Formule 1
12 mars
-
15 mars
EL1 dans
21 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
EL1 dans
29 jours
02 avr.
-
05 avr.
EL1 dans
43 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
EL1 dans
78 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
EL1 dans
91 jours
04 juin
-
07 juin
EL1 dans
106 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
EL1 dans
113 jours
25 juin
-
28 juin
EL1 dans
127 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
EL1 dans
134 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
EL1 dans
148 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
EL1 dans
162 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
EL1 dans
190 jours
03 sept.
-
06 sept.
EL1 dans
197 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
EL1 dans
211 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
EL1 dans
218 jours
08 oct.
-
11 oct.
EL1 dans
231 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
EL1 dans
246 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
EL1 dans
253 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
EL1 dans
267 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
EL1 dans
281 jours

Alan Jones, l'Etoile australienne

partages
commentaires
Alan Jones, l'Etoile australienne
12 mars 2014 à 15:00

Connu des fans de F1 contemporains pour son franc-parler parfois fracassant, Alan Jones a été pendant longtemps l’incarnation type de ce que l’on appelle « le pilote Williams »

Connu des fans de F1 contemporains pour son franc-parler parfois fracassant, Alan Jones a été pendant longtemps l’incarnation type de ce que l’on appelle « le pilote Williams ». A tel point qu’il se dit souvent avec malice que Sir Frank et Patrick Head ne se réjouissaient qu’à moitié lorsque leur line-up de l’équipe ne comprenait pas le bourru australien !

Jones a fait partie de l’aventure Williams lorsque le team est entré dans le grand bain en F1. Il remporta le championnat pilotes pour eux, avant de se frictionner avec son coéquipier et de prendre sa retraite. Il fut l'un des porteurs du légendaire N°27 en F1, mais pas au volant d'une Ferrari!

Jones passa par de nombreux volants, dont Hesketh (1975), Surtess (1976) et Shadow (1977), avant de recevoir le baquet Williams en 1978. Alors que les progrès de Williams deviennent conséquents en 1979, c’est Clay Regazzoni, son coéquipier d’alors, qui signe pourtant la première victoire du team en Formule 1 (à Silverstone).



En fin d’année, Jones récolte les lauriers en signant une série de victoires. Malheureusement, il ne peut se battre pour la couronne mondiale face à Jody Scheckter (champion avec Ferrari pour la dernière fois avant un certain Michael Schumacher). Le règlement de l’époque est en effet particulier : les pilotes ne peuvent en effet comptabiliser que leurs quatre meilleurs résultats de chaque moitié de la saison pour marquer les points au championnat.

L’année suivante, le champion sud-africain et Ferrari sont à la peine, et Jones rapporte le titre à Williams avec cinq victoires. Un sixième succès passe aux oubliettes, en Espagne, en raison de troubles politiques.

Et c’est finalement la politique et le relationnel qui l’emporteront contre Jones chez Williams : en 1981, son coéquipier Carlos Reutemann décide d’ignorer les consignes d’équipe et signe la victoire au Brésil. La mèche est allumée entre les deux hommes et avec le team, qui ne prend pas le soin de préserver le rang de son champion. Déçu et conscient des risques physiques que représente la F1 à l’époque avec l’effet de sol, Jones annonce son départ de la discipline.

L’Australien tente deux retours en F1 après la disparition des autos à effet de sol. Il ne parvient cependant à s’attirer les faveurs d’un top team et ne peut faire forte impression. L’épisode Arrows, à Long Beach 1983, n’est qu’une passade ; avant une tentative de retour plus sérieuse avec Haas-Lola fin 1985, et poursuivie en 1986. Seuls 4 points récompenseront l’association.

Article suivant
Palmarès : Les dix derniers vainqueurs à Melbourne

Article précédent

Palmarès : Les dix derniers vainqueurs à Melbourne

Article suivant

Infographie - Les données de Melbourne

Infographie - Les données de Melbourne
Charger les commentaires