DTM - La sortie de secours idéale pour Heidfeld ?

La nouvelle n'a rien d'étonnant et avait d'ailleurs déjà fait parler d'elle il y a quelques mois

La nouvelle n'a rien d'étonnant et avait d'ailleurs déjà fait parler d'elle il y a quelques mois. Mais les récents propos d'Eric Boullier à l'encontre de son pilote Nick Heidfeld, auxquels viennent s'ajouter les contre-performances de ce dernier, ont fait ressurgir la rumeur : Nick Heidfeld pourrait se réfugier en DTM l'an prochain.

Alors qu'il avait remplacé Robert Kubica au pied-levé peu avant l'entame de la saison 2011 de Formule 1, le pilote Lotus Renault GP n'a jamais joué son rôle de pilote expérimenté face à un Vitaly Petrov qui a redoré son blason terni par une campagne 2010 bien décevante. Et Boullier n'y était pas allé de main morte en parlant de d'Heidfeld. "C’est clairement une déception. Il n’a pas apporté le leadership que l’on voulait. Il n’a pas pris la main sur l’écurie et aujourd’hui, on s’appuie davantage sur Vitaly pour la performance et sur Nick pour le développement", expliquait le Français peu après le Grand Prix d'Allemagne.

Depuis, les rumeurs de son remplacement par Bruno Senna (troisième pilote de l'écurie Britannique) ou, cocorico, par Romain Grosjean, vont bon train. Sans compter que Robert Kubica se remet fort bien de sa blessure et devrait retrouver son volant dès 2012, si sa santé le lui permet. Alors quid de l'avenir de Nick Heidfeld ? Lentement mais surement, les portes de la F1 se referment sur l'Allemand, dont la longue carrière n'a hélas pas été très fructueuse (il ne s'est jamais imposé en 183 participations).

"L'objectif pour l'avenir est très clair, ma priorité c'est la Formule 1", déclare l'intéressé. "Après ma carrière en F1, les prototypes ou le DTM sont des possibilités. En prototypes, les importantes différences de vitesse entre LMP1 et GT sont un problème et rendent le tout très dangereux, à l'image des terribles accidents au Mans cette année", craint Heidfeld, qui n'hésite en revanche pas à encenser le championnat de tourisme allemand. "Le DTM sera très revalorisé l'année prochaine avec d'avantage de constructeurs. Dans un avenir proche, cinq ou six constructeurs pourraient s'y affronter pour la victoire. Là, j'apporterais un intérêt certain à y participer", achève le pilote Lotus Renault.

Reste à savoir où Nick Heidfeld pourrait défaire ses valises. Son étroit passé avec BMW pourrait le diriger du côté de Munich. Jens Marquardt, à la tête de BMW-Motorsport, a d'ailleurs envisagé cette possibilité, lui qui n'a que deux pilotes sur six confirmés à l'heure actuelle (Andy Priaulx et Augusto Farfus). Ancien pilote de l'écurie BMW-Sauber F1 Team, Heidfeld entretient toujours de bonnes relations avec certains membres du staff BMW-Motorsport... mais ses bonnes relations avec Norbert Haug pourraient également l'envoyer chez Mercedes-Benz. D'autant plus que le constructeur champion apprécie tout particulièrement la présence d'anciennes gloires de la F1, à l'instar de Ralf Schumacher ou David Coulthard. Néanmoins, le line-up de la firme à l'Etoile étant déjà particulièrement relevé, ses chances de se retrouver au volant d'une Classe-C sont faibles...

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries DTM
Pilotes Ralf Schumacher , David Coulthard , Nick Heidfeld , Norbert Haug , Augusto Farfus , Robert Kubica , Bruno Senna , Vitaly Petrov , Romain Grosjean , Andy Priaulx
Équipes Sauber
Type d'article Actualités