Berger veut faire disparaître le lest de performance en DTM

Gerhard Berger, le directeur du DTM, a déclaré que le sport était plus important que le spectacle, alors qu'il cherche à supprimer le système très controversé de balance de performance en cours dans la série.

L'équilibre des performances est devenu de plus en plus complexe à atteindre cette saison, alors que le DTM cherche une mise à niveau des Audi, BMW et Mercedes, mais une série de critiques a émergé ces dernières semaines, accusant les constructeurs de manipuler le système.

Cela a continué à Zandvoort le week-end dernier, lorsque les BMW ont perdu cinq kilos pour la Course 2 alors que les Audi prenaient cinq kilos supplémentaires, malgré le fait que BMW a monopolisé le podium lors de la première manche.

"Ce n'est pas un secret : je déteste le système de lest", a expliqué Berger à Zandvoort. "Et je pousse toujours [pour le supprimer]." 

"Le problème n'est pas vraiment le lest, ce sont les stratégies qui en découlent. Vous prenez différentes stratégies [entre vos voitures], vous n'allez pas aussi vite que vous le pouvez, vous récupérez la meilleure position, mais vous n'êtes pas le plus rapide."

"J'aimerais changer cela, mais pour changer quelque chose à la réglementation, vous devez avoir l'accord de tout le monde."

Avec l'ADN du DTM, vous ne pouvez pas mettre le spectacle avant le sport, même si le spectacle est moins bon.

Gerhard Berger, directeur de l'ITR, promoteur du DTM

Certaines sources évoquent le fait que l'un des constructeurs est contre le principe de supprimer le système de lest de performance, mais Berger pense que c'est à eux de construire la meilleure voiture possible plutôt que de compter sur des mesures artificielles pour demeurer compétitifs.

"Avec l'ADN du DTM, vous ne pouvez pas mettre le spectacle avant le sport, même si le spectacle est moins bon", continue Berger. "Je préférerais plutôt laisser la place au sport, le point critique étant de surveiller les coûts."

Dieter Gass, le directeur de la compétition chez Audi, a lui aussi critiqué le système à Zandvoort. "Le fait que nous ayons à prendre du poids pour le Nürburgring [prochaine manche du calendrier] est un point négatif. Il est évident que le système actuel ne remplit pas sa fonction attendue. Sa suppression inconditionnelle est la seule solution pour se sortir de cette situation absurde."

De nouveaux territoires en vue pour les constructeurs ?

Berger a également indiqué que le DTM pourrait s'étendre à de nouveaux pays pour s'adapter aux exigences marketing de potentiels nouveaux constructeurs, alors que le futur de la série est dans le flou suite à l'annonce du départ de Mercedes fin 2018.

"Nous sommes trop Allemands, mais en même temps, l'Allemagne a une forte culture du supertourisme, et le DTM compte un fan club spécial", continue Berger. "Les courses les plus suivies que nous ayons sont en Allemagne, mais nous avons également eu 25'000 spectateurs à Moscou."

"Nous avons Moscou, les Pays-Bas, l'Allemagne, la Hongrie, l'Autriche, et peut-être un ou deux pays de plus dans le futur. Cela aidera avec d'autres constructeurs."

Avec Jamie Klein

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Type d'article Actualités
Tags lest