Alesi : Les qualifications seront cruciales en Hongrie

Après le Nürburgring, en Allemagne, les équipes se rendent vers un tracé totalement différent pour le GP de Hongrie, dernière manche avant la pause estivale

Après le Nürburgring, en Allemagne, les équipes se rendent vers un tracé totalement différent pour le GP de Hongrie, dernière manche avant la pause estivale.

Pirelli y proposera le pneu medium P Zero Blanc ainsi que le tendre P Zero Jaune. La même allocation que l’an dernier, mais avec des mélanges 2013 plus tendres, proposant encore plus de performance. L’élaboration des pneus a également évolué, la structure 2012 étant désormais couplée aux textures 2013. Ces pneus ont été testés avec succès à Silverstone la semaine dernière, les équipes y collectant beaucoup de données utiles pour le futur.

Le Hungaroring est un circuit sur lequel il est difficile de dépasser, bien qu’ils aient un petit peu allongé la ligne droite il y a quelques années pour fournir plus d’opportunités de dépassements, ce qui aide un petit peu. Cela signifie que les qualifications peuvent également être très importantes”, détaille Jean Alesi, ambassadeur de la marque italienne.

Les conditions climatiques du Hungaroring sont habituellement chaudes et ensoleillées, accentuant le travail réalisé par les pneus. Malgré tout, les vitesses moyennes sont peu élevées sur ce tracé étroit et sinueux, affectant ainsi les niveaux habituels d’usure et de dégradation.

On y trouve de la dégradation pneumatique, mais cela provient plus de la traction et des freinages que de virages à fortes énergies : il faut s’assurer que les pneus ne se fatiguent pas à la fin des relais en particulier”, décrit Alesi.

En dehors de l'aspect technique, la Hongrie trouve une place particulière dans l'histoire de la F1.

En dépit du fait d’être monté sur le podium, cela n’a jamais été, pour moi, un circuit particulièrement excitant sur lequel piloter. Mais il est très important dans l’histoire et la culture de la Formule 1 : la première fois que j’ai couru là-bas, la Hongrie était encore de l’autre côté du Rideau de Fer, et le Grand Prix a fait partie de ces choses qui ont amené du changement dans tant de pays de cette zone, qui était encore communiste à l’époque. Ce fut une période historique incroyablement excitante et la course fut le symbole de la libération qui arrivait. Ces jours sont maintenant loin, mais les fans sont toujours aussi passionnés et c’est pour cette raison que c’est toujours un plaisir de revenir” .

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jean Alesi
Type d'article Actualités