Le 1000e GP du Championnat du monde de F1
Dossier

Le 1000e GP du Championnat du monde de F1

Le 700e GP : Pluie, crashs et imbroglio pour une victoire

partages
commentaires
Le 700e GP : Pluie, crashs et imbroglio pour une victoire
Par :
9 avr. 2019 à 07:00

À l'occasion du 1000e GP du Championnat du monde de F1, Motorsport.com vous fait revivre les épreuves aux nombres symboliques de l'Histoire de la discipline. Voici le récit du 700e Grand Prix, celui du Brésil 2003.

Au début des années 2000, le Grand Prix du Brésil est traditionnellement disputé en début de saison. C'est donc le premier week-end d'avril que les dix écuries constituant le plateau de la saison 2003 posent leurs valises à Interlagos. La troisième manche de l'année marque un centenaire de plus pour la Formule 1, qui organise alors le 700e Grand Prix de son Histoire.

Lire aussi :

Le début de championnat a tourné à l'avantage de McLaren-Mercedes, et c'est Kimi Räikkönen qui est aux commandes chez les pilotes. Dans le même temps, la Scuderia Ferrari doit sauver les meubles car elle aligne toujours sa F2002 de l'année précédente. La nouvelle monoplace n'arrivera qu'en Espagne, pour la cinquième course.

Ce 700e week-end de F1 reste aussi un tournant sur le volet de la sécurité, puisque désormais le système HANS est obligatoire pour tous les pilotes. Certains réfractaires refusaient en effet de l'utiliser malgré son instauration depuis le début de la saison, et la FIA serre la vis pour en faire une protection incontournable.

Le système HANS devient obligatoire pour tous les pilotes.

Le système HANS devient obligatoire pour tous les pilotes.

Le contexte de ce Grand Prix du Brésil est rendu compliqué par des conditions climatiques difficiles. De fortes pluies s'abattent sur Sao Paulo, et la donne est encore plus délicate en raison d'un changement de réglementation… Pour réduire les coûts, les manufacturiers ne peuvent sélectionner qu'un type de gomme pluie avant chaque week-end, et Michelin comme Bridgestone ont choisi des pneus intermédiaires !

Alors que les qualifications se déroulent en deux séances, certains pilotes demandent l'annulation de la première en faisant circuler une pétition au nom du GPDA, l'association des pilotes de Grand Prix. Cette tentative est toutefois un échec, tandis que la pluie se calme un peu et permet finalement la tenue du programme normal. Devant son public, Rubens Barrichello s'offre la pole position le samedi, devant la McLaren de David Coulthard et l'étonnante Jaguar de Mark Webber.

Une course dantesque

Le dimanche 6 avril, les averses reprennent de plus belle. Le départ de l'épreuve est d'abord différé de dix minutes, puis il est finalement donné derrière la voiture de sécurité. Au volant de sa Jordan, Giancarlo Fisichella en profite pour passer immédiatement par les stands et ajouter du carburant. Un pari qui sera décisif.

Lire aussi :

Une fois la course vraiment lancée, Barrichello est rapidement en difficulté. Les pneus Michelin sont plus efficaces que les Bridgestone dans ces conditions détrempées, et les deux McLaren en profitent. Coulthard vire en tête, avant que son coéquipier Kimi Räikkönen ne prenne les commandes. Peu de temps après, la suspension de la Jordan de Ralph Firman explose en pleine ligne droite, entraînant dans son malheur la Toyota d'Olivier Panis et l'entrée en piste de la voiture de sécurité.

La suspension de Firman lâche, et il ne peut éviter la Toyota de Panis.

La suspension de Firman lâche, et il ne peut éviter la Toyota de Panis.

Cette neutralisation génère un ballet d'arrêts au stand qui tourne à l'avantage de Barrichello. Si la piste s'assèche, elle demeure très piégeuse, et c'est principalement le cas dans le troisième virage, où une rigole d'eau anéantit les espoirs de plusieurs pilotes. Piégé, Juan Pablo Montoya y part à la faute avec sa Williams, imité par Antônio Pizzonia sur la Jaguar. Et tandis qu'une grue évacue les deux monoplaces, Michael Schumacher sort à son tour au même endroit… l'Allemand abandonne, mais on a surtout évité le pire. C'est la première fois qu'il met pied à terre depuis la saison 2001.

Quelques instants plus tard, c'est au tour de Jos Verstappen (Minardi) et Jenson Button (BAR) d'être les victimes de ce virage 3. Une nouvelle fois, la course est neutralisée par le Safety Car, tandis que ces circonstances de course ont permis à Barrichello de reprendre la tête de la course. Le Brésilien peut rêver d'une victoire devant un public acquis tout entier à sa cause, mais il va subir une défaillance cruelle de son système d'alimentation. Les deux Ferrari sont hors course, du jamais vu depuis près de quatre ans.

