600 GP Williams : La fin du règne (4/7)

Fin 1997, Williams perd Renault et Adrian Newey, son ingénieur de génie recruté en 1990 et annoncé en partance pour McLaren dès 1998

Fin 1997, Williams perd Renault et Adrian Newey, son ingénieur de génie recruté en 1990 et annoncé en partance pour McLaren dès 1998.

Le Britannique manque complètement le développement de la FW20, qui se retrouve propulsée par un bloc Mecachrome peut performant.

Jacques Villeneuve ne parvient pas à défendre son titre et doit se contenter de deux podiums, en Allemagne puis en Hongrie (troisième). Son équipier Heinz-Harald Frentzen ne fait pas beaucoup mieux et ne goutte le champagne qu'à une reprise, lors de la manche inaugurale en Australie.

Williams sauve in-extremis la troisième place du championnat constructeur, avec seulement quatre unités d'avance sur Jordan Grand Prix, qui monte en puissance.

La saison 1998 est plus difficile encore. Williams doit composer avec un duo inédit Alex Zanardi / Ralf Schumacher. Le premier n'inscrit pas le moindre point tandis que le second s'avère être une belle révélation. Néanmoins, les 35pts remportés par le cadet des Schumacher (dont un podium, en Italie) ne permettent pas à Williams de rester dans le top 3. L'écurie britannique termine derrière Jordan Grand Prix et même derrière la vaillante équipe Stewart.

Williams signe ensuite un nouveau partenariat, avec BMW, qui devient ainsi son nouveau motoriste dès 2000. Une nouvelle ère commence.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Ralf Schumacher , Heinz-Harald Frentzen , Jacques Villeneuve , Alex Zanardi , Adrian Newey
Équipes McLaren , Williams
Type d'article Actualités