Formule 1
03 juil.
Événement terminé
10 juil.
Événement terminé
17 juil.
Événement terminé
04 sept.
EL1 dans
22 jours
11 sept.
Prochain événement dans
29 jours
25 sept.
EL1 dans
43 jours
C
GP de l'Eifel
09 oct.
Prochain événement dans
57 jours
23 oct.
Prochain événement dans
71 jours
31 oct.
Prochain événement dans
79 jours

Les 10 moments qui ont décidé du titre F1 2019

partages
commentaires
Par :
Co-auteur: Scott Mitchell
27 déc. 2019 à 17:00

Lewis Hamilton a scellé son sixième sacre mondial lors du Grand Prix des États-Unis au terme d'une saison qui s'est vite transformée en bataille entre pilotes Mercedes. Retour sur les dix moments-clés qui ont décidé de la couronne 2019.

La seconde place lors du GP des États-Unis a suffi à Lewis Hamilton pour graver dans le marbre de l'Histoire, deux courses avant la fin de saison, son sixième titre mondial. Une performance majuscule qui n'a été réalisée qu'à deux reprises depuis 1950. Mais ce triomphe a bien sûr été le fruit d'un long travail dont Austin n'a été que l'inéluctable conclusion, avant l'apothéose d'une dernière course de haute volée à Abu Dhabi. 

Lire aussi :

Nous avons choisi les dix moments qui ont façonné la conquête de ce titre et la bataille entre Valtteri Bottas et le Britannique, dix moments qui racontent l'histoire de la saison 2019 de Formule 1, la 70e du Championnat du monde.

Utilisez les flèches ci-dessous pour passer d'un moment à l'autre.

Diapo
Liste

1. Mercedes se rassure lors du dernier jour des tests

1. Mercedes se rassure lors du dernier jour des tests
1/10

Photo de: Jerry Andre / Motorsport Images

L'écurie Mercedes savait qu'elle allait donner l'impression de ne pas être compétitive lors de la première semaine d'essais de pré-saison, en raison de l'utilisation d'un package arrêté très tôt dans le processus de développement de la W10 et qui devait permettre de prolonger au maximum le travail sur la "vraie" voiture. Mais quand cette dernière s'est présentée pour la seconde semaine, les progrès attendus ne se sont pas matérialisés.

Lors des trois premiers jours, Mercedes n'a pas trouvé la clé. Mais au cours de l'ultime journée, des avancées au niveau des réglages ont débloqué la performance. Cependant, même si le meilleur temps de Hamilton n'était qu'à 0"003 de celui de Sebastian Vettel, la marque à l'étoile se savait malgré tout en retrait et ne s'attendait pas à avoir la voiture la plus rapide lors de la première manche en Australie. Toutefois, l'équipe a débloqué un immense potentiel de performance avec sa monoplace 2019, abordant la saison avec l'espoir d'être très performante sur la durée.

Sans les progrès effectués le dernier jour, Mercedes aurait eu du retard dans la compréhension de la meilleure façon de tirer le plein potentiel de sa création.

2. Bottas frappe fort en Australie

2. Bottas frappe fort en Australie
2/10

Photo de: Steven Tee / Motorsport Images

Mercedes s'attendait à être derrière Ferrari, mais toutefois pas aussi loin que ce que les tests laissaient supposer. Lors de l'épreuve, les Flèches d'Argent ont monopolisé la première ligne, la pole étant signée par Hamilton avec 0"704 d'avance sur la Ferrari la plus proche. 

Mais en course, c'est Bottas qui a pris un parfait envol et s'est emparé des commandes sans jamais avoir à se soucier de ce qui se passait derrière lui. Le Finlandais a franchi la ligne d'arrivée 20,8 secondes avant son équipier, empochant au passage le premier point bonus pour le meilleur tour depuis 1959, mettant d'ores et déjà derrière lui les souvenirs d'une saison 2018 sans victoire et prenant les commandes du championnat pour huit points.

