Formule 1
14 nov.
-
17 nov.
Événement terminé
28 nov.
-
01 déc.
Événement terminé
Formule E
23 nov.
-
23 nov.
Événement terminé
17 janv.
-
18 janv.
Prochain événement dans
37 jours
WEC
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
1 jour
MotoGP
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

Top 10 - Les meilleurs pilotes de F3 Europe en 2017

partages
commentaires
Top 10 - Les meilleurs pilotes de F3 Europe en 2017
Par :
16 nov. 2017 à 17:05

Envoyé spécial de Motorsport.com sur la F3 Europe, Marcus Simmons établit son top 10 des pilotes pour la saison 2017.

Diapo
Liste

1.  Lando Norris (Carlin)

<p><strong>1. <img src="https://cdn-7.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/200/227/s3/united_kingdom-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Lando Norris (Carlin)</strong></p>
1/10

Photo de: FIA F3 / Suer

1er - 9 victoires, 20 podiums, 441 points

Sa préparation n'aurait pu être meilleure, mais d'exceptionnels moments de talent pur viennent quand même à l'esprit : une époustouflante pole position à Pau, plus d'une demi-seconde devant Ilott dans son groupe ; un unique tour lancé à la fin d'essais libres pluvieux à Spa, qui l'a placé une seconde devant le reste du peloton alors qu'il n'avait pas roulé de la séance ; une pole extraordinaire sous la pluie au Nürburgring, pour neuf dixièmes. Norris n'a pas été parfait, en témoignent de nombreux départs manqués, mais sa rapidité implacable et sa motivation lui ont permis de remporter un titre bien mérité. Tout ça à l'âge de 17 ans. Ses rivaux de l'an prochain en Formule 2 auront de quoi s'inquiéter, quelle que soit l'écurie du protégé de McLaren.

2.  Joel Eriksson (Motopark)

<p><strong>2. <img src="https://cdn-7.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/200/207/s3/sweden-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Joel Eriksson (Motopark)</strong></p>
2/10

Photo de: FIA F3 / Suer

2e - 7 victoires, 14 podiums, 388 points

Nombreux sont ceux qui diraient qu'on ne peut pas départager Eriksson de Norris, mais il faut donner l'avantage à ce dernier. Le poulain de BMW a toutefois été éblouissant la plupart du temps, et ce ne sont que les difficultés de Motopark en milieu de saison qui l'ont écarté de la lutte pour le titre. Même lors de cette période, il a réalisé des remontées sensationnelles des dixième et douzième places jusqu'à la deuxième marche du podium à Spa. C'est un pilote classique, à l'ancienne, dur mais fair-play, et ses brillantes batailles avec Norris et Hughes en fin de saison l'ont clairement démontré.

3.  Callum Ilott (Prema Powerteam)

<p><strong>3. <img src="https://cdn-7.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/200/227/s3/united_kingdom-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Callum Ilott (Prema Powerteam)</strong></p>
3/10

Photo de: James Gasperotti

4e - 6 victoires, 11 podiums, 344 points

Prema pensait pouvoir polir ce diamant brut remarquablement talentueux, mais cela a pris du temps. De bons résultats – qui auraient pu être des victoires – ont été jetés par la fenêtre à Silverstone et à Pau. D'autres courses ont montré que le style instinctif d'Ilott le place peut-être dans des positions vulnérables en piste. Il a néanmoins une approche propre, pure et admirable de la course, dont des rivaux plus agressifs peuvent tirer avantage. Il est en tout cas intéressant que le nouveau membre de la Ferrari Driver Academy ait battu Norris 10-8 au nombre de poles, bien que son compatriote en ait perdu deux à cause de pénalités sur la grille.

4.  Maximilian Günther (Prema Powerteam)

<p><strong>4. <img src="https://cdn-3.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/0/83/s3/germany-4.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Maximilian Günther (Prema Powerteam)</strong></p>
4/10

Photo de: FIA F3 / Suer

3e - 5 victoires, 16 podiums, 383 points

La fameuse méthode Prema, c'est notamment de jouer le titre en douceur, sans prendre de risques. Talentueux pilote junior Mercedes en DTM, Günther avait besoin de calmer ses ardeurs en 2016. Mais cette année, quand l'opportunité du titre s'est présentée, il a peut-être basculé dans l'excès inverse. On ne peut que compatir avec l'Allemand, car Prema ayant perdu l'avantage, la méthodologie de l'équipe était moins efficace. Ce n'est que lors de l'avant-dernier meeting, au Red Bull Ring, qu'on l'a vu à la limite absolue. Peut-être le retrait de Mercedes du DTM et son manque de budget pour l'avenir l'ont-ils quelque peu décontenancé.

5.  Jake Hughes (Hitech GP)

<p><strong>5. <img src="https://cdn-7.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/200/227/s3/united_kingdom-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Jake Hughes (Hitech GP)</strong></p>
5/10

Photo de: JEP / Motorsport Images

5e - 1 victoire, 7 podiums, 207 points

Pour sa première saison de F3, Hughes s'est démarqué de ses coéquipiers chez Hitech, marquant bien plus de points qu'eux et se qualifiant devant eux 12 fois en 20 séances qualificatives. L'Anglais a tout ce qu'il faut : il est sympa, son feedback technique est solide, et son pilotage de la F3 est beau à voir, sans le moindre à-coup et avec grande précision. Quand l'équipe a progressé et qu'il a cessé de se faire percuter par Norris, Ilott et autres Günther, ses résultats se sont améliorés, et il a même un temps joué le top 4 au championnat. Il peut éventuellement attaquer un peu plus dans les bonnes conditions, mais à part ça, c'est excellent.

