Abu Dhabi du point de vue pneumatique

- La température chute en moyenne de 15°C durant la course, passant de 45°C au départ à 30°C à l’arrivée ! Il s’agit d’un phénomène opposé à celui observé habituellement en course, quand les températures de piste montent progressivement

- La température chute en moyenne de 15°C durant la course, passant de 45°C au départ à 30°C à l’arrivée ! Il s’agit d’un phénomène opposé à celui observé habituellement en course, quand les températures de piste montent progressivement.

- Un petit peu comme à Suzuka, la première portion du circuit consiste essentiellement en une série de courbes imposant la voiture à des forces d’accélération latérale de 4g. Les pneus doivent fournir une performance optimale dans la longue ligne droite, où les monoplaces sont en pleine charge d’accélération pendant environ 15 secondes. Cela équivaut à une charge aéro d’environ 800kg, poussant sur les quatre roues.

- La traction est l’un des aspects les plus importants pour trouver de la performance à Yas Marina, car il y a beaucoup de courbes négociées à grande vitesse. Afin d’aider les pilotes à bénéficier de traction, les ingénieurs ont tendance à régler les voitures avec un train arrière assez souple, mais pouvant accroître l’usure pneumatique. Si le réglage est trop rigide à l’arrière, le problème opposé peut être rencontré : trop de patinage altèrera alors également la durée de vie des pneus.

- Le circuit de Yas Marina se trouve au niveau de la mer, avec une densité atmosphérique élevée, boostant ainsi les performances moteur. Cette puissance supplémentaire a également un effet sur l’usure des pneus, car des demandes plus importantes sont placées sur le train arrière. Les autos roulent généralement avec des niveaux d’appuis moyens, car Abu Dhabi est un circuit tout en compromis.

- La surface de la piste d’Abu Dhabi a été réalisée avec un gravier provenant d’Angleterre, globalement peu abrasif. Au fur et à mesure de l’évolution de la piste grâce au « gommage », les performances évoluent progressivement durant le weekend. Il est par ailleurs fréquent de trouver de la poussière ou du sable en début de weekend en raison de la proximité du désert.

- L’an dernier, les deux premiers (Kimi Räikkönen et Fernando Alonso) ne s’étaient arrêté qu’une fois. Ils avaient pris le départ en pneu tendre, pour finir en medium. Sebastian Vettel, qui était parti depuis la voie des stands après s’être vu refuser son temps de qualifications, était arrivé 3ème avec deux arrêts. Il était parti en medium et avait réalisé deux relais en tendre.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Sebastian Vettel
Type d'article Actualités