Hirvonen - Je vais apprécier encore plus avec de la navigation

Autre transfuge star du WRC, le Finlandais occupait la 4e place du général mardi soir au volant de sa Mini.

Vainqueur de 15 manches du Championnat du monde des Rallyes, le pilote Mini découvre, comme Sébastien Loeb, le Dakar et n'a participé auparavant qu'au Rallye du Maroc à l'automne dernier (ainsi qu'à la Baja Aragon, mais avec un format bien différent de celui des courses longue distance).

Régulier, Hirvonen a fait son chemin lundi et mardi durant les deux premières spéciales typées rallye, comme on pouvait l'attend re de sa part.

Ce fut vraiment une bonne journée,” disait-il mardi à l'arrivée de la troisième spéciale. “Avec des notes [comme en WRC], ce serait fantastique [rires]! Il pleuvait assez fort à certains endroits, mais on s'en est sorti sans faire d'erreur et sur un rythme très régulier. Alors oui, nous sommes satisfaits.”

Associé à l'expérimenté Michel Périn, Hirvonen n'a pas été très surpris par le pilotage de la Mini. Il est vrai que celle-ci est équipée, comme les World Rally Cars qu'il a pilotées durant des années et au contraire de la Peugeot 2008 DKR, de quatre roues motrices.

Ce n'est pas si spécial de faire de vraies spéciales avec ces voitures,” dit l'ancien pilote Ford et Citroën qui a quitté le WRC fin 2014. “Je m'attends à apprécier encore plus celles avec de la navigation et sur route ouverte.”

On a peut-être été un peu chanceux avec les conditions. Il ne faisait pas trop chaud et les spéciales ont été raccourcies.

Mikko Hirvonen, à l'arrivée mardi soir

Hirvonen serait-il déjà devenu un vrai pilote de rallyes-raids? Pas impossible, même s'il sait que le plus dur et le plus inconnu pour lui reste à venir.

Je ne vais pas prendre de risques à ce stade de la course, et peut-être pas du tout cette année. On a peut-être été un peu chanceux avec les conditions,” reconnaît-il toutefois. “Il ne faisait pas trop chaud et les spéciales ont été raccourcies. Comme elles n'étaient pas très longues, il n'y avait pas trop de pièges mais mes commentaires pourraient bien changer demain!”

Demain, c'est-à-dire aujourd'hui mercredi avec la longue boucle de 429 kilomètres chronométrés dont Nasser Al-Attiyah, tête d'affiche des pilotes Mini, disait mardi qu'elle pourrait être la clé de ce Dakar... Avec plus de navigation et de distance à parcourir, Hirvonen sait bien qu'une seul erreur ou un mauvais jugement peut “mettre un terme à votre course.”

Propos recueillis par Khodr Rawi

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Dakar
Événement Dakar
Pilotes Mikko Hirvonen
Type d'article Actualités
Tags car, hirvonen