Van Beveren "ému" aux larmes mais "tout reste à faire"

Fort d'une très belle régularité depuis une semaine, Adrien van Beveren s'est installé dimanche aux commandes du Dakar 2022. Un moment fort en émotion pour un pilote qui revient de loin.

Van Beveren "ému" aux larmes mais "tout reste à faire"

Quand il a appris, à l'arrivée de la septième spéciale du Dakar, qu'il était désormais leader du classement général, Adrien van Beveren a eu du mal à contenir son émotion. Néanmoins le Français est d'abord resté focalisé sur la journée qu'il venait de boucler, encore une fois très solide, sans être le plus rapide de la meute mais sans non plus commettre d'erreur rédhibitoire. Le pilote Yamaha en a conscience, c'est ce qui fait sa force sur cette édition où, s'il est généralement discret au scratch, sa régularité le récompense de fort belle manière.

Ce dimanche encore, Adrien van Beveren s'est conformé à son plan de route. Il le confesse, il pourrait aller plus vite, attaquer davantage, mais le Dakar est évidemment aussi une course de fond, et de navigation, avec interdiction de se perdre pour ne pas voir les minutes s'égrener. Entre Ryad et Al Dawadimi, les changements de piste étaient nombreux et il fallait peser la part de risques à prendre.

"J'ai essayé de vraiment rouler en attaquant le plus que je pouvais, mais c'était vraiment une spéciale technique en navigation", confirme Adrien van Beveren. "Il y avait vraiment beaucoup de changements de direction. C'est une belle journée pour moi, j'ai été solide, encore une fois consistant du début à la fin et c'est top."

"Je savais qu'aujourd'hui je pouvais faire une belle opération. J'ai tout donné pour ça. Mais c'est difficile de dire 'J'attaque'. J'ai envie d'attaquer plus vite, plus vite, je peux aller plus vite que ça, mais pour contrôler toute la navigation… Il y a un moment où j'ai fait un petit demi-tour, j'ai lâché une ou deux minutes. J'ai roulé pas mal avec Toby Price, on se confirmait la navigation. Et puis après j'ai ouvert, j'ai adapté mon rythme à moi-même, je me suis dit qu'après tout c'est ce qui m'allait le mieux. Ça a bien marché, c'est cool."

Se retrouver en tête du Dakar à la septième étape, ce n'est pas rien. 

Adrien van Beveren

Et puis, avant de s'engager sur la liaison pour achever cette septième étape, Adrien van Beveren a craqué, quelques instants, touché par ce retour au sommet après des années où les accidents ne l'ont pas épargné, mais dont il a su se relever dans l'adversité.

"D'où je reviens, ça me fait plaisir, c'est top…", souffle-t-il avant de laisser échapper les larmes. "J'ai vécu deux années difficiles avec les accidents, et parfois des… Je n'ai jamais douté de moi mais parfois d'autres personnes ont douté de mes capacités à revenir. Et c'est difficile parfois de se battre contre tout ça. Et aujourd'hui ça fait du bien, ça fait plaisir, de se retrouver en tête du Dakar à la septième étape, ce n'est pas rien. Je vais tout faire pour conserver ce que je fais aujourd'hui, sans forcément m'emballer."

"J'ai pour objectif de passer la ligne d'arrivée. Je vous l'avais dit dès le début et je ne vais pas le changer, je vais essayer de m'en servir, d'écouter tous les gens qui sont autour de moi, depuis tout petit, je pense à ma famille et à mon coach Sébastien… Je suis ému, désolé… Je vais essayer de respecter le plan de base. Tout est encore à faire. Forcément, ça me fait quelque chose qu'on me montre ce classement, mais pour moi tout reste à faire et je vais vraiment tâcher d'être appliqué jusqu'au bout. Et puis si ça veut le faire, ce sera top."

Lire aussi :

partages
commentaires
Motos, Étape 7 - Adrien van Beveren aux commandes du Dakar !
Article précédent

Motos, Étape 7 - Adrien van Beveren aux commandes du Dakar !

Article suivant

Autos, Étape 7 - Vainqueur, Loeb relance la chasse !

Autos, Étape 7 - Vainqueur, Loeb relance la chasse !
Charger les commentaires