Le douloureux constat de BMW à la mi-saison

Après une embellie au Norisring, puis surtout à Zandvoort, les BMW ont une nouvelle fois sombré à Spielberg, que ce soit sur le sec ou sous la pluie. Un bilan difficile au cap de la mi-saison pour Jens Marquardt, le directeur de la compétition du constructeur bavarois.

Après avoir survolé les débats à Zandvoort (septuplé dans la course 1, quintuplé dans la course 2), bien aidées, il est vrai, par un poids inférieur à celui des Audi et Mercedes, les BMW sont rentrées dans le rang à Spielberg, après avoir à leur tour écopé du lest réglementaire après une victoire.

Trois voitures dans les points seulement en Autriche

En Autriche, le surpoids s’est fait durement ressentir sur les M4 DTM, totalement distancées par leurs rivales. Si Augusto Farfus et Marco Wittmann limitaient les dégâts sur le sec lors de la course 1 (6e et 9e), la marque à l’Hélice a bien failli ne voir aucune de ses voitures dans les points sous le déluge de la course 2, Antonio Felix Da Costa ne récupérant la 10e place (et le dernier point) que grâce à l’exclusion après-course de Timo Scheider (Audi).

Une course à oublier pour BMW, mais qui résume bien le manque de performance actuel du constructeur de Münich, qui avait déjà été dominé par Audi et Mercedes à Hockenheim, puis surtout au Lausitzring, avant de revenir aux affaires les deux courses suivantes. Un constat bien amer à la mi-saison pour Jens Marquardt, le directeur de la compétition chez BMW.

"Dans l’ensemble, ce fut un week-end très difficile pour nous", commente ce dernier. "Même sur piste sèche le samedi nous n’avons pas réussi à tirer le meilleur de notre package, avec seulement Augusto Farfus et Marco Wittmann dans les points. Dimanche, une séance qualificative difficile nous a contraints à miser sur la stratégie pour viser un bon résultat. Pour cela, nous aurions eu besoin de la voiture de sécurité, mais cela n’est pas arrivé".

Nous allons maintenant travailler dur pour revenir plus fort dans la deuxième partie de saison.

Jens Marquardt, directeur de la compétition chez BMW.

"Le week-end de Spielberg marque la fin de la première moitié de la saison, qui n’a pas tourné dans le sens qui nous l’aurions souhaité", poursuit Marquardt. "Le moment fort était bien sûr notre superbe victoires à Zandvoort. Malgré tout, les autres courses ont montré que nous n’étions pas là où nous voulons être par rapport à nos adversaires. Jusqu’ici, nous nous sommes montrés constamment victorieux lors des trois dernières saisons depuis notre retour en DTM, remportant six des neufs titres en jeu".

"2015 est une année difficile pour nous jusqu'à maintenant”, constate le dirigeant allemand. "Les dernières courses ont démontré à quel point à quel point le DTM est serré. Les plus petits détails peuvent faire la différence entre se battre pour la victoire et lutter en milieu de peloton. Nous allons maintenant travailler dur pour revenir plus fort dans la deuxième partie de saison".

À l'issue des cinq premiers meetings de la saison, le meilleur pilote BMW, le Canadien Bruno Spengler, occupe le 8e rang du classement provisoire du championnat.

A propos de cet article
Séries DTM
Pilotes Martin Tomczyk , Bruno Spengler , Augusto Farfus , Timo Glock , Maxime Martin , Marco Wittmann
Type d'article Actualités