Il y a 40 ans : la première victoire de Gilles Villeneuve, au Canada

Le 8 octobre 1978, le Québécois Gilles Villeneuve remportait, aux commandes de sa Ferrari, sa première victoire en Formule 1 devant ses fans à Montréal. Témoignage.

Il y a 40 ans : la première victoire de Gilles Villeneuve, au Canada
Gilles Villeneuve, Ferrari 312T3
Gilles Villeneuve, Ferrari 312T3
Gilles Villeneuve, Ferrari 312T3
Gilles Villeneuve, Ferrari 312T3
Gilles Villeneuve, Ferrari 312T3
Gilles Villeneuve, Ferrari 312T3
Podium : le vainqueur Gilles Villeneuve, Ferrari, Pierre Elliot Trudeau, Premier ministre du Canada
Podium : le vainqueur Gilles Villeneuve, Ferrari, le second Jody Scheckter, Wolf, le troisième Carlos Reutemann, Ferrari

Je suis assis sur mon siège, ou plutôt mon bout de planche de bois. Tribune A-1, section 106, rangée N et siège 29. Droit devant moi : le stand de la Scuderia Ferrari et de mon héros, Gilles Villeneuve.

Le ciel est terriblement bas et gris, il fait froid et quelques flocons virevoltent au gré du vent. C’était il y a de cela 40 ans. J’étais frigorifié. Mais en compagnie des quelque 60'000 autres passionnés, j’allais vivre un moment unique dans un peu moins de deux heures. Celle de la première victoire en Formule 1 d’un pilote sur son sol natal ; la victoire de Gilles Villeneuve au premier Grand Prix du Canada organisé à Montréal.

Vendredi, nous sommes accueillis au tout nouveau circuit de l’Île Notre-Dame par la pluie. Il fait froid et les bolides, qui circulent entre les érables aux couleurs rouge et jaune de l’automne, soulèvent d’impressionnantes gerbes d’eau.

Le gazon aux abords de la piste n’a pas eu le temps de pousser, et les voitures qui sortent de piste reviennent couvertes de boue dans les garages situés à l'extrémité du bassin olympique des J.O. de 1976.

Lire aussi :

C’est le Français Jean-Pierre Jarier qui réalise la pole position aux commandes d'une Lotus 79-Ford. Jarier remplace Ronnie Peterson, qui a perdu tragiquement la vie dans un carambolage survenu lors de la course précédente, à Monza.

Sur la grille de départ, Jarier devance la Wolf WR6 de Jody Scheckter, la Ferrari 312 T3 de Gilles Villeneuve, la Brabham BT46A-Alfa Romeo de John Watson et la Williams FW06-Ford d’Alan Jones.

Villeneuve planifie sa course avec son ingénieur, Antonio Tomaini, et avec Pierre Dupasquier, de Michelin. Puisqu’il fait assez froid, tous s’entendent à jouer un grand coup : équiper la Ferrari du Québécois de pneus tendres. Normalement, ces pneus ne devraient pas tenir le coup, mais puisqu’il fait froid, ils devraient se dégrader très lentement. Évidemment, la Ferrari va glisser comme sur du verglas, mais ça, Gilles connaît.

La Lotus trahie par ses freins

Tandis que Jarier s’envole devant tout le monde au rythme d’une seconde par tour, Jones se glisse au second rang. Puis, Villeneuve remonte ses rivaux et roule au second rang quand la foule se lève d’un coup et clame son étonnement au 50e tour. Jarier rentre au stand ! Les freins de la Lotus n’ont pas tenu le coup. Villeneuve est en tête !  

Au 70e tour, le starter officiel, Michel Hanson, salue la victoire de Villeneuve. Ce dernier effectue un tour d'honneur, brandissant le drapeau à damier comme il le faisait en Formule Atlantique. Au stand Ferrari, c’est la folie. Joann Villeneuve, l’épouse de Gilles, étreint Jean Campiche, le chronométreur de Heuer attitré à la Scuderia.

Il n’y a pas vraiment de podium. Tout le monde grimpe sur le toit des petits garages temporaires. Gilles Villeneuve est frigorifié. Son manager, Gaston Parent, lui offre son gros manteau de chasse gris. Le Premier ministre canadien, Pierre-Elliott Trudeau, présente le trophée au vainqueur, puis Villeneuve secoue non pas une bouteille de champagne, mais une énorme bouteille de bière Labatt 50, le sponsor de l’événement.

Mes amis et moi claquons des dents, grelottons et avons les mains gelées, mais nous sommes terriblement heureux d’avoir vécu une journée mémorable dont on a grand plaisir à se souvenir, 40 ans plus tard.

partages
commentaires
Arrivabene : "À nous de défier l'impossible !"
Article précédent

Arrivabene : "À nous de défier l'impossible !"

Article suivant

Pourquoi Magnussen n'a pas été pénalisé à Suzuka

Pourquoi Magnussen n'a pas été pénalisé à Suzuka
Charger les commentaires
Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021