Schumacher sort de la piste alors qu'une grue retire la Jaguar accidentée de Pizzionia.

Schumacher sort de la piste alors qu'une grue retire la Jaguar accidentée de Pizzionia.

Leader du championnat, Räikkönen ne se fait pas prier et semble filer vers un deuxième succès consécutif. Mais le Finlandais commet une petite faute que Fisichella, revenu aux avant-postes à la faveur de son arrêt en tout début de Grand Prix, exploite pour prendre les rênes. On s'attend alors à un duel entre les deux hommes, mais il va tourner court.

L'incroyable confusion

Dans le dernier virage du circuit, Mark Webber est violemment sorti de la piste. Les drapeaux jaunes sont agités, Fisichella et Räikkönen passent prudemment en parvenant à éviter les débris, mais pas Fernando Alonso. Celui-ci heurte une roue de plein fouet avant d'être catapulté dans le mur. Groggy, l'Espagnol s'en tire miraculeusement indemne. Nous sommes au 56e tour de course et les débris qui jonchent le tracé sont trop nombreux pour prendre le moindre risque : le drapeau rouge est brandi.

Après son crash, Alonso est sonné.

Après son crash, Alonso est sonné.

Plus de 75% de la distance a été couverte, ce qui permet d'entériner les résultats. Dans le clan Jordan, c'est l'explosion… de même que sur la voiture du héros Fisichella, avec un début d'incendie tout juste après avoir rejoint la voie des stands ! La petite équipe célèbre ce succès inespéré, avant que les commissaires ne jettent un froid. Le règlement stipule que le classement final après un drapeau rouge est celui établi deux tours avant. Selon eux, Räikkönen était encore leader à ce moment-là, et c'est lui qui va avoir l'honneur de monter sur la plus haute marche du podium.

Lire aussi :

La plus grande confusion règne à Interlagos, d'autant que le podium se déroule sans Alonso, transporté par précaution au centre médical. Pour Eddie Jordan, les sentiments sont forcément étranges… Dans les jours qui suivent, l'écurie va réussir à apporter la preuve irréfutable qu'il y a eu une erreur, et que Fisichella a bien entamé le 56e tour avant le déploiement du drapeau rouge. C'est donc le classement du 54e tour qui doit être pris en compte, soit après la prise de pouvoir du pilote italien aux dépens Räikkönen.

Au siège parisien de la FIA, l'erreur est clairement admise, et la victoire est logiquement rendue à qui de droit. Lors du Grand Prix suivant à Imola, le week-end débute par une cérémonie très inhabituelle. La McLaren de Räikkönen et la Jordan de Fisichella posent pour la postérité, tandis que le Finlandais, beau joueur, rend le trophée à son adversaire. Le futur pilote Renault peut enfin pleinement savourer la première de ses trois victoires en Formule 1 !

Fisichella récupère le trophée du vainqueur à Saint-Marin, directement des mains de Räikkönen.

Fisichella récupère le trophée du vainqueur à Saint-Marin, directement des mains de Räikkönen.

Brazil Grand Prix du Brésil 2003

  Pilote  Voiture/Moteur  Trs  Écart/Cause
1 Italy Giancarlo Fisichella Jordan/Ford 54 1:31'17.748
2 Finland Kimi Räikkönen McLaren/Mercedes 54 0.945
3 Spain Fernando Alonso Renault 54 6.348
4 United Kingdom David Coulthard McLaren/Mercedes 54 8.096
5 Germany Heinz-Harald Frentzen Sauber/Petronas 54 8.642
6 Canada Jacques Villeneuve BAR/Honda 54 16.054
7 Germany Ralf Schumacher Williams/BMW 54 38.526
8 Italy Jarno Trulli Renault 54 45.927
9 Australia Mark Webber Jaguar/Cosworth 53 Sortie de piste
10 Brazil Cristiano da Matta Toyota 53 1 tour
Ab Brazil Rubens Barrichello Ferrari 46 Alimentation
Ab United Kingdom Jenson Button BAR/Honda 32 Sortie de piste
Ab Netherlands Jos Verstappen Minardi/Cosworth 30 Sortie de piste
Ab Germany Michael Schumacher Ferrari 26 Sortie de piste
Ab Colombia Juan Pablo Montoya Williams/BMW 24 Sortie de piste
Ab Brazil Antônio Pizzonia Jaguar/Cosworth 24 Sortie de piste
Ab France Olivier Panis Toyota 17 Accrochage
Ab Ireland Ralph Firman Jordan/Ford 17 Suspension
Ab United Kingdom Justin Wilson Minardi/Cosworth 15 Sortie de piste
Ab Germany Nick Heidfeld Sauber/Petronas 8 Moteur
Diapo
Liste

