

", dit le Directeur technique Ross Brawn. "

Tous les éléments sont en place pour que nous puissions gagner les deux titres et nous nous battrons jusqu'au bout pour y parvenir.

"



La saison 2006 va forcément connaître un nouveau tourant dans deux semaines, en Italie, dans le fief de Ferrari. Côté pilotes, si Alonso termine devant Schumacher, il aura non seulement fait un pas de plus vers le titre, mais aura également porté un coup au moral des troupes de la Scuderia. Dans le cas inverse, Schumacher pourrait rattraper les occasions manquées et être bien préparé pour attaquer les dernières courses.



Côté constructeurs, les deux équipes doivent quasiment repartir de zéro : deux points d'avance pour Renault, une meilleure voiture pour Ferrari, à l'heure actuelle.



Les essais privés vont néanmoins reprendre dès mardi pour toutes les équipes, notamment à Monza.



"

A Monza et lors des trois courses extra-européennes, nous apporterons beaucoup de modifications sur notre voiture, grâce à l’énorme travail de nos partenaires. Nous serons dans une meilleure forme pour essayer de gagner les deux championnats

", ajoute Jean Todt.



La victoire de Massa, sa première en Formule 1, a été un peu particulière. En effet, tout le monde dans l'équipe ne sera pas forcément satisfait du résultat de la course, à commencer par Schumacher et Jean Todt, le français que l'on avait déjà vu dans des jours plus heureux.



Le rôle de Massa a été clairement défini au sein de l'équipe : il doit supporter Schumacher dans sa quête du titre pilotes.



Massa aurait sans doute laissé passé Schumacher si l'intervention du Safety Car et le scénario qui en a découlé n'avaient pas eu lieu, afin de prendre de précieux points sur Alonso.

Ce qui est arrivé fut tout autre : les deux Ferrari sont rentrées aux stands simultanément lors de l'entrée du SC, Schumacher devant attendre son tour derrière Massa. Le choix fût tactique, car Ferrari ne pouvait pas faire rentrer Schumacher un tour plus tard, ce qui égalait le suicide pour le pilote allemand.

Mais rentrait aussi en compte l'idée et le choix cornélien de demander à Massa de rester en piste, permettant à Schumacher de ravitailler, seul. Ce qui ruinait la course du brésilien, qui était si bien parti vers sa première victoire. L'équipe pensait donc pouvoir faire repasser Schumacher devant Alonso plus tard dans la course, mais la stratégie se révéla erronée.

Lorsque les journalistes ont demandé pourquoi Ferrari n'avait pas demandé à Massa d'échanger sa place avec Schumacher plus tôt, ou rester en piste lors du SC, Todt est resté inflexible quant au choix de Ferrari, qu'il pense avoir été le bon.

"Je pense qu'il y aurait eu cinq fois plus de gens ce soir à la conférence de presse si j'avais demandé à Felipe de laisser passer Michael", dit le français. "C'aurait été l'évènement de ce week-end. Désolé pour vous, mais nous n'avons pas changé l'ordre de passage aux stands."

A la question si Ferrari aurait demandé à Massa de libérer le passage à Schumacher si l'allemand avait passé Alonso dans les derniers tours, Todt a seimplement répondu : "Vous ne saurez jamais."

Rejoignez un grand projet !

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Fernando Alonso , Ross Brawn , Jean Todt
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités