Abiteboul : Les problèmes de Renault sont "frustrants et inacceptables"

Cyril Abiteboul prend la parole avec fermeté suite au double abandon de Renault lors du Grand Prix de Bahreïn. Plus que jamais, la fiabilité est au cœur du sujet.

Abiteboul : Les problèmes de Renault sont "frustrants et inacceptables"

C'était une première depuis le Grand Prix de France 2003, à l'époque avec Fernando Alonso et Jarno Trulli : les deux Renault terrassées par des défaillances liées au groupe propulseur, Daniel Ricciardo trahi par son MGU-K alors que Nico Hülkenberg a subi un problème pour l'heure indéfini. Coïncidence, les deux hommes se sont immobilisés au même endroit dans le même tour !

Lire aussi :

Pour le directeur d'équipe Cyril Abiteboul, cette situation n'est pas tolérable – d'autant que Hülkenberg et Ricciardo étaient sixième et dixième lorsqu'ils ont été contraints à l'abandon, à quelques tours du drapeau à damier. Ils auraient donc pu marquer neuf points et hisser le Losange au quatrième rang du championnat. Or, le sujet que représente le manque de fiabilité des unités de puissance Renault n'est pas récent.

"Comme à Melbourne, nos qualifications à Bahreïn ont été fortement compromises par des problèmes électroniques mineurs affectant les deux voitures", commente Cyril Abiteboul. "Aujourd'hui [dimanche, ndlr], notre course s’est brutalement arrêtée si près de l’arrivée."

"Nous avons déjà rencontré ces soucis, mais nous n’avons pas été en mesure de les corriger à Bahreïn. Ces problèmes sont de plus en plus frustrants et inacceptables dans la mesure où les deux monoplaces ont fait preuve d’une excellente compétitivité, tant sur un tour qu’en course. Nous devons réagir et concentrer notre attention sur la fiabilité."

Cyril Abiteboul, directeur général Renault F1 Team

Hülkenberg et Ricciardo, contre mauvaise fortune bon cœur

La frustration est d'autant plus grande que Renault a en effet démontré un potentiel intéressant lors de cette course. Non seulement les deux pilotes étaient dans les points, mais le déficit par rapport au leader était moindre qu'au Grand Prix de Bahreïn 2018 : 64 secondes pour Hülkenberg au 53e tour (juste avant son abandon) contre 85 secondes l'an passé au même stade de la course.

"Du côté positif, nous avions un bon rythme dans la voiture, même si les problèmes rencontrés en qualifications comme en course nous ont empêchés d'obtenir d'excellents résultats", confirme l'Allemand. "J'ai toujours pensé que nous étions dans la bataille. Peut-être que Haas est parfois un peu plus rapide, mais nous sommes au niveau, plus ou moins."

"C'est très serré. Cela dépend probablement un peu des circuits, mais j'ai toujours pensé que nous n'étions pas loin d'eux, et même pas loin de mener le milieu de tableau. Comme on l'a vu, McLaren n'était pas loin derrière et Alfa [Romeo] était là aussi ; ce sont donc les petites choses qui font la différence. Nous sommes certainement en bonne position mais devons continuer à développer et à améliorer cette voiture pour y rester."

Lire aussi :

De son côté, Ricciardo a pu mener la course pendant quelques secondes grâce à une audacieuse stratégie à un arrêt. Poursuivant son adaptation et son intégration à son nouvel environnement, le pilote Renault demeure convaincu que le meilleur reste à venir.

"Dans le premier relais, j'étais assez surpris que nous dépassions quelques voitures, la sensation n'était pas particulièrement géniale", indique l'Australien, qui s'est alors défait de Kimi Räikkönen et de Kevin Magnussen. "Mais par rapport à nos concurrents, on dirait que nous sommes plutôt en forme, et je sens qu'il est possible de faire bien mieux."

"J'ai davantage d'expérience désormais [chez Renault], donc je sais qu'il est possible de faire bien mieux, et j'espère que nous y parviendrons bientôt. En tout cas, je ressens plus de confiance dans la voiture."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Nico Hulkenberg, Renault R.S. 19, devant Daniel Ricciardo, Renault R.S.19

partages
commentaires
Mick Schumacher débute ses essais avec Ferrari
Article précédent

Mick Schumacher débute ses essais avec Ferrari

Article suivant

Ricciardo veut apprivoiser la Renault aux essais de Bahreïn

Ricciardo veut apprivoiser la Renault aux essais de Bahreïn
Charger les commentaires
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021
Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes Prime

Ces erreurs que Red Bull ne peut plus commettre face à Mercedes

OPINION : L'écurie Red Bull a disposé du package le plus rapide pendant la majeure partie de l'année 2021, mais lors de plusieurs épreuves de la dernière ligne droite, elle a gaspillé le potentiel de la RB16B. Deux Grands Prix avant la fin de saison, elle ne peut pas se permettre de le faire à nouveau avec Lewis Hamilton qui réduit l'écart sur Max Verstappen au classement des pilotes.

Formule 1
26 nov. 2021
Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues Prime

Pourquoi l'aileron Red Bull fait des vagues

Le DRS oscillant de Red Bull a fait parler de lui lors du Grand Prix du Qatar. Plus précisément, c'est une des configurations de l'aileron arrière de l'équipe qui pose problème.

Formule 1
25 nov. 2021