Albon : "Pas de la chance" mais une stratégie "optimiste"

"Moins surprenant" pour lui de finir dans le top 10 à Miami qu'en Australie, Alex Albon se félicite d'un choix de stratégie "optimiste" de Williams dans un début de saison plus positif qu'il n'y paraît.

Charger le lecteur audio

Victime de problèmes de températures de gommes en Q1 lors des qualifications, qui l'ont relégué au 18e rang sur la grille, Alexander Albon avait auparavant réalisé de bonnes performances en Essais Libres 3. En course, le Thaïlandais a franchi la ligne d'arrivée au dixième rang, avant d'être promu en neuvième place à la suite d'une seconde pénalité infligée à Fernando Alonso. Il s'était élancé en pneus mediums, avant un arrêt au 16e tour pour monter des durs, gommes avec lesquelles il a fini la course.

"Je suis super heureux", a déclaré Albon lorsque Motorsport.com l'a interrogé sur sa course. "Si l'on regarde l'ensemble du week-end, je dirais en fait que c'est évidemment beaucoup moins surprenant que Melbourne. Nous étions dans le top 10 lors de deux séances d'essais libres, et donc globalement à ce niveau. Ce n'était pas une question de carburant [en moins dans la voiture] ou quelque chose comme ça, nous étions là sur notre rythme pur. Donc obtenir la dixième place est, je pense, ce que nous aurions dû avoir tout le week-end."

"Bien sûr, nous avons eu la chance d'avoir quelques accrochages de voitures devant nous [notamment celui entre Vettel et Schumacher en fin de GP, ndlr], mais nous étions juste derrière elles, nous les rattrapions aussi. Je suis donc très heureux. C'était un week-end très solide. L'anomalie, ce sont les qualifications. Et nous avons besoin de comprendre où retrouver la performance, parce que je pense que nous l'avions à Bahreïn, et nous avons juste perdu un peu pied. Nous avons eu le problème de freins à Imola. Nous avons eu le problème de carburant à Melbourne [en qualifications]. Et puis ici, nous n'avons tout simplement pas pu mettre les pneus en température, donc c'est très positif."

Albon a tenu à insister sur le bon rythme affiché tout au long de la course, et balaie d'un revers de main l'idée que cette performance est due à une certaine réussite quant aux circonstances de course. "Nous nous sommes battus avec George [Russell] au début de la course. Nous l'avons même dépassé à un moment donné. Nous avons ensuite rattrapé Daniel [Ricciardo], puis nous avons rattrapé tout le peloton devant nous. Donc je n'appelle même pas ça de la chance. Nous avons été de nouveau optimistes sur la stratégie, nous sommes restés en piste là où tout le monde s'est arrêté, et nous avons tenté notre chance comme nous le faisons toujours, et c'est ce qui nous met dans ces situations où nous sommes dans les points."

Concernant la seconde pénalité d'Alonso, infligée pour avoir quitté la piste à la chicane et tiré un avantage durable (qui s'est matérialisé par un gain d'environ une seconde), alors même qu'avant celle-ci Albon n'était classé qu'à un peu plus de deux dixièmes de l'Espagnol, il a déclaré : "C'était un peu frustrant sur le moment, parce que j'ai entendu parler du court-circuitage et je me suis dit que j'aurais juste pu couper [également] et trouver ces trois dixièmes. C'est vraiment une bonne chose. Nous avons eu un point [supplémentaire] très mérité. Les qualifications ont été frustrantes, et obtenir ce bonus est vraiment une bonne chose".

Lire aussi :

partages
commentaires
Red Bull refroidit les espoirs de Ferrari sur ses dépenses
Article précédent

Red Bull refroidit les espoirs de Ferrari sur ses dépenses

Article suivant

Ferrari éloigne les curieux lors d'essais (très) privés à Monza

Ferrari éloigne les curieux lors d'essais (très) privés à Monza
Charger les commentaires