Stéphane Peterhansel, leader sous investigation

Le pilote Peugeot, qui a retrouvé la tête du rallye qu'il avait déjà occupée vendredi soir avant de la céder de nouveau à Sébastien Loeb le lendemain, aurait effectué un ravitaillement interdit durant la spéciale.

Avec L.R., Belén - Stéphane Peterhansel a cru perdre beaucoup en début de huitième étape quand une crevaison, l'arrêt pour changer la roue et la gêne provoquée par la poussière de Mikko Hirvonen lui ont coûté cher. Pointé à 6’24” de Nasser Al-Attiyah, leader de la spéciale aux environs de la mi-parcours lundi, il a pourtant terminé à seulement 31 secondes du Qatari, finalement vainqueur de la spéciale après un d'un superbe sprint final l'ayant opposé à Carlos Sainz.

Peterhansel précède désormais son équipier espagnol de 2’09” au général au terme d'une spéciale marquée par les tonneaux de Sébastien Loeb.

Ce fut une étape très mouvementée. Nous avons crevé et perdu beaucoup de temps dans la première spéciale du jour,” a-t-il rappelé à l'arrivée avant d'expliquer : “Dans la seconde, il y avait les premiers hors-pistes, les premières petites dunettes et ce que l’on appelle de l’herbe à chameaux. Là, nous avons adopté un bon rythme et regagné plus de cinq minutes.”

Roulant derrière son équipier Loeb sur la route, qui avait lui aussi été retardé une première fois, Peterhansel s'est retrouvé aux premières loges pour détailler la mésaventure d'un des plus brillants “rookies” que le Dakar ait jamais connu.

Nous ne terminons pas très loin des premiers mais le fait marquant est que Seb [Loeb] est parti à la faute juste devant nous,” a-t-il poursuivi. “Nous étions 20 ou 30 secondes derrière lui. Dans un grand rio très large, il a pris une crevasse et il est parti en tonneaux.”

Cela déstabilise un peu l’équipe car nous avions trois voitures devant. Nous n’en avons plus que deux. C’est moins confortable. Personnellement, je reprends la tête mais c’est impossible de gérer quoi que ce soit.”

L'équipe a eu, elle, un problème à gérer après la spéciale quand Peterhansel a été convoqué puis placé sous investigation par la Direction de course. La raison : un possible ravitaillement en carburant non autorisé auquel il se serait livré durant la spéciale.

Le directeur de l'équipe Peugeot, Bruno Famin, a réagi en expliquant que “les points de ravitaillement existent sur le road-book. Je ne comprends pas la situation.” Et d'ajouter : “Nous courons dans le plus grand esprit sportif,” assurant qu'il ne comprenait pas le pourquoi du comment de cette investigation.

Quandt pas d'accord

Autre son de cloche du côté de Sven Quandt, le responsable de X-Raid qui aligne les Mini officielles dont celles de Nasser Al-Attiyah et Mikko Hirvonen, qui assistait à l'entretien.

Le règlement est très clair et il est facile de trancher,” a dit l'Allemand. “Lors du meeting [avant le départ du jour], il a été dit qu'il n'y aurait aucun ravitaillement. C'est ce que dit le règlement.”

C'est clair à 100 % sur ce point. La spéciale inclut une partie de liaison et le point de recharge sur le road-book concernait les motos et les quads, pas les autos.”

Bruno Famin a précisé que seul Peterhansel avait ravitaillé durant la spéciale, mais la rumeur courait tard hier soir sur le bivouac de Belén que Carlos Sainz avait agi de la même façon.

Affaire à suivre.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Dakar
Événement Dakar
Sous-évènement Étape 8 : Salta - Belen
Pilotes Stéphane Peterhansel
Type d'article Actualités
Tags car, peterhansel, peugeot