15 tours observés avec les pneus durs en essais

Les pneus sont une nouvelle fois au coeur de toutes les discussions entre pilotes et ingénieurs, ce weekend, sur le tracé de Sakhir

Les pneus sont une nouvelle fois au coeur de toutes les discussions entre pilotes et ingénieurs, ce weekend, sur le tracé de Sakhir.

Avec les deux mélanges les plus durs de la gamme Pirelli, les équipes s'attendent malgré tout à devoir pour la plupart observer trois arrêts en raison de la forte chaleur et des grosses demandes de traction en sortie de courbes lentes caractérisant Bahreïn.

Comme prévu, l’évolution de la piste a joué un rôle prépondérant dans l’action d’aujourd’hui, de nombreux pilotes ne roulant que tardivement lors de chaque séance pour tirer parti des dépôts de gomme en piste”, analyse Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorsport.

Le circuit va continuer à évoluer au fil du weekend, et l’on ne voit pas encore le jeu de tous.

L’usure et la dégradation sont là où nous les attendions à ce stade du weekend, le pneu arrière travaillant particulièrement dur ici. Mais en course, les autos seront sans doute en mesure de réaliser des relais plus longs que ce que l’on voit pour le moment”, poursuit le Britannique.

Pirelli ne s'inquiète pas autant que certains pilote de la vitesse à laquelle se dégradent les enveloppes. Nombreux sont ceux qui ont préféré attendre de meilleures conditions de piste, avec un dépôt plus élevé, pour réaliser leurs relais.

Certains pilotes complètent déjà 15 tours avec les pneus durs et nous sommes certainement en route vers une course à trois arrêts, bien qu’il soit possible de voir certaines équipes tenter deux arrêts. Une fois que nous aurons analysé les données et vu les temps des derniers essais de demain, nous devrions avoir une idée plus claire de la stratégie optimale”.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités