Essais illégaux - Des sanctions trop clémentes ?

Plusieurs écuries de F3 Europe ont exprimé leur colère face à la clémence des pénalités infligées à Pedro Piquet et à Jake Dennis pour avoir enfreint la réglementation du championnat.

La réglementation sportive de F3 Europe indique : "Dans les trois mois qui précédent un événement du championnat, aucun pilote engagé dans le championnat n'est autorisé à courir ou à effectuer tout type de roulage, quelle que soit la voiture, sur le circuit en question (ou toute partie du circuit)."

"Cet article n'est pas appliqué quand des concurrents sont véritablement engagés dans d'autres championnats ou compétitions. Dans ce cas-là, la FIA doit être informée au moins 30 jours en avance et se réserve le droit de refuser cette activité s'il est considéré qu'il s'agit d'une tentative de contourner l'intention de cette règle. Cela s'applique également aux activités promotionnelles."

Cette règle a pour but d'empêcher les équipes de donner à leurs pilotes du temps de piste pour apprendre les circuits dans des voitures qui ne sont pas des F3. Ces dernières années, Prema Powerteam utilisait par exemple des Formula Master.

Or, Piquet a participé à la première séance d'essais libres du Lamborghini Super Trofeo à Monza le week-end dernier, tandis que Dennis a participé à la manche d'ouverture du Blancpain Endurance Cup avec l'équipe WRT Audi – son programme principal pour la saison 2017.

Van Amersfoort Racing et Carlin, où évoluent respectivement Piquet et Dennis, ont donc été désignés coupables de ne pas avoir notifié la FIA du temps de piste obtenu par leurs pilotes à Monza dans le temps imparti.

En guise de sanction, Piquet a reçu l'interdiction de prendre la piste lors des 15 premières minutes d'essais libres. Quant à Dennis, il n'a pas été pénalisé, mais Carlin a reçu 2500€ d'amende, dont 2000€ avec sursis jusqu'à la fin de la saison.

Frits van Amersfoort explique pour Motorsport.com qu'il était trop tard quand son équipe a pris connaissance du roulage de Piquet en Lamborghini. Les commissaires ont déclaré dans leur verdict : "Van Amersfoot Racing nous ayant informés qu'il avait enfreint la réglementation sportive 2017 de F3 Europe, il a immédiatement abandonné son programme parallèle."

La pénalité clémente de Dennis s'explique par le fait que la règle ne compte pas empêcher les pilotes de courir dans d'autres championnats. Le Britannique a été recruté par Carlin si tard pour les trois premières manches de la saison qu'il aurait été impossible de ne pas enfreindre la règle des 30 jours, dans ce cas précis.

Un dangereux précédent ?

René Rosin, directeur de l'équipe italienne, fait partie de ceux qui ont exprimé leur agacement face à la clémence de la pénalité de Piquet. "La réglementation est claire depuis longtemps, et ils devraient la connaître ; c'est une erreur stupide", déclare-t-il pour Motorsport.com. "Si on ne perd que 15 minutes... Ils ont créé un précédent, c'est certain."

Selon Oliver Oakes, patron de Hitech GP, cette décision va encourager les équipes à engager leurs pilotes dans d'autres championnats en essais libres, voire en course.

"Je pense que c'est très clément pour tous les deux", estime Oakes. "Cela fait une énorme différence, et c'est bien que tout le monde sache quelle est la pénalité quand on enfreint les règles. René [Rosin] et moi étions visés par cette règle, mais nous avons respecté l'esprit du championnat, et ces deux choses-là [le temps de piste de Piquet et de Dennis] vont à l'encontre de l'esprit de la F3."

Le pilote Motopark Keyvan Andres Soori a également reçu une pénalité, toutefois sans lien avec ce sujet : dix places de pénalité sur la grille de départ de la première course pour un changement de moteur, suite à une casse mécanique lors des essais privés de mercredi.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries F3 Europe
Pilotes Jake Dennis , Pedro Piquet
Équipes Van Amersfoort Racing , Carlin , Prema Powerteam , Hitech Racing , Motopark Academy
Type d'article Actualités
Tags oakes, rosin