Camions - Nikolaev réussit la passe de trois !

partages
commentaires
Camions - Nikolaev réussit la passe de trois !
Par : Willy Zinck
15 janv. 2017 à 08:45

Le pilote russe emmène un doublé Kamaz et signe une troisième victoire sur le Dakar, après ses succès en 2010 et 2013. Le tenant du titre, Gerard de Rooy, n’a quant à lui pas pu faire mieux que troisième.

Le vainqueur Eduard Nikolaev, Kamaz Master fête sa victoire avec l'équipe
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
Eduard Nikolaev, Team Kamaz Master
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
Eduard Nikolaev, Team Kamaz Master
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov
#505 Team Kamaz Master: Eduard Nikolaev, Evgeny Yakovlev, Vladimir Rybakov

Il suffit parfois d’un petit grain de sable pour venir enrayer une belle mécanique. C’est ce que doit penser Gerard de Rooy à l’heure de faire les comptes de ce Dakar 2017. Pour le Néerlandais, leader au terme de la première semaine avec un peu plus de deux minutes d’avance sur une horde de Kamaz menée par Eduard Nikolaev, ce sont plutôt les intempéries qui sont venues doucher ses espoirs de victoire finale.

Le pilote Iveco a éprouvé des difficultés dès la septième étape, remportée par la sensation Dmitry Sotnikov, dont le parcours avait été ravagé par les pluies diluviennes qui s’étaient abattues sur la Bolivie en fin de première semaine. Toujours premier du général à Uyuni, le Néerlandais sentait néanmoins le souffle du boulet derrière lui, le trio de tête se tenant en moins de cinq minutes.

La huitième étape, à l’instar des autres catégories, était réduite de moitié en raison des conditions météorologiques et voyait un autre Batave, Martin van den Brink, l’emporter pour signer sa seconde victoire sur ce Dakar après celle sur l’étape 2 reliant Resistencia à San Miguel de Tucumán. Le pilote Renault Trucks pourra regretter ses six heures de pénalité cumulées sur ces deux semaines de course, venues gâcher son résultat final.

De Rooy boit la tasse

Nikolaev jouait quant à lui placé en rejoignant Salta en troisième position, avec plus de trois minutes d’avance sur De Rooy, ce qui lui permettait de détrôner son adversaire de la tête du général.  Les choses allaient d’ailleurs se corser à partir de la journée de mercredi pour le pilote néerlandais, qui comptait, comme l’an passé, fournir son effort sur la très longue spéciale de "Super Belen". Las, ce projet fut mort-né à l’instant où la Direction de course prit la décision d’annuler l’étape suite à un glissement de terrain sur le parcours, provoquant l’ire du pilote Iveco.

Dès lors, il n’y en avait plus que pour Eduard Nikolaev, irrésistible sur les trois dernières spéciales. Le Russe décrochait la victoire à San Juan en étant le fer de lance d’un triplé 100% Kamaz, devant Dmitry Sotnikov et Ayrat Mardeev.

Tout l’inverse de De Rooy, qui entamait sa dégringolade en lâchant 23 minutes ce jour-là, avant d’en perdre 39 autres le lendemain. Le tenant du titre tirait alors un trait sur un second sacre consécutif, et laissait une voie royale à Nikolaev qui s’imposait de nouveau sur les étapes 11 et 12, parachevant une édition rondement menée avec au total quatre succès.

Le pilote russe signe donc la troisième victoire de sa carrière sur le Dakar, après celles décrochées en 2010 et 2013. Il termine devant son coéquipier chez Kamaz, Dmitry Sotnikov, à 18’58’’. Gerard de Rooy doit se contenter pour sa part d’une place sur le podium final, rejeté à 41’19’’. Si les écarts finaux semblent importants, ils ne dénotent pourtant pas de la lutte homérique que se sont livrés les deux hommes lors des deux premiers tiers de course.

Nul doute que De Rooy, frustré par les changements de parcours intempestifs qui ont marqué cette 39e édition du Dakar, tentera de reprendre sa couronne en 2018. Plus qu’un an à attendre.

Camions - Classement final

 ÉquipageCamionTemps
1

 Eduard Nikolaev

Kamaz 27:58:24
2

 Dmitry Sotnikov

Kamaz + 00:18:58
3

 Gerard de Rooy

Iveco + 00:41:19
4

 Federico Villagra

Iveco + 01:00:04
5

 Ayrat Mardeev

Kamaz + 02:26:50
6

 Aleksandr Vasilevski

Maz + 02:34:57
7

 Ales Loprais

Tatra + 03:06:56
8

 Teruhito Sugawara

Hino + 03:18:36
9

 Hans Stacey

Man + 03:44:56
10

 Martin Macik

Liaz + 03:54:40
Article suivant
Famin salue "des paires de champions exceptionnelles"

Article précédent

Famin salue "des paires de champions exceptionnelles"

Article suivant

Quads - Karyakin, indomptable, décroche haut la main son premier Dakar

Quads - Karyakin, indomptable, décroche haut la main son premier Dakar
Charger les commentaires