Ilott s'insurge contre l'interdiction du saut karting-F3 par la FIA

C'est en décembre dernier que la FIA annonçait que les pilotes ne seraient plus autorisés à faire leurs débuts en monoplace en F3 Europe.

Ilott s'insurge contre l'interdiction du saut karting-F3 par la FIA
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing, Dallara F312 - Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing Dallara F312 – Mercedes-Benz
Podium : Callum Ilott, Van Amersfoort Racing Dallara F312 – Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing Dallara F312 – Mercedes-Benz
Callum Ilott, Van Amersfoort Racing Dallara F312 – Mercedes-Benz

En 2014, Max Verstappen était passé directement du karting à la F3 Europe avec succès, se classant troisième du championnat avec une série de six victoires consécutives. Le Néerlandais avait ensuite été recruté par Red Bull et titularisé chez Toro Rosso dans la foulée.

Callum Ilott et Alessio Lorandi ont tenté d'émuler Verstappen en 2015 avec un succès moindre, avant que la FIA ne mette un terme à cette option. Désormais, tous les pilotes doivent avoir au moins une saison d'expérience en monoplace avant de courir en F3 Europe. La nouvelle F3 Light devrait constituer une option pour ceux qui ne veulent pas s'embarrasser d'une campagne en F4.

Contrairement à Lorandi, Ilott est en désaccord total avec cette mesure, lui qui a remporté le Championnat d'Europe de karting avant de courir directement en F3 Europe.

"Pensez-vous que les pilotes de kart qui ont eu du succès comme Max, Alessio et moi auraient dû être exclus ?" s'insurge le Britannique. "Ce n'est pas un sujet dont on a beaucoup parlé, mais sous la réglementation actuelle des licences FIA, je ne suis pas sûr qu'une interdiction explicite fût nécessaire, vu que la plupart des pilotes de kart n'étaient pas éligibles de toute façon."

"Pour courir en F3 Europe, il faut une licence internationale de la FIA. Or, avec la réglementation actuelle, beaucoup de pilotes de kart n'y sont pas éligibles d'emblée et doivent courir dans d'autres catégories pour obtenir les résultats, les compétences et la conduite nécessaires à la licence."

"Mes succès en CIK-FIA en karting m'ont permis de faire partie des rares à être éligibles à une licence de course internationale en 2015. Cela m'a permis de passer en F3 directement."

"Sans satisfaire les critères, je n'aurais pas reçu une licence de course internationale de la FIA via la MSA [Motor Sports Association, instance dirigeante britannique, ndlr]. C'est cette licence qui m'a permis de courir en Toyota Racing Series en Nouvelle-Zélande, ou en F3 Europe."

"La MSA a été claire à ce sujet. La réglementation 2016 permet aux meilleurs pilotes de kart d'être éligibles à une licence internationale qui peut être utilisée dans un certain nombre de championnats. Elle ne peut simplement plus être utilisée en F3 Europe."

Pas de regrets

Inutile de dire qu'Ilott ne regrette pas d'avoir débuté en F3 Europe d'emblée, bien qu'il n'ait pas réussi à convaincre Red Bull de continuer à le soutenir en 2016 par ses performances. Le natif de Cambridge s'est classé 12e du championnat 2015.

"Personnellement, je suis content d'avoir rejoint la F3 [directement]", déclare-t-il. "Sans le moindre doute, je me suis développé et j'ai beaucoup appris avec des ingénieurs et des pilotes expérimentés, au volant de la F3. Le seul inconvénient, c'est que les essais sont plus restrictifs, et obtenir des résultats en F3 a été plus difficile que ce que j'aurais espéré. Mais c'est comme ça qu'on apprend."

"Je courais contre des pilotes expérimentés, certains avec plusieurs saisons d'expérience en F3. Je suis reconnaissant de l'opportunité de courir contre les pilotes chevronnés plutôt que de me plaindre que c'est injuste. C'est la meilleure façon d'apprendre."

L'inexpérience est-elle responsable des crashs ?

L'an dernier, la F3 Europe a été très médiatisée à cause des nombreux accidents en course, provoquant des voitures de sécurité et des drapeaux rouges à répétition. La faute a souvent été rejetée sur les nombreux pilotes inexpérimentés évoluant dans la discipline, mais Callum Ilott, qui a été classé à l'arrivée des 33 courses de la saison, est en total désaccord.

"La saison dernière, on avait une grille de 34 pilotes", rappelle l'actuel pilote Van Amersfoort Racing. "Je pense que les accidents étaient en partie causés par la taille de la grille et impliquaient des pilotes expérimentés autant que les autres. La grande majorité des accidents n'ont pas été provoqués par les débutants."

"Cette saison, la taille de la grille est plus proche de 2013 et de 2014. Statistiquement, il devrait y avoir moins d'accidents."

"Cette année, nous pourrions aussi voir pour la première fois la voiture de sécurité virtuelle en F3, et on ne sait pas encore comment les pilotes vont s'en tirer au restart, mais cela devrait être utile."

"Par ailleurs, tous les pilotes ont participé à une formation de la FIA couvrant les aspects important de la course et les responsabilités d'un pilote de F3."

Propos recueillis par Darshan Chokhani

partages
commentaires
Callum Ilott, le jeune que Red Bull avait mis sur les traces de Verstappen

Article précédent

Callum Ilott, le jeune que Red Bull avait mis sur les traces de Verstappen

Article suivant

Les mésaventures de Callum Ilott au Paul Ricard

Les mésaventures de Callum Ilott au Paul Ricard
Charger les commentaires