Toyota gagne son appel après la pénalité de 5h de De Villiers

Toyota Gazoo Racing a eu gain de cause dans son appel pour la pénalité de cinq heures infligée à Giniel de Villiers en début de semaine à la suite d'une collision avec une moto. En conséquence, le Sud-Africain est désormais quatrième au classement général des autos sur le Dakar.

Toyota gagne son appel après la pénalité de 5h de De Villiers

Giniel de Villiers était sous le feu des critiques ces derniers jours en raison de deux collisions avec des motos survenues lors des deux premières étapes du Dakar. Le Sud-Africain a reçu une pénalité de cinq minutes pour la première infraction, avant qu'une deuxième pénalité de cinq heures n'émerge mercredi en raison du deuxième incident. En franchissant le sommet d'une dune où se trouvait un motard, De Villiers avait en effet endommagé la moto, causant l'abandon du pilote.

La pénalité de cinq heures dont il a écopé semblait assez généreuse, car des concurrents ont déjà été exclus par le passé pour des faits similaires. Par ailleurs, le Sud-Africain a proposé de dédommager le motard, le Marocain Mohamedsaid Aoulad Ali, pour les dégâts de sa machine et son inscription à la prochaine édition du Dakar.

L'affaire semblait donc devoir s'arrêter là pour l'équipe Toyota Gazoo Racing, en tête du classement général avec Nasser Al-Attiyah. Cependant, il est apparu vendredi après-midi que l'équipe avait réuni suffisamment de preuves pour déposer une réclamation contre la pénalité de son pilote. Les commissaires de la FIA ont donc décidé de rouvrir le dossier.

"De nouvelles preuves significatives et pertinentes, qui n'étaient pas disponibles au moment de la décision, ont été fournies par Toyota Gazoo Racing", a indiqué la FIA dans un bulletin. "Les commissaires réexaminent donc la décision n°14 sur la base des nouvelles preuves fournies." La décision des commissaires a rapidement suivi, accompagné de la chronologie détaillée des événements.

Les nouvelles preuves incluent les données GPS exactes, qui n'étaient pas disponibles au moment où a été prise la décision mercredi. "Au moment de l'audience et de la décision, Toyota Gazoo Racing n'avait pas accès aux données détaillées du système de suivi", indique la note officielle. Un représentant d'ERTF (le fournisseur du système Sentinel) a examiné la voiture le 6 janvier et il a conclu que la réception à l'intérieur de la voiture était "adéquate, mais pas optimale". Il est donc possible que le signal ait été transmis plus tard, bien cela n'ait pas pu être confirmé.

Il apparaît en tout cas que De Villiers et son copilote ont été avertis par le système Sentinel deux secondes avant la collision. Les commissaires ont jugé qu'il n'était pas pertinent de savoir si l'équipage avait entendu le signal, cependant ils ont reconnu qu'un laps de temps de deux secondes était trop court pour réagir. Compte tenu du fait que De Villiers a fait le nécessaire pour éviter le motard, il a été décidé de retirer sa pénalité.

"Après avoir examiné et pris en compte toutes les preuves, les commissaires ont conclu qu'aucune infraction n'a été commise par le pilote. De fait, la décision n°14 est retirée."

Le retrait de cette pénalité de cinq heures signifie que Giniel de Villiers remonte à la quatrième place du classement général provisoire. Il compte maintenant un peu plus de 51 minutes de retard sur Nasser Al-Attiyah et talonne Yazeed Al Rajhi et Sébastien Loeb.

Lire aussi :

Classement général provisoire après l'Étape 6

  Pilote Auto Écart Pénalité
1 Qatar N. Al-Attiyah Toyota 20:37'24  
2 Saudi Arabia Y. Al Rajhi Toyota +48'54 0'35
3 France S. Loeb BRX +50'25  
4 South Africa G. De Villiers Toyota +51'56 5'00
5 Argentina L. Alvarez Toyota +1:06'58  
6 Poland J. Przygonski
Mini
+1:16'25  
7 Russian Federation V. Vasilyev BMW +1:22'08  
8 Argentina O. Terranova
BRX
+1:24'00 12'00
9 Czech Republic M. Prokop Ford +1:30'30 7'00
10 Argentina S. Halpern
Mini
+1:42'25 5'00

partages
commentaires
Motos, Étape 6 - Sanders vainqueur d'une étape interrompue
Article précédent

Motos, Étape 6 - Sanders vainqueur d'une étape interrompue

Article suivant

Loeb mystifié par les motos : "On a suivi les traces comme des cons"

Loeb mystifié par les motos : "On a suivi les traces comme des cons"
Charger les commentaires