Jordan EJ13

Jordan EJ13
1/20

Photo de: Camille De Bastiani

Kimi Raikkonen, McLaren, David Coulthard, McLaren

Kimi Raikkonen, McLaren, David Coulthard, McLaren
2/20

Photo de: Steve Etherington / LAT Images

Le podium avec Kimi Raikkonen, McLaren, et Giancarlo Fisichella, Jordan

Le podium avec Kimi Raikkonen, McLaren, et Giancarlo Fisichella, Jordan
3/20

Photo de: LAT Images

Giancarlo Fisichella, Jordan EJ13, fête sa victoire

Giancarlo Fisichella, Jordan EJ13, fête sa victoire
4/20

Photo de: LAT Images

La Renault R23 de Fernando Alonso après son crash

La Renault R23 de Fernando Alonso après son crash
5/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Fernando Alonso, Renault Renault F1 Team R23, sonné après son crash

Fernando Alonso, Renault Renault F1 Team R23, sonné après son crash
6/20

Photo de: LAT Images

Giancarlo Fisichella, Jordan, Eddie Jordan, Ron Dennis, et Kimi Raikkonen lors d'une cérémonie de restitution du trophée du GP du Brésil

Giancarlo Fisichella, Jordan, Eddie Jordan, Ron Dennis, et Kimi Raikkonen lors d'une cérémonie de restitution du trophée du GP du Brésil
7/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Giancarlo Fisichella, Jordan Ford EJ13, évite les débris en piste

Giancarlo Fisichella, Jordan Ford EJ13, évite les débris en piste
8/20

Photo de: LAT Images

Rubens Barrichello, Ferrari F2002, contraint à l'abandon alors qu'il était leader

Rubens Barrichello, Ferrari F2002, contraint à l'abandon alors qu'il était leader
9/20

Photo de: LAT Images

Ralph Firman, Jordan EJ13, rencontre un problème de suspension et accroche la Toyota d'Olivier Panis

Ralph Firman, Jordan EJ13, rencontre un problème de suspension et accroche la Toyota d'Olivier Panis
10/20

Photo de: LAT Images

Crash de Michael Schumacher alors que la monoplace d'Antônio Pizzonia est en train d'être évacuée.

Crash de Michael Schumacher alors que la monoplace d'Antônio Pizzonia est en train d'être évacuée.
11/20

Photo de: LAT Images

Giancarlo Fisichella, Jordan

Giancarlo Fisichella, Jordan
12/20

Photo de: Lorenzo Bellanca / LAT Images

Jarno Trulli, Renault Renault F1 Team R23, passe après le crash de Fernando Alonso

Jarno Trulli, Renault Renault F1 Team R23, passe après le crash de Fernando Alonso
13/20

Photo de: LAT Images

Jarno Trulli, Renault Renault F1 Team R23, passe après le crash de Fernando Alonso

Jarno Trulli, Renault Renault F1 Team R23, passe après le crash de Fernando Alonso
14/20

Photo de: LAT Images

L'équipe médicale s'occupe de Fernando Alonso après son crash

L'équipe médicale s'occupe de Fernando Alonso après son crash
15/20

Photo de: Steve Etherington / LAT Images

Les débris de la Jaguar de Mark Webber et de la Renault de Fernando Alonso

Les débris de la Jaguar de Mark Webber et de la Renault de Fernando Alonso
16/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Giancarlo Fisichella et Eddie Jordan célèbrent la deuxième place

Giancarlo Fisichella et Eddie Jordan célèbrent la deuxième place
17/20

Photo de: Jordan Grand Prix

Giancarlo Fisichella sort de sa Jordan en feu en parc fermé

Giancarlo Fisichella sort de sa Jordan en feu en parc fermé
18/20

Photo de: Brousseau Photo

Juan Pablo Montoya et David Coulthard

Juan Pablo Montoya et David Coulthard
19/20

Photo de: Sutton Motorsport Images

Garage Renault

Garage Renault
20/20

Photo de: Renault F1

Article suivant
Le 600e GP : Affaibli, Villeneuve résiste et égale son père

Article précédent

Le 600e GP : Affaibli, Villeneuve résiste et égale son père

Article suivant

Räikkönen : Le pilotage est désormais le même entre V6 hybrides et V8

Räikkönen : Le pilotage est désormais le même entre V6 hybrides et V8
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine
Soyez le premier à recevoir
toute l'actu