DTM - Chronique Prémat : Une course renversante !

Excellent lors des deux séances d'essais libres, qu'il a respectivement terminé en première et en troisième position, le week-end d'Alexandre Prémat a tourné au cauchemar dès samedi après-midi

Excellent lors des deux séances d'essais libres, qu'il a respectivement terminé en première et en troisième position, le week-end d'Alexandre Prémat a tourné au cauchemar dès samedi après-midi.

Pourtant très à l'aise avec son A4 2008 sur ce tracé d'Adria, le Français a rencontré des difficultés avec ses pneumatiques lors des qualifications, ce qui l'a contraint à débuter la course en seulement treizième position.

Encore premier à l'issue du warm-up, Prémat fait office de miraculé après le terrible accident dont il a été victime dès le premier tour de la course. Sa voiture, d'abord partie en tête à queue avant de faire plusieurs tonneaux, a été littéralement détruite par un choc d'une rare violence. Fort heureusement, notre Alex national en est sorti indemne.

Dans sa chronique habituelle en exclusivité pour ToileF1.com, il revient sur les faits marquants de ce week-end et notamment son accident, soulignant les efforts fait par Audi et Mercedes en terme de sécurité. Il nous annonce également ses objectifs pour la dernière course de la saison.

Le week-end avait formidablement commencé pour vous mais ça s'est très vite gâté... racontez-nous ce qu'il s'est passé.

Oui donc en essais libres 1 et 2 on était vraiment très performants. On a vraiment trouvé les bons réglages mais une fois arrivé en qualifs on a beaucoup manqué d'adhérence sur le train avant. Il manquait du grip et on ne sait pas d'où ça vient ni pourquoi. C'était les mêmes pneus que le reste du week-end mais ça n'allait pas avec ces quatre trains de pneus en Q1 et Q2.

Pendant les deux séances d'essais libres, je sentais la résistance des pneus dans les virages et en qualifs je n'étais plus à l'aise et on a manqué de performance. A Adria, ça se joue souvent à deux ou trois dixièmes... On a finalement pas réussi à se qualifier en Q3. Pour la course, j'ai pris un bon départ mais Ralf en a pris un meilleur moi. Dans le premier virage, il me donne un bon coup de portière et me pousse vers l'extérieur, je me fais doubler par plusieurs pilotes.

Dans le dernier virage, je vois que Ralf ralenti très tôt et j'essaye de le passer par l'extérieur mais il m'emmène une fois encore dehors et je manque de vitesse dans la ligne droite. Finalement je cherche un peu de visibilité comme il y avait beaucoup de projections et j'avais Engel dans mon angle mort. Il n'y peut rien, on s'est à peine touché mais ça a suffi pour que ma voiture parte d'un coup. Au moment où je le touche, j'avais la main sur le levier de vitesse pour changer de rapport et je ne pouvais rien faire pour la rattraper.

La piste était détrempée, il n'y avait vraiment aucune adhérence et la voiture est partie très vite sur le côté. Ça ne m'est jamais arrivé, c'était impressionnant. Dans la voiture, je n'étais pas fier, j'avais juste hâte qu'elle s'arrête. J'avais l'impression que l'habitacle était de plus en plus petit et je voyais que tout sur la voiture se décrochait. Ça a quand même duré un long moment et j'attendais que ça s'arrête. Quand la voiture s'est stoppée, j'ai bougé mes bras, mes jambes, ma tête et j'ai su que je n'avais rien de très sérieux. Je suis tout de suite sorti de la voiture et ça s'est arrêté là.

Vous avez eu beaucoup de chance sur cet accident. Que pensez-vous de la sécurité des voitures de DTM aujourd'hui ?

La voiture est faite pour. Aujourd'hui, on construit des voitures qui vont vite, qui gagne et qui sont très sécurisées. Quand on voit comment la voiture absorbe le choc dans les barrières... il faut savoir que ces voitures pèsent quand même une tonne. J'ai été conscient tout du long et j'ai pu sortir tout de suite, c'est grâce à la capacité de la voiture à tout absorber. La voiture travaille beaucoup mais c'est vrai que c'est très impressionnant à voir. C'est évident que ça coûte vraiment beaucoup d'argent mais c'est essentiel.

Au final, ce week-end de course sur ce tracé particulier d''Adria vous a-t'il plu à vous et aux autres pilotes du plateau ?

Oui oui, beaucoup. Que ce soit moi, Rocky (Rockenfeller) ou Winky (Winkelhock), qui a terminé quatrième, c'est un circuit qui nous plaisait bien avec nos anciennes voitures et sur lequel on aurait pu finir sur le podium, ça c'est clair. Accélération, freinage, accélération, freinage, petits virages rapides mais pas de grosses courbes rapides, forcément ça donnait un peu de suspens compte-tenu du niveau de performance des voitures 2008.

Bientôt Shanghai, c'est la dernière occasion pour vous de marquer des points. Quelles sont vos attentes pour cette onzième et dernière manche du championnat 2010 ?

A Shanghai j'aimerais finir sur une bonne note, finir la course et marquer des points. J'y vais avec une voiture toute neuve donc on va essayer de faire quelque chose de bien, histoire de bien finir la saison. Pourquoi pas un podium, ce serait vraiment sympa.

Finalement, participez-vous au marathon de New-York ou non ?

Je m'y rendrais mais je ne pense pas que je participerais. J'ai déjà eu un gros choc hier et j'ai un peu mal à la cheville alors je ne vais pas forcer. En plus il faut courir 42km, ça risque de faire un peu trop pour le coup.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Pilotes Alexandre Prémat
Type d'article Actualités