Frédéric Vasseur - Une belle récompense pour Lucas et pour l’équipe

Nouveaux venus cette année en DTM, les Français de ART Grand Prix ont décroché leur première pole position dans la série grâce à Lucas Auer, le plus rapide lors des qualifications 1 sur le Nürburgring. Motorsport.com a rencontré Frédéric Vasseur...

Ironie de l'histoire, alors que l’équipe est emmenée par l’expérimenté Gary Paffett, deuxième meilleur pilote Mercedes au classement après le leader du championnat Pascal Wehrlein, l’exploit est venu de Lucas Auer, qui avait connu jusque là une saison difficile pour sa première année en DTM. Une pole position qui tombe à pic pour ART, et pour le pilote autrichien, comme l’explique Frédéric Vasseur, le directeur d’ART Grand Prix.

"Cette pole est la bienvenue pour nous", confiait ce dernier à l’issue de la séance qualificative. "Cela fait un moment que l’on tournait autour, même si les résultats n’étaient pas exceptionnels les deux trois dernières courses. Cela fait aussi deux trois courses que la grille est hyper serrée et que l’on avait l’impression de ne pas tout mettre dans l’ordre. Là, sur le premier run, Gary [Paffett] a bien joué et il était P1, cela s’est moins bien passé sur le deuxième. Ce fut l’inverse pour Lucas. Quinze jours après son gros crash d’Oschersleben, c’est une belle récompense pour lui et pour les mécaniciens, car ils ont peu dormi ces derniers temps. Maintenant il faut concrétiser car les points se marquent en course, et pas en qualifications".

Lucas a signé beaucoup de pole positions dans sa carrière, mais sa première en DTM, la première fois qu’il s’élance sous les feux, ce sera un moment à gérer.

Frédéric Vasseur, directeur d'ART Grand Prix.

Pour autant, l’Autrichien devra composer avec la pression qui reposera sur lui au moment du départ. "La première pole de n’importe quelle catégorie, c’est toujours un moment de stress", poursuit Vasseur. "Lucas a signé beaucoup de pole positions dans sa carrière, mais sa première en DTM, la première fois qu’il s’élance sous les feux, ce sera un moment à gérer. Ce sera le challenge pour lui cet après-midi".

Depuis la manche d’ouverture à Hockenheim, où l’équipe posait pour la première fois les pieds sur un meeting de DTM, ART Grand Prix a trouvé ses marques, et la structure tricolore a su se faire sa place au sein d’un environnement ultra compétitif.

"Les résultats jusque là sont satisfaisants", conclut Vasseur. "Nous n’avions pas d’objectifs chiffrés de la part de Mercedes mais je pense que l’on est à peu près dans les clous. Après, on a pas mal de choses à améliorer, de problèmes à résoudre mais on découvre week-end après week-end les spécificités du DTM. Mais c’est normal, on n’allait pas tout maîtriser en deux secondes. On est plutôt sur la bonne voie je pense".

Après la première pole position, la première victoire? Réponse cet après-midi, à l’issue de la course 1. Pour la petite histoire, Gary Paffett s’élancera d’une lointaine 14e position au volant de la seconde Mercedes C63 ART Grand Prix.

A propos de cet article
Séries DTM
Événement Nürburgring
Circuit Nürburgring
Pilotes Lucas Auer
Type d'article Interview
Tags art grand prix, dtm, frédéric vasseur, lucas auer, mercedes