Le DTM prêt à changer son calendrier pour de nouvelles marques

Le directeur du DTM Gerhard Berger a évoqué le fait que le calendrier de la série pourrait s'étendre vers de nouveaux pays pour s'adapter aux besoins d'éventuels nouveaux constructeurs qui souhaiteraient intégrer le championnat.

Le DTM prêt à changer son calendrier pour de nouvelles marques

Des doutes concernant le futur du DTM ont commencé à émerger suite à la récente annonce du retrait de Mercedes à l'issue de la saison 2018, laissant potentiellement les seules équipes Audi et BMW impliquées dans le championnat à partir de 2019.

Mais Berger pense que le calendrier du championnat – actuellement composé de cinq courses en Allemagne, et un aux Pays-Bas, en Hongrie, en Autriche et en Russie – pourrait aider à faire embarquer un nouveau constructeur à bord.

Depuis son renouveau en 2000, le DTM a également visité la Grande-Bretagne (Donington et Brands Hatch), l'Italie (Adria et Mugello), l'Espagne (Barcelone et Valencia), la Belgique (Spa et Zolder), la France (Le Mans et Dijon), le Portugal (Estoril), la République Tchèque (Brno) et la Turquie (Istanbul).

De plus, la série a organisé une épreuve hors championnat à Shanghai en 2014, où elle est retournée en 2010 pour cette fois une manche qui constituait la finale de la saison, la dernière fois que le DTM s'est produit hors d'Europe.

"Nous sommes trop 'Allemands', mais dans le même temps, l'Allemagne a un fort esprit 'supertourisme', et le DTM compte même un fan club spécial", explique Berger. "Les courses les plus populaires que nous avons sont en Allemagne, mais nous sommes également allés à Moscou, où nous avons eu 25'000 personnes."

"Nous avons Moscou, les Pays-Bas, l'Allemagne, la Hongrie, l'Autriche, et peut-être dans le futur un ou deux de plus. Cela aidera avec d'autres constructeurs."

Ouvrir de nouveaux horizons, oui mais...

Jens Marquardt, le directeur de la compétition chez BMW, se montre en revanche prudent quant à un changement radical au calendrier, expliquant que de nouveaux territoires devraient avoir un "sens financier" pour le DTM.

"Je pense que nous parlons d'un championnat premium, avec une base allemande en Europe", continue-t-il. "C'est la base du DTM et sur quoi nous devons travailler en priorité. Cela dépend de qui est intéressé. Nous avons neuf manches, quatre à l'extérieur [de l'Allemagne], donc presque moitié moitié. Cela doit avoir un sens financier, mais également selon les intérêts. Nous devons courir où les gens veulent avoir cela. Courir devant des tribunes vides n'a aucun sens."

Questionné sur la perspective d'avoir moins de courses en Allemagne au calendrier, Dieter Gass, le directeur de la compétition chez Audi, a simplement commenté : "Il est un peu tôt pour parler de cela, mais en théorie, pourquoi pas ?"

Avec Marcus Simmons

partages
commentaires
BMW : Le DTM doit rester "ouvert à tout" pour assurer sa survie

Article précédent

BMW : Le DTM doit rester "ouvert à tout" pour assurer sa survie

Article suivant

Audi : Les coûts d'exploitation en DTM sont "extrêmement attractifs"

Audi : Les coûts d'exploitation en DTM sont "extrêmement attractifs"
Charger les commentaires