"Des pièges partout" pour la seconde semaine du Dakar

Le Dakar s'est élancé ce samedi de Buenos Aires avec un Prologue emmenant les concurrents vers Rosario. La majorité des concurrents s'attend à vivre une deuxième semaine difficile.

De notre correspondant L.R., Buenos Aires - Sur le Dakar, il n'y a pas une seule journée calme. Même le premier samedi, les concurrents ont dû prendre le volant. D'abord pour s'amuser au Technopolis Park de Buenos Aires, puis ensuite pour disputer le Prologue, qui emmenait les concurrents vers Rosario, avant le vrai début de la compétition, dimanche.

Les 347 participants sont d'abord passés sur le traditionnel podium de départ, en commençant par les quads, puis les motos. Parmi les concurrents à deux roues, Joan Barreda, Paulo Goncalves, Toby Price, Helder Rodrigues et Ruben Faria font office de favoris.

Les autos étaient ensuite au rendez-vous, avec l'armada des Mini All4Racing, dont celle du vainqueur en titre, Nasser Al-Attiyah. Les Peugeot étaient également de la partie, avec des applaudissements nourris pour Stéphane Peterhansel, vainqueur à onze reprises, et évidemment pour le nonuple Champion du Monde des rallyes, Sébastien Loeb.

L'Alsacien va donc affronter un nouveau défi, lui qui s'est imposé huit fois d'affilée en Argentine en WRC. "Je suis content de démarrer, mais je ne sais pas exactement où l'on va aller" déclarait-il au pied du podium, à Motorsport.com. "Nous avons beaucoup à apprendre et découvrir. C'est une nouvelle voiture, une nouvelle équipe, et un nouveau challenge. Nous voulons être compétitifs, mais cela sera difficile car nous sommes des débutants et nous pouvons faire des erreurs", ajoutait-il au sujet de l'équipe qu'il forme avec son copilote de toujours, Daniel Elena.

Des dizaines de milliers de personnes étaient présentes au Technopolis, malgré la chaleur, avec un mercure atteignant les 32°C. Un geste que les compétiteurs ont salué, à commencer par le vainqueur en titre, Nasser Al-Attiyah : "J'adore ce pays et ces gens. J'ai déjà gagné deux fois en Argentine, et j'espère qu'on pourra ajouter un nouveau succès. Je vais faire de mon mieux pour m'imposer à nouveau!"

Le défi de la seconde moitié de course

Même si l'atmosphère était à la fête, les pilotes avaient déjà les yeux rivés vers la deuxième semaine de course, où la caravane du Dakar effectuera son retour en Argentine après des spéciales disputées en Bolivie.

"La deuxième semaine à Fiambala sera plus compliquée. Il y aura plus de navigation, surtout autour de Fiambala. Dans cette zone, chaque kilomètre est difficile car il y a des pièges partout" , analysait Stéphane Peterhansel.

Son équipier chez Peugeot, Carlos Sainz, adoptait le même ton : "Lors de la deuxième semaine, il sera temps de voir où nous en sommes et ensuite décider de l'approche à adopter. Ce sera difficile car avec ce parcours, gagner en deux roues motrices sera un double défi" ajoutait le Matador, vainqueur du Dakar en 2010.

Du côté des motos, Joan Barreda, pilote officiel Honda, s'attend à affronter deux points difficile lors de l'épreuve : "Je pense qu'il y aura quelques étapes clés, tout d'abord en Bolivie, où l'on va monter jusqu'à 4'500m d'altitude durant plusieurs kilomètres, notamment lors d'une étape Marathon. Sur la spéciale de Fiambala il faudra aussi faire attention, car les motos seront mélangées aux voitures et aux camions."

Le véritable coup d'envoi du Dakar 2016 aura donc lieu ce dimanche, avec 978 kilomètres au total pour les motos et quads, et 1'008 km pour les autos et les camions.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Dakar
Événement Dakar
Sous-évènement Prologue
Type d'article Actualités
Tags bike, car, challenge, depart, défi, podium