WEC - Silverstone : Brèves du Paddock

Le FIA WEC a son App

Le FIA WEC a son App. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Les passionnés donneront la réponse. Le FIA WEC est désormais accessible sur iPhone ou Androïd. Avec deux niveaux de prestation : une, gratuite, en libre accès avec les news, les vidéos, le live timing (mais juste le chronométrage de base) et les highlights, les classements écuries constructeurs et pilotes du championnat du monde. Il faudra débourser 19,99 € pour la saison pour accéder au Package Saison Premium qui, lui, comprend la couverture en direct des 7 courses et des 7 séances d'essais, le live timing intégral et les directs des caméras embarquées. Le programme sera repris sur le Web.

Plus d'accès gratuit donc sur la toile pour suivre les courses. Loin en tout cas de la tradition US en Indycar ou en Nascar qui affichent une totale gratuité sur le Net. Ce tournant pris par l'ACO sera sans doute assez mal vécu par beaucoup de passionnés qui ne pourront, sur le net, bénéficier des mêmes prestations que naguère. D'ores et déjà, le site du WEC renvoie sur le lien payant, assurément pas la meilleure façon de convaincre les réticents.

Pour les 24 Heures du Mans, un pack Spécial est disponible pour la somme (modeste sans doute mais néanmoins effective) de 9,99 €.

''Apple ne veut absolument pas que nous fournissions une prestation gratuite'', précise Gérard Neveu le patron du WEC qui a néanmoins tenu à ce que la somme à débourser soit raisonnable. Mais par les temps qui courent, était-ce bien opportun de passer au stade payant pour le WEC qui a encore besoin de promotion ? La question est posée, ce sont les ''abonnés'' en puissance qui détiennent la réponse.

{Pour télécharger l'application FIAWEC sur ITunes ou Google Play, tapez :
Mots clés : ''FIA WORLD Endurance Championship'' ou FIA WEC}

European Le Mans Series. La manche de Silverstone est le seul week end de l'année qui voit le WEC et l'ELMS cohabiter. Ce qui procure un plateau des plus fournis et un emploi du temps chargé. Samedi après-midi pendant quatre heures, trente-neuf concurrents se sont affrontés sur le circuit britannique avec pour le scratch des LMP2 très affûtées. Les Zytek 2014, les Z11SN, semblaient très en verve lors des essais chronos mais elles durent d'emblée redonner quelque peu la mains aux Morgan et aux Oreca. Celle de Race Performance fut de plus en plus à l'aise et lorsque la Zytek Jota fut stoppé net par une sortie de route. Simon Dolan voulut en effet passer la Ferrari de Michele Rugolo à l'extérieur. Mal lui en prit puisqu'il se retrouva sur l'herbe et en reprenant l'adhérence du goudron de la piste, la Jota se mit en travers et alla percuter l'arrière de la Morgan de la Japonaise Keiko Ihara. Puis pour comble de malheur Simon s'en est allé percuter un mur et il dût être évacué vers le centre médical du circuit. Safety car bien entendu et au restart, Frey pointait en tête chassé par Tristan Gommendy qui revint dans le sillage du propriétaire de Race Performance. A la faveur du dépassement des attardés, Gommendy prenait la tête tandis que derrière, Hirsch à son tour faisiat mille misères à Frey qui résistait bien. Plus loin, la Morgan de Hirsch était elle sous la pression de l'Alpine de Signatech bien revenu après quelques petits ennuis de pneumatiques.

Le classement : 1.- Morgan-Nissan (Thiriet by TDS, Thiriet,Badey,Gommendy); 2.- Oreca-Judd (Race Performance, Frey, Mailleux) à 3''8; 3.- Morgan-Judd (Morand Racing) (Klien,Hirsch,Brandela) à 4''7; 4.-Zytek Z11SN-Nissan (Greaves Motorsport-Kimber Smith, Dyson,McMurry) à 14'' 3; 5. Alpine A 450-Nissan (Signatech-Chatin, Panciatici, Webb) à 55'' etc.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Endurance
Pilotes Tristan Gommendy , Michele Rugolo , Keiko Ihara , Simon Dolan
Équipes Signatech
Type d'article Actualités