Bilan 2015 – Mercedes, une si longue attente

partages
commentaires
Bilan 2015 – Mercedes, une si longue attente
Par : Emmanuel Rolland
11 janv. 2016 à 14:28

Mercedes s’est enfin adjugé le titre pilote qui le fuyait depuis 2010, en soutenant Pascal Wehrlein promu fer de lance de la marque à l’Étoile, et ce malgré deux seules victoires pour la marque en 2015.

Pascal Wehrlein, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
Podium du championnat : Pascal Wehrlein, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
Pascal Wehrlein, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
Le Champion DTM 2015 Pascal Wehrlein, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
Paul di Resta, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
Paul di Resta, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
Gary Paffett, ART Grand Prix Mercedes-AMG C63 DTM
Pascal Wehrlein, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM et Gary Paffett, ART Grand Prix Mercedes-AMG C63 DTM
Maximilian Götz , Mücke Motorsport Mercedes-AMG C63 DTM
Christian Vietoris, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
Robert Wickens, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
Robert Wickens, HWA AG Mercedes-AMG C63 DTM
Lucas Auer, ART Grand Prix Mercedes-AMG C63 DTM

En 2014, la firme de Stuttgart, enfin victorieuse en Formule 1, avait en revanche connu l’une de ses pires saisons en DTM. Avec une Classe C en clair manque de performances (une nouvelle évolution avait été exceptionnellement homologuée en cours de saison avec l’accord de BMW et Audi), et une profonde restructuration de ses effectifs techniques (Gerhard Ungar, son directeur technique, avait été débarqué après la première course de la saison), Mercedes a vécu une année de restructuration profonde, marquée malgré tout par l’émergence de Pascal Wehrlein qui signait son premier succès dans la discipline.

Le début de la saison 2015 ne se montrait guère encourageant. Totalement dominées par les Audi A5 DTM, les nouvelles C 63 DTM n’avaient visiblement aucun moyen de jouer la victoire face aux troupes d’Ingolstadt, même si les Mercedes parvenaient à accrocher plusieurs podiums lors des deux premiers rendez-vous, à Hockenheim puis au Lausitzring.

Wehrlein s'impose en leader

Mais Mercedes revenait aux avant-postes dès le troisième rendez-vous de la saison, sur son terrain fétiche du Norisring où Pascal Wehrlein et Robert Wickens signaient les deux premiers succès de leur équipe, aidés il est vrai par le lest de performance pénalisant lourdement les Audi.

Après un passage à vide à Zandvoort, où les C 63 étaient à leur tour pénalisées par le lest de performance, Mercedes refaisait surface à Spielberg où, grâce à sa deuxième place dans la course 1 (et à l’abandon de Jamie Green, qui connaissait sa troisième course vierge de point), Pascal Wehrlein s’emparait une première fois de la tête du championnat. Mais les ardeurs du jeune Allemand allaient vite être refroidies par le fameux du dernier tour de la course 2, où il était poussé hors de la piste par l’Audi de Timo Scheider lors du tristement célèbre épisode du "push him out".

Il n’empêche. Depuis cet épisode autrichien, Wehrlein était rapidement désigné comme le chef de file chez Mercedes qui, comme elle en a déjà eu l’habitude par le passé, misait tout sur un seul pilote. À Moscou, Wehrlein s'emparait une nouvelle fois de la tête du classement après sa victoire dans la course 2, mais Ekström reprenait son bien à l’issue de la seconde manche où le Suédois concluait au 3e rang, deux places devant son rival.

Alors que la lutte pour le titre semblait se préciser entre les deux hommes, Mattias Ekström connaissait alors un véritable passage à vide à Oschersleben puis au Nürburgring alors que Wehrlein, toujours placé, prenait le large aux points, bien aidé il est vrai par la course d’équipe mise en place chez Mercedes, notamment au Nürburgring, pour permettre à son leader d’engranger le maximum de points grâce à l’aide de ses équipiers.

Finalement, et malgré une embellie des Audi, qui revenaient à un poids enfin similaires à leurs rivaux, Pascal Wehrlein s’adjugeait le titre 2015 dès la course 1 à Hockenheim, devenant le plus jeune champion de l’histoire du DTM.

Derrière Pascal Wehrlein cependant, il faut descendre au 8e rang pour trouver trace d’un autre pilote Mercedes au classement, en l’occurrence Paul Di Resta, suivi de près par son compatriote Gary Paffett, pensionnaire de l’écurie ART Grand Prix.

Ainsi, avec deux victoires seulement, contre… 10 à Audi, Mercedes a su décrocher la timbale en mettant tous ses œufs dans le même panier. Une stratégie payant en termes comptables, mais qui peut s’avérer hasardeuse au niveau de la cohésion au sein de l’équipe, surtout si Pascal Wehrlein devait renoncer à ses ambitions de Formule 1 et repartir pour une nouvelle saison en DTM avec son employeur.

Cerise sur le gâteau, Mercedes a également empoché le titre par équipe grâce à son équipe officielle Mercedes HWA. On notera également les bons débuts de ART Grand Prix, la structure de Frédéric Vasseur effectuant sa première saison en DTM, alignant deux C-63 pour Gary Paffett et Lucas Auer.

Prochain article DTM
L'introduction des nouveaux moteurs en DTM repoussée à 2019

Article précédent

L'introduction des nouveaux moteurs en DTM repoussée à 2019

Article suivant

Mercedes intéressé par Magnussen, mais priorité à Ocon

Mercedes intéressé par Magnussen, mais priorité à Ocon

À propos de cet article

Séries DTM
Pilotes Gary Paffett , Paul Di Resta , Robert Wickens , Pascal Wehrlein
Auteur Emmanuel Rolland
Type d'article Contenu spécial