Mais l'image de cette course a été quelque peu faussée : Hamilton a subi des dégâts au niveau du fond plat, suite à un passage sur un vibreur en début d'épreuve. Ceux-ci se situaient devant la roue arrière gauche, dans la zone où les écuries essaient de "sceller" le fond plat pour éviter que de l'air perturbé ne soit envoyé vers le diffuseur, ce qui lui a coûté de l'appui et de la stabilité à l'arrière, l'empêchant de réellement jouer sa chance.

3. Vettel et Ferrari s'effritent sous la chaleur de Bahreïn

3. Vettel et Ferrari s'effritent sous la chaleur de Bahreïn
3/10

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Après la domination surprise de Mercedes à Melbourne, Ferrari disposait d'un net avantage à Bahreïn. La Scuderia a monopolisé la première ligne et la facilité avec laquelle Charles Leclerc, poleman mais auteur d'un mauvais départ, a contenu Hamilton, repassé Bottas et pris autoritairement la tête à Vettel montrait bien la supériorité indéniable de la SF90 à Sakhir.

Mais ce qui aurait dû être la première étape de la poursuite du titre mondial par Ferrari et tuer dans l’œuf la dynamique de Mercedes a en réalité été la première implosion dans la saison de Maranello. Alors qu'un problème électronique coûtait la victoire à Leclerc, Hamilton avait joué son rôle pour empêcher la Scuderia de l'emporter.

Vettel aurait en effet dû être en position de profiter des malheurs de son équipier. Mais ça n'a pas été le cas, car Hamilton l'a de nouveau battu en combat rapproché. Se servant d'un vent de face au moment d'aborder le virage 4, Hamilton a freiné plus tard et dépassé son rival par l'extérieur, ce dernier perdant ensuite le contrôle et partant en tête-à-queue.

Ainsi, quand Leclerc a perdu de la puissance et est passé troisième, ce sont les deux Mercedes, menées par Hamilton pour sa première victoire de la saison, qui en ont bénéficié.

4. Bottas prend une dernière fois les commandes à Bakou

4. Bottas prend une dernière fois les commandes à Bakou
4/10

Photo de: Steve Etherington / Motorsport Images

Lors de la troisième épreuve de la saison, en Chine, Bottas a perdu la première place dès le départ après avoir signé la pole, offrant l'opportunité à un Hamilton en retrait depuis le début du week-end de le battre. L'histoire a semblé se répéter en Azerbaïdjan quand Hamilton a surgi en tête au premier virage, mais Bottas n'a pas baissé les bras.

Il a immédiatement repris la tête, un facteur-clé dans sa seconde victoire de la saison, la deuxième en quatre GP, mais aussi dans sa reprise du pouvoir au classement pilotes, pour un point, lors d'un week-end où Ferrari avait semblé menaçant avant que le château de cartes ne commence à s'effondrer avec le crash de Leclerc en Q2.

Mais Hamilton n'a pas manqué de prévenir un Bottas désormais positionné en véritable rival qu'il avait été généreux en laissant de la place dans les premiers virages et qu'il pourrait ne pas être aussi coulant les fois suivantes. Le signe, peut-être, qu'il prenait déjà très au sérieux le retour en forme du Finlandais.

5. Mercedes casse la baraque avec l'évolution espagnole

5. Mercedes casse la baraque avec l'évolution espagnole
5/10

Photo de: Zak Mauger / Motorsport Images

Une série significative d'évolutions aéro a assuré à Mercedes la poursuite de sa série de doublés au cours du GP d'Espagne, Hamilton s'emparant au passage, grâce à une victoire de quatre secondes, d'une première place au classement général dont il n'allait plus se séparer.

C'est à ce moment-là que les espoirs de Ferrari de pouvoir rivaliser en débloquant la performance de sa voiture ont connu un véritable coup dur. De toutes les courses en 2019, c'est le plus grand avantage en rythme pur connu par Mercedes en qualifications, avec 0"866 d'avance sur la troisième place de Vettel.

Ferrari s'est retrouvé à 96 points au classement constructeurs et Hamilton avec 46 unités d'avance sur la troisième place de Max Verstappen au classement pilotes.

