WRC
21 janv.
Étape 1 dans
15 Heures
:
03 Minutes
:
24 Secondes
26 févr.
Prochain événement dans
36 jours
Formule 1
C
GP de Bahreïn
28 mars
EL1 dans
64 jours
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
87 jours
MotoGP
25 mars
Prochain événement dans
63 jours
C
GP d'Argentine
08 avr.
Prochain événement dans
77 jours
Formule E
26 févr.
Prochain événement dans
36 jours
C
E-Prix de Diriyah II
27 févr.
Prochain événement dans
37 jours
WEC
17 mars
Prochain événement dans
55 jours
C
6H de Spa-Francorchamps
29 avr.
Prochain événement dans
98 jours
WSBK
C
Assen
23 avr.
Prochain événement dans
92 jours
C
Estoril
07 mai
Prochain événement dans
106 jours

Peterhansel a cassé une jante et une suspension en fin d'étape

partages
commentaires
Peterhansel a cassé une jante et une suspension en fin d'étape
Par :

Stéphane Peterhansel regrette l'opportunité manquée de creuser un peu plus l'écart au général lors de la septième étape, marquée pour lui par une fin de spéciale compliquée.

Même si la victoire d'étape lui échappe toujours sur le Dakar 2021 en Arabie saoudite, battu qu'il a été ce dimanche par Yazeed Al Rajhi pour 48 secondes, Stéphane Peterhansel sait qu'il faut surtout parfois faire fructifier les occasions de pouvoir reprendre du temps, en prévision des journées plus difficiles.

Ce dimanche aurait tout à la fois pu être celle d'un break encore plus net au général face à son principal adversaire Nasser Al-Attiyah que d'un coup dur sur le plan du temps perdu. Finalement, c'est dans un entre-deux que s'est glissé "Monsieur Dakar", reprenant seulement deux minutes sur son rival qatari en raison d'une fin de journée difficile.

Lire aussi :

Deux problèmes ont frappé la Mini : d'abord une jante cassée dont la réparation a pris plus de temps que prévu et ensuite un bras de suspension brisé qui a contraint à un rythme de sénateur dans les derniers kilomètres de cette étape marathon. "À 40 km de l’arrivée, j’ai tapé une pierre et ça a cassé la jante. Et surtout, on a mis longtemps pour changer la roue, car la jante était écrasée sur l'étrier et on arrivait pas à sortir la jante de son emplacement, donc on s'y est repris à plusieurs fois, et ça a pris un peu de temps."

"C’était un peu la galère", a-t-il constaté, semblant d'abord s'appesantir sur ce qui aurait pu être gagné : "C’est dommage parce qu’on était pas trop mal sur les intermédiaires et il y avait un peu de temps à reprendre aujourd’hui, malheureusement on ne saisit pas trop l'opportunité."

Puis, il a ajouté, passant du verre à moitié vide au verre à moitié plein : "20 km avant la fin, nous avons trouvé la voiture un peu bizarre et nous avons fini très, très lentement et nous avons vu que le bras de suspension était cassé. Mais nous avons eu de la chance, nous sommes là."

Au général, Peterhansel compte près de huit minutes d'avance sur Al-Attiyah et 41 sur Carlos Sainz, qui a terminé troisième de cette septième étape, à une trentaine de secondes de son équipier. Pour rappel, cette septième étape était la première partie d'une étape marathon, avec obligation pour les équipages de réparer eux-mêmes leur voiture au bivouac.

"Peterhansel a eu beaucoup de chance aujourd'hui"

Pour le pilote Toyota, justement, toujours en embuscade, la première partie de l'étape marathon a surtout été marquée par sa volonté de jouer la sécurité, estimant ne pas avoir les armes pour se battre véritablement contre son adversaire. "Ce n’était pas simple de s’engager dans l’étape marathon après une journée de repos. Nous avons eu une crevaison et ensuite nous avons été très prudents pour ne rien endommager. La course est serrée avec Stéphane mais il reste du chemin. C’est difficile de battre le buggy avec un 4x4."

Du côté de Carlos Sainz, la satisfaction prime après une nouvelle journée sérieuse. "Je suis heureux. Avant-hier et aujourd'hui, ça s'est bien passé. Je vais essayer de réaliser de bonnes étapes tous les jours d'ici la fin du rallye, des étapes plus propres, et de rattraper le temps perdu. Le rythme est bon et j'espère pouvoir revenir."

Mais l'expérimenté espagnol constate par ailleurs que son équipier chez Mini a joui d'une certaine réussite : "Peterhansel a eu beaucoup de chance aujourd'hui, mais sur le Dakar, il faut avoir de la chance pour gagner à un moment donné de la course. Je suis heureux qu'il ait pu finir, parce que le faire avec un triangle cassé pendant 20 km, si cela lui était arrivé au milieu de l'étape, il aurait dû attendre le camion et cela aurait pris deux à trois heures."

Avec Sergio Lillo

Voir aussi :

Hubert Auriol, légende du Dakar, est décédé

Article précédent

Hubert Auriol, légende du Dakar, est décédé

Article suivant

Motos, Étape 8 - Cornejo s'affirme, De Soultrait abandonne

Motos, Étape 8 - Cornejo s'affirme, De Soultrait abandonne
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar
Catégorie Étape 7
Pilotes Carlos Sainz , Stéphane Peterhansel , Nasser Al-Attiyah
Auteur Fabien Gaillard