6.  Jehan Daruvala (Carlin)

<p><strong>6. <img src="https://cdn-2.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/100/102/s3/india-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Jehan Daruvala (Carlin)</strong></p>
6/10

Photo de: FIA F3 / Suer

6e - 1 victoire, 3 podiums, 191 points

Cette année, notre top 5 est loin devant le groupe suivant, qu'il est difficile de départager. Nous plaçons Daruvala à la sixième place parce qu'à part sa superbe victoire au Norisring, il a aussi mené la majeure partie d'une course à Monza. Le rookie indien a réalisé une saison très solide et constante avec 30 arrivées en 30 courses, dont 25 dans le top 10. Daruvala manque juste un peu de rythme en qualifications, et pourrait être légèrement plus agressif en course. Peut-être qu'il abandonnerait parfois, mais le membre de l'académie Force India remporterait davantage de victoires dans ce cas.

7.  Ferdinand Habsburg (Carlin)

<p><strong>7. <img src="https://cdn-4.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/0/14/s3/austria-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Ferdinand Habsburg (Carlin)</strong></p>
7/10

Photo de: FIA F3 / Suer

7e - 1 victoire, 4 podiums, 186 points

L'aspirant au trône d'Autriche a été une belle surprise cette année. Il est monté sur le podium dès le deuxième meeting, à Monza, et a signé une superbe victoire à Spa malgré un os fracturé dans la main, conséquence d'un accident au Norisring. Ce succès a fait la joie de tous, car Habsburg est quelqu'un de très apprécié, avec un excellent sens de l'humour. La victoire a semblé libérer sa confiance, et son pilotage est devenu rapide et audacieux – à Zandvoort, il passait certains virages à fond quand son coéquipier Norris n'y parvenait pas. Espérons que Daruvala et lui seront de retour l'an prochain ; cela ferait d'eux des candidats au titre évidents.

8.  Guan Yu Zhou (Prema Powerteam)

<p><strong>8. <img src="https://cdn-5.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/0/45/s3/china-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Guan Yu Zhou (Prema Powerteam)</strong></p>
8/10

Photo de: FIA F3 / Suer

8e - 5 podiums, 149 points

C'était la deuxième saison en F3 du jeune pilote Ferrari, mais seulement sa troisième en monoplace. Après être passé de Motopark à Prema, son talent restait un peu brut, et son style de pilotage spectaculaire – il semble freiner extrêmement tard – a probablement besoin d'être quelque peu peaufiné. Mais il y a eu des cas où il était plus rapide que ses coéquipiers Ilott et Günther dans certains virages. Par ailleurs, il ne faut pas oublier que la victoire de Habsburg à Spa aurait pu être celle de Zhou : ils avaient tous deux quatre pneus neufs, et Zhou était devant Habsburg quand il a été percuté par Norris...

9.  Ralf Aron (Hitech GP)

<p><strong>9. <img src="https://cdn-9.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/0/69/s3/estonia-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Ralf Aron (Hitech GP)</strong></p>
9/10

Photo de: JEP / Motorsport Images

9e - 2 podiums, 123 points

Les qualifications sont cruciales en F3. Cet Estonien peu loquace mais amusant et très intelligent a rejoint Hitech en provenance de Prema pour 2017, et si seulement il savait faire le tour parfait, il serait l'égal de Hughes. Son gros problème est d'assembler trois bons secteurs dans le même tour. Il l'a fait brillamment au Norisring pour signer le record absolu du circuit en F3, mais quand le tour fait 48 secondes, les tentatives sont forcément nombreuses. Aron est un superbe pilote instinctif qui fait preuve d'intelligence, mais ses difficultés qualificatives l'ont souvent relégué en milieu de grille, dont il est difficile de s'extirper sans dommages.

10.  Joey Mawson (Van Amersfoort Racing)

<p><strong>10. <img src="https://cdn-3.motorsport.com/static/img/cfp/0/0/0/0/13/s3/australia-2.jpg" alt="" width="20" height="12" /> Joey Mawson (Van Amersfoort Racing)</strong></p>
10/10

Photo de: FIA F3 / Suer

13e - 1 podium, 83 points

Affable et plein d'entrain, sans concession au volant, Mawson est le stéréotype du pilote australien. Jusqu'au fait qu'il n'a pas d'argent. Ses investisseurs lui ont trouvé un volant chez Van Amersfoort Racing, et il s'est illustré dès que les conditions étaient délicates. Mais peut-être que le nuage de difficultés financières qui plane au-dessus de son avenir l'a poussé à trop en faire, parce qu'il y a eu trop d'incidents. Mawson est un formidable petit talent, et a été le meilleur pilote VAR en qualifications dix fois sur 20 (contre six pour Piquet et quatre pour Newey, deux redoublants).

Article suivant
Le tableau d'honneur de la F3 Europe 2017

Article précédent

Le tableau d'honneur de la F3 Europe 2017

Article suivant

Dan Ticktum vise le titre de F3 Europe

Dan Ticktum vise le titre de F3 Europe
Charger les commentaires