Mercedes a ensuite maintenu sa série de victoires, jusqu'au GP de France, et permis à Hamilton d'accentuer progressivement son avance. L'évolution de l'Espagne a été une des clés dans la domination Mercedes du premier tiers de saison.

6. Vettel craque au Canada

6. Vettel craque au Canada
6/10

Photo de: Steve Etherington / Motorsport Images

L'échec de Ferrari à remporter la moindre course durant la première moitié de saison et l'apparente déconvenue de Vettel ne peuvent être mieux représentés que par le Grand Prix du Canada. Vettel a été le pilote le plus rapide à Montréal. Il a littéralement franchi la ligne d'arrivée le premier. Et pourtant, ce premier succès n'est pas arrivé car c'est Hamilton qui en a hérité.

La faiblesse de Vettel dans la lutte avec le #44 a de nouveau été exposée quand, après plus de 40 tours sans la moindre erreur, il a finalement tout perdu sur une faute.

En se manquant au freinage de la première chicane, et en coupant dans l'herbe avec un Hamilton à une seconde derrière, Vettel a vu sa victoire remise en cause. Il est en effet revenu en piste alors qu'Hamilton tentait de passer sur l'extérieur et, aux yeux des commissaires, a entraîné son rival vers le mur pour maintenir son avantage.

Une pénalité de cinq secondes lui a été infligée, faisant immédiatement tomber Vettel au deuxième rang alors que Hamilton l'emportait, inscrivant 12 points de plus que Bottas.

7. Bottas s'accidente en Allemagne

7. Bottas s'accidente en Allemagne
7/10

Photo de: Jerry Andre / Motorsport Images

Peu de pilotes se sont tirés du GP d'Allemagne sans commettre d'erreur. Hamilton a compté parmi ceux qui ont fauté de façon coûteuse, en sortant de piste et en brisant son aileron avant sous régime de Safety Car alors qu'il menait la course.

Il a par la suite connu une grosse frayeur dans le premier virage, en passant sur une flaque d'eau et en partant en tête-à-queue de façon brutale mais avec suffisamment de réussite pour effectuer un 360° complet et poursuivre sa course. Ces erreurs lui ont coûté une potentielle victoire, un probable podium et il a eu de la chance d'inscrire deux points, grâce aux pénalités infligées aux Alfa Romeo. 

Cette course sans pour un Hamilton malade a aussi donné à Bottas sa meilleure chance de reprendre beaucoup de terrain sur son équipier en un seul GP, mais finalement c'est le Britannique qui a accentué son avance.

Quatrième en fin d'épreuve alors qu'il aurait dû s'assurer une confortable seconde place, le Finlandais a buté sur la Racing Point de Lance Stroll et la Toro Rosso de Daniil Kvyat. Alors qu'il poursuivait le Canadien, Bottas a commis la même erreur que Hamilton dans le premier virage, en perdant l'arrière sur la zone d'humidité.

Malheureusement pour lui, il n'a pas pu se récupérer comme Hamilton l'avait fait et il a traversé le gravier avant de finir dans les barrières. Course terminée et chance immense de changer la physionomie de la lutte pour le titre envolée.

8. Show hongrois de Hamilton et 1er tour désastreux de Bottas

8. Show hongrois de Hamilton et 1er tour désastreux de Bottas
8/10

Photo de: Sam Bloxham / Motorsport Images

Verstappen semblait destiné à remporter sa troisième course en six GP au Hungaroring après avoir mené l'épreuve depuis la pole, signée au terme d'une séance où Mercedes a eu du mal à faire fonctionner les gommes Pirelli. En dépit d'un rythme de course supérieur, Hamilton n'a pas pu lancer la moindre attaque lors du premier relais et était toujours derrière lui après le premier et, croyait-on, seul arrêt de la course.

Mais Mercedes a pris une décision stratégique brillante en faisant rentrer Hamilton au 48e tour pour monter des pneus frais et plus tendres. Il était suffisamment proche pour faire l'undercut au pilote Red Bull, qui a été contraint à rester en piste. La chasse était lancée.

