Test - DiRT 4, ou DiRT Rally 2 ?

Un an et demi après la claque qu'a été DiRT Rally, Codemasters sort son DiRT 4. Alors, suite des trois premiers épisodes, ou continuation de la révolution apportée par DiRT Rally ?

La réponse est plus proche de la deuxième proposition ! En jouant à ce DiRT 4, on a finalement l'impression d'avoir affaire à un DiRT Rally "terminé", comportant de nombreux modes de jeu et de nombreuses autos différentes.

Le mode carrière est ici bien mieux implanté, et vous permet de choisir de courir pour différentes équipes, ou alors de créer la vôtre et de dominer le monde de la glisse sous toutes ses formes. Les participations dans les différents échelons vous permettront de récolter des crédits et des licences, vous faisant ainsi avancer tout au long de votre carrière.

Le jeu vous propose d'entrée deux modes de conduite distincts, le mode gamer et le mode simulation. Le premier pourra ainsi permettre aux joueurs à la manette de s'amuser tout autant que les simracers jouant au volant, qui privilégieront ainsi le mode simulation. Petit ajout sympathique, il est possible de bloquer le choix des vues, qui ne laisse alors que les vues cockpit de disponibles.

Lors des rallyes en eux-mêmes, le jeu se comporte comme un jeu de rallye classique, avec sa succession de spéciales et de parcs d'assistance, pour réparer les bêtises commises ! L'ordre de départ est clairement indiqué avant chaque spéciale, mais il ne nous a pas été permis de voir s'il pouvait changer quelque chose au niveau de la météo ou de l'état des pistes.

Autre petit ajout "insignifiant", mais bienvenu, il est désormais obligatoire de rouler jusqu'au commissaire présent à la fin de la spéciale, ce qui oblige donc à la prudence sitôt la ligne d'arrivée franchie, pour éviter d'endommager sa voiture.

DiRT 4

Les courses de buggys et de Super Trucks sont également présentes, et apportent un plus agréable dans le mode carrière. Sans pour autant tomber dans l'arcade survitaminé des épisodes précédents, le fun et le réalisme se combinent bien dans ces courses.

Le grand ajout de ce DiRT 4 est évidemment la licence du World RX, déjà disponible dans DiRT Rally, mais désormais complètement intégrée au titre. Il est ainsi possible de disputer, sur cinq circuits du Championnat du monde, des week-ends de course complets, avec les quatre manches qualificatives, les demi-finales et la finale. L'ensemble des règlements du rallycross au niveau mondial sont intégrés, ainsi qu'une grande partie des pilotes de la saison 2016.

Il est donc possible de défier Sébastien Loeb, Petter Solberg et bien d'autres, même si les pilotes Audi sont pour le moment aux abonnés absents ! Embêtant quand le Champion du monde en titre n'est autre que Mattias Ekström, sur une Audi S1... Les bolides de l'écurie EKS devraient toutefois être disponibles dans une prochaine mise à jour, une fois les problèmes de droits résolus.

DiRT 4

Du côté de MyStage, l'ajout tant annoncé par Codemasters, l'outil correspond tout à fait à ce que l'éditeur du jeu a promis, et il est donc possible de créer ses spéciales avec un niveau de précision variable. Un beau moyen d'ajouter un contenu à un jeu représentant une discipline plus basée sur l'adaptation que sur la connaissance par cœur des spéciales !

Enfin, le mode multijoueur bénéficie d'une augmentation de contenu lui aussi, puisque contrairement à DiRT Rally, il est désormais possible de jouer dans tous les modes de jeu en ligne. Ainsi, vous pouvez décider de faire du rallycross, du rallye standard, des courses de buggys, etc. Les défis hebdomadaires sont toujours là.

Globalement, ce DiRT 4 est un bon cru, reprenant les recettes de DiRT Rally tout en y ajoutant suffisamment de modes de jeu pour en faire un jeu complet.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries eSports
Événement DiRT 4
Type d'article Actualités