Un Petrucci cabossé mais heureux après sa première semaine de Dakar

Il a longtemps fantasmé ce Dakar et Danilo Petrucci est à présent en plein dans la réalité d'une course éprouvante, qui lui a offert de grands moments durant cette première semaine, jusqu'à une grosse chute vendredi, au lendemain de sa victoire.

Un Petrucci cabossé mais heureux après sa première semaine de Dakar

Danilo Petrucci peut savourer sa journée de repos, après être venu à bout de sa première semaine sur le Dakar, cette course légendaire dont il a tant rêvé. Une première expérience pour lui, qu'il aura vécue à fond avec son lot d'émotions, des larmes de joie autant que de douleur.

Arrivé en Arabie saoudite avec une cheville cassée à l'entraînement, l'ancien pilote MotoGP a craint jusqu'au dernier moment de ne pas pouvoir prendre le départ, la faute à un test COVID-19 faussement positif. Une fois finalement lancé, c'est la mécanique qui s'en est mêlée, le contraignant à l'abandon dès le deuxième jour, et sa malchance a été totale puisqu'il a même perdu ses effets personnels !

Mais l'attachant Danilo Petrucci a de la réserve, on le sait, et deux jours après cette mésaventure il s'est offert sa première victoire d'étape. Une surprise face aux habitués de l'épreuve, mais une confirmation surtout de la vitesse qu'il a su afficher dès le départ en dépit de sa méconnaissance du terrain et de ses tâtonnements en termes de navigation.

Lire aussi :

Après avoir bouclé la cinquième étape le visage baigné de larmes de joie, l'Italien était le premier à prendre le départ vendredi, au petit matin. Et disons que le réveil a été brutal… "Je me suis dit 'Allez c'est mon premier Dakar, hier j'ai gagné et je veux en profiter !' J'ai mis la première, la seconde, la troisième, la quatrième et j'ai explosé !" a-t-il relaté en riant, vendredi soir lors d'un direct de fin de journée sur Instagram.

"Quand j'ai enclenché la cinquième, c'est comme si j'avais appuyé sur bouton d'auto-éjection et je suis parti dans les airs", a-t-il poursuivi en relatant cet accident. "Le soir, on fait une réunion où on nous explique comment serait l'étape et [jeudi soir] on nous a dit que ce serait plein de fesh fesh, mais quand on est partis [vendredi] matin c'était mouillé, c'était très humide et, en gros, c'était [juste] du sable. Mais il y avait des rails tracés par les camions ; j'étais dans celui de droite, j'ai vu cette marche et j'ai pensé que c'était du sable, mais ça m'a envoyé dans les airs."

"Heureusement, j'ai réussi à rouler. Je suis habitué à tomber avec une combinaison en cuir, avec laquelle on glisse, on ne tombe pas aussi fort qu'ici. Ici, on prend des chocs très forts, [ça a été mon cas] aussi bien hier qu'aujourd'hui", a ajouté Petrucci, qui avait déjà subi une chute jeudi en tentant d'éviter un chameau. Cette fois, il estime avoir été éjecté de sa KTM à 100 km/h. Accidenté au même endroit juste après lui, Ross Branch a eu moins de chance puisqu'il en a été quitte pour une jambe cassée.

Danilo Petrucci découvre le Dakar.

Danilo Petrucci découvre le Dakar.

"Je suis reparti. Je me suis dit 'c'est une super journée, j'ai encore abimé la moto aujourd'hui !' Le pare-boue, le protège mains… Tout était cassé, plié. Je suis reparti doucement et je me suis dit qu'aujourd'hui j'allais vraiment faire du tourisme sinon je n'allais pas arriver pas à la fin. Le problème, c'est qu'on était au quatrième km sur 404 !"

Si l'étape devait en effet compter 404 km pour les motos, elle a cependant été suspendue après le 101e, les conditions étant jugées impraticables après le passage la veille des autos et des camions, et par la pluie qui a dégradé le sol. Encore fallait-il rallier le bivouac qui, pour Petrucci, se trouvait à plus de 200 km à cet instant… "Je me suis perdu au 156e km. J'ai commencé à tourner et, vu que je n'avais pas la moindre idée d'où aller, je me suis dit que j'allais me mettre sur la colline la plus élevée et attendre quelqu'un. Sinon, j'avais en tête de mettre Google Maps et de rentrer directement à Riyad ! [rires]"

Si le retour s'est révélé particulièrement long, c'est aussi car cette chute initiale avait laissé des traces. "En arrivant au ravitaillement, je me suis rendu compte que j'avais le bras ouvert. Au ravitaillement ils contrôlent si l'airbag n'a pas explosé et j'ai donc dit qu'il fallait me le changer", a raconté le pilote, qui ne s'était pas aperçu qu'en abimant son airbag il s'était aussi entaillé le coude gauche. "Je suis reparti, on a fait encore 50 km et je me suis perdu. J'étais au beau milieu de ce plateau très rapide et je voyais au loin la poussière de Brabec."

Lire aussi :

Après avoir cumulé 11 minutes de retard dans ses mésaventures du jour, Danilo Petrucci a fini par rejoindre le bivouac. Il lui a d'abord fallu reprendre des forces car il admet qu'il se sentait mal. Déshydraté et en hypoglycémie, il s'est requinqué et a reçu les cinq points de suture nécessaires pour sa blessure au coude, le sourire jusqu'aux oreilles, comme toujours.

C'est sur cette étrange journée que le néophyte en a terminé de sa première semaine de Dakar. Une aventure à proprement parler pour un Danilo Petrucci qui ne cesse de partager son émerveillement, ainsi que son admiration pour les prouesses des vieux briscards avec lesquels il espère un jour rivaliser sur cette épreuve si mythique à ses yeux. Pour le moment, il continue son apprentissage, sans se soucier d'un classement largement impacté par son abandon de mardi.

 

partages
commentaires
Les organisateurs du Dakar entendent continuer la course
Article précédent

Les organisateurs du Dakar entendent continuer la course

Article suivant

Baumel : "Il n'y a pas de controverse" avec le roadbook

Baumel : "Il n'y a pas de controverse" avec le roadbook
Charger les commentaires