Au début, Hamilton n'a pas gagné beaucoup de temps, pris qu'il était dans un groupe de retardataires, mais ensuite le rythme de Verstappen s'est mis à chuter. Le pilote Mercedes a pris la tête sans aucun problème au début du 67e des 70 tours de course.

Bottas, pendant ce temps, perdait 21 points de plus dans la lutte pour le titre après avoir terminé huitième. Essayant d'être agressif au départ mais perdant le bras de fer face à Hamilton au virage 3, il a ensuite été touché par Leclerc dans la remontée vers le virage 4, ce qui lui a brisé l'aileron avant.

9. Ferrari s'autodétruit à Sotchi

9. Ferrari s'autodétruit à Sotchi
9/10

Photo de: Jerry Andre / Motorsport Images

Quand Mattia Binotto ramassera les débris des chances de titre de Ferrari, il y trouvera beaucoup de preuves d'un effondrement évitable. Cependant, peut-être qu'aucune des implosions de Ferrari cette année n'a été aussi spectaculaire (pas même le Brésil !) qu'en Russie, où, après un nouvel imbroglio autour des consignes d'équipe, pour la seconde course consécutive, un problème de MGU-K a entraîné l'abandon de Vettel tout en déclenchant la voiture de sécurité qui allait retirer la victoire à Leclerc pour la laisser à... Hamilton.

Contrairement à Bahreïn, où Hamilton a dû se frayer un chemin vers la position qui lui a permis de signer la victoire, la Russie était un GP différent. Mais Hamilton et Mercedes avaient quand même un rôle à jouer.

La marque allemande n'était pas au niveau de Ferrari en qualifications, mais Hamilton a pu prolonger son premier relais suffisamment longtemps pour se trouver en position parfaite pour ravitailler sous le Virtual Safety Car causé par Vettel et ressortir devant Leclerc, qui s'était déjà arrêté.

Cela a mis fin à une inattendue série sans victoire pour Mercedes après la trêve estivale et, de nouveau, c'est Hamilton qui s'est retrouvé le premier en position d'en tirer profit. La victoire a également permis au Britannique d'augmenter son avance sur Bottas de sept points.

10.  Défait à la bataille d'Amérique, mais vainqueur de la guerre

10.  Défait à la bataille d'Amérique, mais vainqueur de la guerre
10/10

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Hamilton a disposé de sa première chance de sceller le championnat au Mexique, fin octobre, mais malgré une victoire acquise de haute lutte, la troisième place de Bottas repoussait l'échéance.

Le Britannique n'avait plus besoin que d'une huitième place lors d'un GP des États-Unis aux accents de formalité. Hors du coup en qualifications et seulement cinquième sur la grille, il a vu Bottas signer une belle pole face à Vettel.

La course a été une autre preuve de la renaissance de Bottas en fin de saison, après la victoire de Suzuka, et a vu un scénario similaire se mettre en place avec des choix stratégiques différents pour le duo Mercedes et un Finlandais qui en sortait finalement vainqueur.

Mais contrairement au Japon, Hamilton est resté sur une stratégie à un arrêt et Bottas a pu le rattraper puis le dépasser en piste dans les dernières minutes. La détermination dans la façon de débattre des options stratégiques avec son stand a démontré à quel point Hamilton voulait devenir Champion 2019 avec une victoire, et même après avoir perdu les commandes, il a tout fait pour garder Verstappen derrière lui.

Toute trace de frustration a bien vite disparu : pour la cinquième fois en six ans et la sixième fois de sa carrière, Hamilton était Champion du monde.

Avec Fabien Gaillard 

Bilan 2019 - Norris, incarnation du renouveau de McLaren

Article précédent

Bilan 2019 - Norris, incarnation du renouveau de McLaren

Article suivant

Vasseur a eu la bénédiction de Sauber pour devenir Alfa Romeo

Vasseur a eu la bénédiction de Sauber pour devenir Alfa Romeo
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton Boutique
Équipes Mercedes Boutique
Auteur Edd Straw