Lance Stroll, cinquième de F3 Europe à seize ans

partages
commentaires
Lance Stroll, cinquième de F3 Europe à seize ans
Traduit par: Benjamin Vinel
23 nov. 2015 à 09:25

Cinquième de F3 Europe à l'âge de seize ans avec une pointe de vitesse certaine mais aussi de gros crashs à son actif, Lance Stroll est pour le moins un pilote atypique. Jamie Klein l'a rencontré pour revenir sur sa saison 2015.

Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara F312 Mercedes-Benz
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara F312 Mercedes-Benz
Lance Stroll, Prema Powerteam, Dallara F312
Lance Stroll, Prema Powerteam, Dallara F312 Mercedes-Benz
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara Mercedes-Benz 
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara Mercedes-Benz 
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara Mercedes-Benz
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara F312 Mercedes-Benz
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara Mercedes-Benz
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara F312 Mercedes-Benz
Podium de la Course 1 : le deuxième Jake Dennis, le vainqueur Lance Stroll et le troisième Felix Rosenqvist, Prema Powerteam
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara F312 Mercedes-Benz
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara F312 Mercedes-Benz
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara Mercedes-Benz
Lawrence Stroll félicite son fils Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara Mercedes-Benz, vainqueur de la Course 1
Lance Stroll, Prema Powerteam et Felix Rosenqvist, Prema Powerteam
Lance Stroll, Prema Powerteam Dallara Mercedes-Benz

Motorsport.com - Quelles étaient vos attentes en début de saison?

Lance Stroll - J'ai essayé de ne pas avoir trop d'attentes au début de la saison, car je n'avais aucune idée de la difficulté ou de la compétitivité que j'allais rencontrer. Je suis allé à Silverstone avec l'esprit clair, mais au final, clairement, le niveau était très élevé avec énormément de pilotes en quelques dixièmes, et ces quelques dixièmes pouvaient faire la différence entre la première et la dixième ou même la quinzième place.

Il était donc important de toujours être au meilleur de ma forme et de m'assurer de toujours être à la limite ; de ne pas faire trop d'erreurs. En même temps, c'était très appréciable parce que je suis quelqu'un qui aime vraiment la compétition, et c'était très serré.

Votre cinquième place au championnat est-elle satisfaisante?

Je pense qu'elle l'est. Mon objectif pour cette saison était d'être dans le top 5, ou pas loin, même si ce n'était pas gagné d'avance et même si je savais qu'en étant débutant, ce serait dur de battre les gars expérimentés comme [Felix] Rosenqvist et [Antonio] Giovinazzi.

Au final, être cinquième du classement, c'est vraiment génial, et avoir travaillé jusqu'au dernier weekend pour finalement remporter une victoire, c'était extrêmement satisfaisant.

N'était-ce pas trop difficile de découvrir la F3 en provenance de F4 et du Toyota Racing Series?

Ce n'était pas trop dur, c'était normal. Je savais que cela n'allait pas être comme la F4 Italie ou le TRS, je savais que le niveau était élevé, donc je me suis dit que cela n'allait pas être la même situation.

J'ai vu au début de la saison que j'étais le cinquième ou sixième pilote le plus rapide, donc j'ai étudié mes faiblesses et ce que j'avais besoin d'améliorer. La première victoire a pris un peu plus longtemps que prévu, mais mieux vaut tard que jamais!

Le Red Bull Ring a-t-il été le moment crucial de votre saison?

Je pense que même au Norisring, même si les gens ne s'en sont pas rendu compte, nous avons connu un weekend fantastique : j'étais le meilleur pilote Prema ce weekend-là, juste après le weekend difficile de Spa.

Cela a changé mon état d'esprit, dans le sens où j'étais plus détendu, et j'ai commencé à penser à la stratégie un peu plus. J'ai essayé de travailler là-dessus, et quand je suis monté sur le podium pour la première fois en Autriche, les choses sérieuses ont commencé. J'avais souvent fini quatrième auparavant, mais après cela, j'ai su en être capable et les podiums se sont accumulés.

Parlez-nous de votre première victoire, au dernier meeting à Hockenheim, avec cette bataille face à votre coéquipier Felix Rosenqvist...

C'était un dépassement pour la première place, mais en même temps, Felix ne s'est pas vraiment défendu. Il avait déjà remporté le championnat, et nous avions prévu que s'il y avait une opportunité de dépassement pour Jake [Dennis] ou moi, il ne se battrait pas trop. J'étais juste derrière Felix lorsqu'il a fait une petite erreur à l'épingle, ce qui était parfait pour moi, et il n'a pas résisté.

Une fois que j'ai pris la tête, j'ai dû gérer ma course, mais je savais que Jake voulait gagner pour essayer de prendre la troisième place du championnat, donc j'ai dû continuer à tenir un bon rythme.

Comment était-ce de travailler avec Prema?

C'est une équipe géniale, et j'ai vraiment apprécié de travailler avec tout le monde, surtout avec Jake, Felix et Brandon [Maïsano] au début de la saison. C'était un immense privilège de travailler avec une équipe qui ait un palmarès et une expérience pareille en F3, surtout vers la fin de l'année où nous avons connu beaucoup de succès. C'était presque trop beau pour être vrai!

Nous étions tous très heureux de nos résultats, mais en même temps, nous n'avons jamais rien considéré comme acquis et nous avons toujours continué à travailler aussi dur que possible.

Lance Stroll sera-t-il en mesure de jouer le titre avec Prema en 2016? C'est en tout cas l'objectif qu'il nous a avoué, et s'il continue sur sa lancée de la fin de saison, il pourrait bien s'illustrer l'an prochain.

Article suivant
Pas d’implication en F3 pour Adrian Newey

Article précédent

Pas d’implication en F3 pour Adrian Newey

Article suivant

Rosenqvist - "Mon plan A est d'aller en GP2"

Rosenqvist - "Mon plan A est d'aller en GP2"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries F3 Europe
Pilotes Lance Stroll Boutique
Équipes Prema Powerteam
Type d'article Interview