De Rooy - "Nous étions étonnés que personne ne nous suive"

partages
commentaires
De Rooy -
13 janv. 2016 à 14:30

Gerard de Rooy ne cachait pas sa satisfaction dans la chaleur du bivouac de Belén, juste après sa deuxième victoire d'étape consécutive sur le Dakar.

#501 Iveco : Gerard de Rooy, Moises Torrallardona, Darek Rodewald
Gerard de Rooy
#501 Iveco : Gerard de Rooy, Moises Torrallardona, Darek Rodewald
Gerad de Rooy
#501 Iveco : Gerard de Rooy, Moises Torrallardona, Darek Rodewald
Gerad de Rooy
#501 Iveco : Gerard de Rooy, Moises Torrallardona, Darek Rodewald
Un mécanicien du Team de Rooy au travail

Ce second succès a aidé le Hollandais à creuser un plus gros écart sur ses adversaires.

La spéciale d'aujourd'hui a encore été bonne pour nous. Nous n'avons eu aucun problème de navigation ni aucune crevaison, c'est le refroidissement qui en a été un: celui du moteur et celui du corps,” disait-il en souriant.

C'était le problème car comme il y avait beaucoup de petits arbres et de végétation, le refroidissement était bloqué avec les feuilles et tout le reste. Mais nous ne nous sommes pas arrêtés pour nettoyer. On a avancé avec le moteur en mode sécurité, donc plus lentement. Quand le moteur chauffe trop, on a moins de puissance. Mais on a continué et on ne s'attendait pas à ce que personne ne nous suive.”

Dans certains virages, l'équipage avait la possibilité de regarder derrière lui et aucun camion n'était à une distance raisonnable.

À l'arrivée, au premier stop, il n'y avait personne et nous étions étonnés mais personne ne poussait derrière nous. On a eu la chance de ne pas avoir de problème aujourd'hui.”

Que pensez-vous de l'arrêt prématuré de la spéciale?

C'est une bonne décision. On a trouvé quelques motard plantés dans le sable et en même temps, trois ou quatre transportés par hélicoptère. Il faisait très chaud: plus ou moins 50 degrés dans l'air et 60 dans notre cabine, voire plus. Je pense que raccourcir la spéciale était une bonne décision. Il y a deux ans, sur cette même spéciale, quelqu'un est mort en raison de la chaleur. C'étaient des situations vraiment extrêmes, on le voit avec les temps: en presque trois heures, il y a de grosses différences entre le 2e et le 3e.”

Aujourd'hui [mercredi], ce sont les fameuses dunes de Fiambalà. “Je ne sais pas ce qu'on verra exactement. On va essayer de prendre un bon départ et de rester concentré pour bien gérer le problème, telle est la priorité désormais.”

Pouvez-vous expliquer le partenariat entre vous et Petronas?

Petronas est un de nos sponsors techniques qui nous fournit principalement en lubrifiants, avec du personnel de nettoyage. Quand on revient, on leur donne à tous des produits afin qu'ils puissent avoir tous les ampholytes qu'on a ramassés durant la course, ils peuvent contrôler pour eux-mêmes mais pour nous aussi, si quelque chose ne va pas au niveau de l'essieu, et nous donnent de bonnes recommandations sur le type d'huile à utiliser s'il fait chaud ou froid. C'est plus qu'une collaboration technique, ils sont fournisseurs de l'usine Iveco et de certaines usines Fiat. Il est donc bon d'avoir quelqu'un derrière nous pour vérifier et nous faire des recommandations. C'est bien.”

Prochain article Dakar
Étape 10 - Nouvelle victoire KTM, avec Stefan Svitko cette fois

Article précédent

Étape 10 - Nouvelle victoire KTM, avec Stefan Svitko cette fois

Article suivant

Camions - De Rooy encore vainqueur, classement chamboulé

Camions - De Rooy encore vainqueur, classement chamboulé

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar
Pilotes Gerard de Rooy
Type d'article Actualités