Beckmann était dans un "trou profond" avec Van Amersfoort

Pilote prometteur de la saison 2016 de F3 Europe, David Beckmann n'a pas concrétisé en ce début de campagne, mais a redressé la barre au Hungaroring après avoir changé d'écurie.

Beckmann était dans un "trou profond" avec Van Amersfoort
David Beckmann, kfzteile24 Mücke Motorsport Dallara F312 – Mercedes-Benz
David Beckmann, kfzteile24 Mücke Motorsport Dallara Mercedes
David Beckmann, Van Amersfoort Racing, Dallara F317 - Mercedes-Benz
David Beckmann, Van Amersfoort Racing, Dallara F317 - Mercedes-Benz
Guan Yu Zhou, Prema Powerteam, Dallara F317 - Mercedes-Benz, David Beckmann, Van Amersfoort Racing, Dallara F317 - Mercedes-Benz, Ralf Aron, Hitech Grand Prix, Dallara F317 - Mercedes-Benz
David Beckmann, Van Amersfoort Racing, Dallara F317 - Mercedes-Benz
David Beckmann, Van Amersfoort Racing, Dallara F317 - Mercedes-Benz
David Beckmann, Van Amersfoort Racing, Dallara F317 - Mercedes-Benz
David Beckmann, Motopark, Dallara F317 - Volkswagen
David Beckmann, Motopark, Dallara F317 - Volkswagen
David Beckmann, Motopark, Dallara F317 - Volkswagen

Benjamin du plateau l'an passé, David Beckmann avait dû faire l'impasse sur les deux premiers meetings de la saison en attendant ses 16 ans. Par la suite, le pilote Mücke Motorsport avait impressionné, avec des arrivées régulières dans les points et deux podiums à la clé.

Pour 2017, Beckmann a rejoint Van Amersfoort Racing, un choix de carrière qui n'a jamais porté ses fruits. Le jeune Allemand n'est jamais parvenu à marquer le moindre point dans les neuf premières courses de la saison – contrairement à ses coéquipiers Harrison Newey, Pedro Piquet et Joey Mawson.

Aussi a-t-il décidé de rejoindre Motopark pour le meeting du Hungaroring, qui s'est soldé par une moisson convaincante de 20 unités grâce à deux arrivées dans le top 5.

"Avec VAR, j'avais toujours de grandes difficultés dans tous les virages", explique Beckmann pour Motorsport.com. "C'est surtout la voiture qui posait problème, mais la communication était difficile aussi."

"Nous nous demandions d'où venait le problème, mais ils n'avaient pas la solution ultime, donc nous étions en difficulté de façon générale. Nous étions dans un trou profond, et nous ne pouvions pas en sortir rapidement."

Chez Motopark, Beckmann a toutefois trouvé une Dallara F312 à l'équilibre manifestement bien mieux adapté à son style de pilotage.

"Le plus gros problème avec mon ancienne équipe, c'est que l'arrière était vraiment instable", poursuit-il. "En essais, nous sommes un peu allés dans la mauvaise direction parce que nous avions déjà eu un problème à l'arrière."

"C'est désormais différent [chez Motopark] : l'arrière est très stable, mais il y a un peu trop d'adhérence à l'avant. Nous devons prendre le grip à l'avant et le mettre à l'arrière parce que je n'ai pas de problèmes à l'avant, et je pense que c'est de ce peaufinage que j'ai besoin."

Beckmann a refusé le GP3

L'an passé, Arjun Maini avait décidé de rejoindre le GP3 au mois de juillet après un début de saison difficile en F3 Europe, décision qui lui a réussi puisque l'Indien a signé de très bons résultats malgré son manque d'expérience et vient d'obtenir sa première victoire dans la discipline. David Beckmann n'a toutefois pas souhaité en faire autant.

"J'ai eu des offres d'équipes GP3", révèle le natif d'Iserlohn. "Mais à mon avis, quand cela ne fonctionne pas, aller en GP3, c'est un championnat complètement nouveau dont on ne sait pas comment il fonctionne. Tout d'abord, c'est très difficile, et certains gens vont peut-être penser que vous fuyez. Je pense que c'est important de changer d'équipe, de rester en F3 et de montrer aux autres que je suis un bon pilote."

Propos recueillis par Dávid Grúz

partages
commentaires
Le point F3 - Lando Norris perd des points précieux

Article précédent

Le point F3 - Lando Norris perd des points précieux

Article suivant

Les enjeux F3 - Que fera Lando au Norisring ?

Les enjeux F3 - Que fera Lando au Norisring ?
Charger les commentaires