Aéro - Les partenariats interdits mais Ferrari et Haas peuvent souffler

partages
commentaires
Aéro - Les partenariats interdits mais Ferrari et Haas peuvent souffler
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
Traduit par: Fabien Gaillard
29 nov. 2015 à 19:00

Les équipes de Formule 1 ont été averties que la collusion concernant les tests aérodynamiques n’est pas autorisée, afin d’éviter que se répète la controverse entourant la relation entre Ferrari et Haas.

Logo FIA
La soufflerie
La soufflerie de BMW Sauber
Lotus F1 Racing dans la soufflerie
Les quartiers généraux de Haas F1 Team
Esteban Gutiérrez et Gene Haas
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Kimi Raikkonen, Scuderia Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF15-T
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06
Kimi Raikkonen, Ferrari SF15-T
Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T
Pastor Maldonado, Lotus F1 E23

A la suite d’une requête de Mercedes pour une clarification des règles concernant les limites du travail de soufflerie et par CFD (dynamique computationnelle des fluides, par informatique), la FIA a publié un document ce dimanche mettant en avant sa vision de la façon dont ces partenariats doivent fonctionner.

Et dans ce document de huit pages, il est clairement établi que les règles qui doivent empêcher de tels accords de coopération devront être rigoureusement renforcées dans le futur.

"Les commissaires recommandent à la FIA qu’à l’avenir, une fois qu’un potentiel concurrent (en opposition avec l’Inscription Officielle) candidate pour être un compétiteur dans le Championnat du Monde de Formule 1 de la FIA et que cette candidature est acceptée, ce concurrent devrait être lié par les Annexes 6 et 8 (et à ce sujet, à toute autre section appropriée des Règlements Sportifs et Technique de la Formule 1)," est-il indiqué.

Pas d'infraction de Ferrari et Haas

La controverse a émergé après des inquiétudes concernant le fait que Ferrari aurait tiré profit des essais en soufflerie et par CFD conduits au nom de Haas, qui n’étaient pas concernés par les limites.

Les commissaires ont mis en lumière que, cependant, eu égard aux éléments fournis par Ferrari et Haas, et les protestations adressées par Mercedes, Red Bull, Williams et Force India, il n’y avait aucune preuve d’infraction commise dans le passé.

La FIA a déclaré : "Ayant examiné les rapports (y compris les audits sur les installations des équipes) qui nous ont été fournis, les commissaires confirment qu’il n’y a aucune preuve que les concurrents n’ont pas respecté les exigences des Annexes 6 et 8 de la manière dont ils étaient interprétés jusqu’à ce jour."

Durcissement des règles

Tout en clarifiant des détails des règlements concernant les restrictions sur ce qui peut et ne peut pas être partagé entre des équipes, les commissaires de la FIA ont mis en exergue des cas dans lesquels il semble qu’il y aurait infraction si les équipes agissaient ainsi à l’avenir.

Il a été indiqué aux équipes que :

  • Aucun employé ou consultant d’une équipe impliqué dans du développement aérodynamique ne peut transmettre d’informations obtenues dans le cadre de leur propre quota ATR (restrictions de tests aérodynamiques) à un employé ou un consultant d’une autre équipe.
  • Aucun employé d’une équipe impliqué dans du développement aérodynamique ne peut quitter cette entreprise et être embauché à un poste similaire par une autre équipe sans être passé par un délai adéquat (ou normal) de carence.
  • Aucun employé d’une équipe impliqué dans du développement aérodynamique, et qui quitte cette entreprise pour prendre un poste similaire avec une autre équipe, ne peut ensuite revenir chez son ancienne structure sans être passé par un délai adéquat (ou normal) de carence.
  • Aucun employé d’une équipe impliqué dans du développement aérodynamique, et qui quitte ensuite cette entreprise, ne peut transmettre d’informations obtenues dans le cadre du quota ATR de son ancien employeur à un autre employé ou consultant d’une autre équipe sans être passé par un délai adéquat (ou normal) de carence.
  • Aucun employé d’une entité externe impliqué dans du développement aérodynamique pour la F1 ne peut être employé par une équipe, à plein-temps ou à temps partiel, sans être passé par un délai adéquat (ou normal) de carence.
  • Aucun employé d’une équipe impliqué dans du développement aérodynamique ne peut être détaché, ou employé à temps partiel, par une autre équipe à moins qu’un tel partenariat ou qu’un tel emploi ait fait l'objet un véritable accord de long terme dans le seul but de fournir à l’autre équipe une expertise technique. Tout employé détaché ne doit pas ensuite revenir au sein de son équipe originale sans être passé par un délai adéquat (ou normal) de carence. Trois mois seraient considérés comme un authentique accord de long terme.
  • Aucune équipe ne pourrait acquérir des surfaces aérodynamiques d’une entité externe (même si une telle entité affirme les avoir conçues pour son propre usage), sauf si le moindre outil de tests aérodynamiques utilisé pour développer les surfaces est compté dans le cadre du quota ATR de l’équipe en question.
  • Des équipes qui partagent une soufflerie (ou tout outil de tests aérodynamiques comme décrit dans l’Annexe 8, y compris un regroupement de CFD) doivent mettre en place des procédures appropriées pour éviter toute infraction à la confidentialité ou aux restrictions générales de l’Annexe 6 et de l’Annexe 8.

Cliquez ici pour lire le verdict complet de la FIA (en anglais)

Prochain article Formule 1
Photos - Dimanche au GP d'Abu Dhabi

Article précédent

Photos - Dimanche au GP d'Abu Dhabi

Article suivant

Bottas - "Tout est allé de travers"

Bottas - "Tout est allé de travers"

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari Boutique , Mercedes
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités