De Villiers - "La course est loin d'être terminée"

Le Sud-Africain de Toyota s'est emparé mercredi de la 3e place du général et ne pense pas impossible de gagner encore un rang.

Avec L.R., La Rioja – Alors qu'était atteinte la moitié du Dakar 2016, trois Peugeot occupaient les trois premières places du classement général devant une Mini, celle de Nasser Al-Attiyah, bien esseulée. “Jouer le podium s'annonce compliqué pour l'instant,” disait alors Giniel de Villiers.

Celui-ci se trouvait en 5e position et allait perdre cette place en début de semaine au profit d'une autre Mini, celle de Mikko Hirvonen, tombant même en 7e position avant de revenir.

Quelques jours plus tard, ayant profité de l'abandon de Carlos Sainz et des galères de ce même Hirvonen qui occupait la 4e place au général avant le départ de la dixième étape, mercredi (suite aux ennuis de Sébastien Loeb en début de semaine), Giniel de Villiers s'est installé à la 3e place du classement provisoire au terme d'une spéciale difficile mais sans gros souci pour lui et dénuée de toute erreur trop coûteuse.

On a eu une bonne journée et c'était une spéciale agréable et très exigeante. Compliquée, mais qu'on a bien aimé et dans laquelle on a eu des hauts et des bas,” a déclaré le Sud-Africain à Motorsport.com lors de son arrivée au bivouac.

S'il comptait 12 minutes et 31 secondes de retard sur un Nasser Al-Attiyah lui-même devancé d'une heure par Stéphane Peterhansel, De Villiers n'est pas homme à renoncer, lui qui s'était montré le meilleur pilote de l'armada Volkswagen l'année de sa victoire en 2009.

Ce serait génial de finir sur le podium, et la course est loin d'être finie,” a-t-il ajouté. “Je pense qu'on peut se battre encore et peut-être gagner une autre position. Ce n'est pas terminé.”

La journée de jeudi [aujourd'hui] s'annonce compliquée et dure, mais il est bon de savoir que nous allons de l'avant et pouvons nous battre pour le podium. Ça n'a pas été facile, on a perdu du temps car on a trouvé des routes ouvertes et très mauvaises, mais finalement nous sommes en bonne position malgré ces problèmes.”

Des moyens inégaux

Jean-Marc Fortin, le patron de la structure belge Overdrive qui prépare et aligne les Toyota Hilux, déplorait en fin de première semaine que ce Dakar n'en ait pas encore vraiment été un. Les choses se sont en effet améliorées une fois la course de retour en terrain plus connu des spécialistes, dont fait partie Giniel de Villiers, mais ce dernier déplore un autre handicap difficile à surmonter.

Ce n'est pas facile de rivaliser avec le budget des autres équipes,” disait-il mercredi soir. “Nous nous préparons bien et rendons notre Toyota plus forte, mais il y a toujours cette différence de moyens.”

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Dakar
Événement Dakar
Pilotes Giniel de Villiers
Type d'article Actualités
Tags car, de villiers, toyota