6 détails à connaître du Grand Prix de F1 des États-Unis

partages
commentaires
6 détails à connaître du Grand Prix de F1 des États-Unis
Par : René Fagnan
19 oct. 2015 à 13:30

Le circuit d’Austin au Texas va présenter ce week-end la 37e édition du Grand Prix de Formule 1 des États-Unis.

Mario Andretti
Mario Andretti
Invité spécial: Phil Hill
Michael Schumacher
Nigel Mansell
Les stands au lever du soleil

Le premier Grand Prix tenu en Amérique, comptant pour le Championnat du monde de Formule 1, a eu lieu le 12 décembre 1959 sur le tracé de Sebring en Floride. Bruce McLaren y avait remporté la victoire aux commandes d’une Cooper à moteur Climax.

1
Le Circuit of the Americas à Austin, aussi connu sous l’abréviation de COTA, mesure 5,5km de long, possède 20 virages, tourne en sens antihoraire, et a un petit côté montagnes russes avec un changement d’élévation de 40m. La succession des virages 3 à 6 ressemble au complexe de Maggotts/Becketts à Silverstone; les virages 12 à 15 apparentent la section du Stadium de Hockenheim tandis que les virages 16 à 18 simulent le fameux virage 8 du circuit d’Istanbul.

2
Huit circuits différents ont présenté le Grand Prix des États-Unis : Sebring, Riverside et Dallas (une fois chacun), Austin et Phoenix (3 fois chacun), Détroit (4 fois), Indianapolis et Long Beach (8 fois chacun) et Watkins Glen (15 fois). Durant plusieurs années, les États-Unis ont eu droit à deux Grands Prix par saison. Le Grand Prix Est fut disputé à Watkins Glen entre 1976 et 80, puis à Détroit de 1982 à 84. Le Grand Prix Ouest a été présenté dans les rues de Long Beach entre 1976 et 83.

3
Michael Schumacher est le pilote qui a remporté le plus grand nombre de victoires au Grand Prix des États-Unis avec cinq succès (2000, 2003, 2004, 2005 et 2006). À Austin, Lewis Hamilton a gagné à deux reprises et Sebastian Vettel, une fois.

4
Deux pilotes américains ont remporté le Championnat des pilotes : Phil Hill en 1961, et Mario Andretti en 1978. Andretti est l’Américain qui a décroché le plus de victoires en F1 avec 12. Eddie Cheever est celui qui a pris le départ du plus grand nombre de Grands Prix avec 132 en 11 saisons. Parmi les autres grands pilotes de F1 américains, il faut nommer Dan Gurney, Peter Revson, Richie Ginther et Mark Donahue.

5
Le Grand Prix présenté dans les rues de Dallas en 1984 tourna à la farce. La température suffocante et la puissance transmise par les pneus arrière des F1 maltraitèrent l’asphalte qui s’égraina dans plusieurs virages. Quelques heures avant le départ de la course, les ouvriers coulaient encore du béton! Dix-huit pilotes (sur 25) abandonnèrent durant l’épreuve, la majorité suite à un contact avec les murs. Nigel Mansell brisa la transmission de sa Lotus et tomba évanoui en s’épuisant à pousser sa voiture jusqu’à la ligne d’arrivée!

6
Entre 1950 et 60, les 500 Miles d’Indianapolis faisaient partie du Championnat du monde de Formule 1. Cette situation a permis à des voitures IndyCar, comme les Kurtis, Scarab et Tec-Mec, de participer à des manches du championnat de F1, essentiellement tenues en Amérique. Les écuries américaines de F1 vraiment sérieuses ont été AAR Anglo-American Racers de Dan Gurney (de 1966 à 69), Parnelli (74-76), Penske (74-77) et Haas Lola (85-86).

 

Prochain article Formule 1
Pérez - Rester concentré après le podium de Sotchi

Article précédent

Pérez - Rester concentré après le podium de Sotchi

Article suivant

Vettel - Il n'y avait aucune garantie en venant chez Ferrari

Vettel - Il n'y avait aucune garantie en venant chez Ferrari

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton Boutique
Auteur René Fagnan
Type d'article Preview