DTM - Chronique Prémat : Pas démotivé, au contraire !

Comme il le fera après chaque week-end de compétition, Alexandre Prémat revient en exclusivité pour ToileF1

Comme il le fera après chaque week-end de compétition, Alexandre Prémat revient en exclusivité pour ToileF1.com sur le déroulement de sa course.

Qualifié 11ème sur la grille, il s'est très vite retrouvé propulsé en 4ème position suite à un excellent départ. Malheureusement, une crevaison l'a empêché de terminer dans les points.

Retrouvez ci-dessous ses impressions à chaud, quelques minutes à peine après qu'il ait rallié l'arrivée à Hockenheim, à la 10ème place.




Alexandre, parlez-nous de votre course.

La course s'est plutôt pas mal déroulée. C'est sûr que ça aurait pu beaucoup mieux se finir mais bon... Je partais 11ème, je prends un super bon départ, et je me retrouve très vite 6, 5 puis 4ème. Après, je tenais le même rythme que Jamie Green et Gary Paffett. On était vraiment très rapide.

Puis au bout de 16-17 tours, j'ai eu une crevaison au bout de la ligne droite et j'ai perdu au moins 20 secondes le temps de rentrer aux stands. C'est ça qui m'a fichu la course en l'air, mais c'est vrai qu'on aurait pu finir sur le podium, ça c'est clair. Ca fait partie de la course automobile, il y a plein de facteurs qui entrent en jeu : l'adrénaline, la limite des pneus, qu'on ne connaît pas encore bien aujourd'hui...

Ce sont des nouveaux trains de pneus, on ne comprend pas encore tout. Il faudra analyser ça, voir ce qui nous a posé problème pour éviter que ça se reproduise à Valencia. Cela dit, le rythme en course était pas mal du tout, on était dans les plus rapides sur la course. Après, c'est vraiment la crevaison lente qui fait toute la course.

Avez-vous réutilisé les mêmes réglages que l'année dernière ?

Oui, comme on a pu le voir, ils marchaient bien, et Mike les avait essayés hier donc bon, on a repris les mêmes. J'aurais pensé que le début de l'année se passerait mieux, qu'on marquerait des points dès la première course. Malheureusement, on n'a pas pu mais je suis très optimiste pour le reste de la saison, parce qu'on est très compétitif en qualifs, en course, et on est très rapide pour les pit-stops.

Je pense qu'on a tous les éléments réunis pour faire de bons résultats. Après, il faut juste un peu de chance, mais on a bien vu que l'écart s'est resserré entre les voitures de 2008 et de 2009. Je ne suis pas démotivé, loin de là. Je suis vraiment très motivé, parce que ça marche bien et qu'il est possible de faire quelque chose cette année.

Maintenant, j'ai hâte qu'on soit à Valencia, parce que je me dis qu'à présent on peut gagner des courses avec les anciennes voitures, ce qui n'était pas le cas les années précédentes, où on savait très bien qu'on allait finir 6ème ou 7ème au mieux. Y a des courses où on sera clairement derrière, mais d'autres on peut jouer la gagne.

Vous espérez donc lutter à Valencia avec les voitures 2009 à nouveau ?

C'est un circuit vraiment très différent, avec très peu de virages, mais oui, ça devrait être jouable. Après, bien sûr, il ne faut pas qu'on rencontre à nouveau des problèmes de pneus qui viennent gâcher notre travail, mais ça on ne peut rien faire contre.

On aurait commencé l'année comme ça, avec un podium, ça aurait été génial, mais c'est comme ça, c'est la course. Tout doit fonctionner ensemble, les hommes, la mécanique, les pneus. Si tout ça ne colle pas, forcément on ne peut pas faire grand-chose.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Pilotes Gary Paffett , Alexandre Prémat , Jamie Green
Type d'article Actualités