Aston Martin déplore "des manœuvres à la limite" d'Alfa Romeo

Mike Krack, directeur de l'équipe Aston Martin, a estimé que les pilotes Alfa Romeo s'étaient montrés agressifs lors du Grand Prix d'Abu Dhabi 2022 de F1.

Aston Martin déplore "des manœuvres à la limite" d'Alfa Romeo
Charger le lecteur audio

Cinq points séparaient Alfa Romeo et Aston Martin, sixième et septième du championnat constructeurs, avant le Grand Prix d'Abu Dhabi, finale de la saison 2022. Devancée par les monoplaces vertes en qualifications, l'équipe italo-suisse a opté pour une stratégie audacieuse en course, en sacrifiant volontairement la course de ses pilotes.

Puisqu'un meilleur classement offre des millions d'euros de primes, Valtteri Bottas et Zhou Guanyu ont eu pour mission de ralentir Sebastian Vettel et Lance Stroll afin que les pilotes Alpine et McLaren, qui étaient aux prises avec les AMR22 pour les derniers points en jeu en début de parcours, prennent suffisamment d'avance pour ne plus être rejoints.

Et le Finlandais et le Chinois sont parvenus à faire le nécessaire puisque Stroll et Vettel ne sont parvenus qu'à mettre leur équipe à égalité de points avec Alfa Romeo, qui a conservé l'avantage au nombre de cinquièmes places glanées cette saison (une seule, à Imola).

Interrogé par Motorsport.com sur le travail de sape d'Alfa, Mike Krack a expliqué qu'Aston Martin avait anticipé ce scénario mais a déploré l'agressivité déployée par Bottas et Zhou dans leur pilotage. "Pour moi, [les pilotes Alfa Romeo] se sont complètement concentrés sur nous. Certaines manœuvres étaient un peu à la limite, je pense, mais nous avions prévu que cela pourrait arriver. Donc, en amont, nous savions qu'il fallait être prudent lorsque nous les dépassions et je pense que nos deux pilotes ont plutôt bien géré la situation", a indiqué le directeur d'équipe.

Le Luxembourgeois a toutefois affirmé qu'il n'y avait aucune frustration à finir septième après une deuxième partie de saison particulièrement fructueuse, avec 37 points inscrits sur les onze derniers Grands Prix. "Nous ne devrions pas être frustrés par cette journée", a-t-il ajouté. "Dans l'ensemble, c'est une excellente fin de saison, ça aurait pu mal se passer aussi donc je pense que la frustration n'est pas appropriée."

Neuvième sur la grille de départ, Vettel a franchi la ligne d'arrivée en dixième position au terme d'une stratégie à un arrêt. L'Allemand a fait part de son mécontentement face au choix de son équipe à plusieurs reprises. Krack a réfuté que l'arrêt unique de Vettel ait été influencé par des inquiétudes vis-à-vis d'Alfa Romeo.

"Nous ne voulions pas épier Alfa dans cette situation", a-t-il dit. "Avant la course, ça ne s'est joué à rien entre les stratégies à un et deux arrêts et après la course, nous pouvons voir que certains pilotes ont fait un arrêt, d'autres deux. Ricciardo a aussi fait un arrêt. Au final, nous essayons de maximiser nos chances et nous n'avons pas regardé ce que faisait Alfa Romeo. Je comprends que Sebastian était un peu frustré parce qu'il a vu son coéquipier qui était sur une stratégie différente revenir sur lui [avant de le dépasser]."

Pourquoi Vettel ne s'est arrêté qu'une fois ?

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR22

Sebastian Vettel, Aston Martin AMR22

Contrairement à Vettel, Lance Stroll a été l'auteur de deux arrêts au stand, ce qui a aidé le Canadien à transformer sa 14e place sur la grille de départ en huitième sous la drapeau à damier. Et c'est la différence dans la gestion des pneus par Stroll et Vettel dans le premier relais, le quadruple Champion du monde ayant fait un meilleur travail, qui a encouragé l'équipe à n'immobiliser le #5 qu'une seule fois.

"C'est probablement l'une des raisons", a estimé Krack. "S'il avait un peu plus malmené [ses pneus], nous nous serions probablement arrêtés trois ou quatre tours plus tôt. Nous avions un tour optimum pour s'arrêter, que nous avons défini en amont, pour faire la course la plus rapide possible, en gros. Et puis il était difficile de faire quelque chose face aux gars de devant de toute façon, donc nous essayions de faire la course la plus rapide pour nous. Ces décisions devaient être prises en très peu de temps. Avec le recul, je pense qu'il aurait probablement été préférable de s'arrêter plus tôt et de faire deux [arrêts]."

Vettel était revenu sur les talons de Daniel Ricciardo dans les derniers kilomètres. L'abandon de Lewis Hamilton leur a permis de gagner une position, toutefois Vettel n'a pas pu trouver l'ouverture sur son ancien coéquipier, ce qui aurait assuré à Aston Martin la sixième place du championnat constructeurs.

"C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles nous voulions rester un peu plus longtemps [en piste] parce que cela nous donnait un plus grand écart [dans l'usure] des pneus en fin de course pour réaliser les dépassements nécessaires avec une stratégie différente des autres", a expliqué Krack. "C'est toujours le problème que nous rencontrons. Tout s'est passé comme prévu mais nous avons perdu une seconde ici, une seconde là, et c'est éliminatoire : nous n'avons devancé personne. Il n'était pas à des kilomètres de Lance finalement, mais le double arrêt était probablement la meilleure stratégie pour nous."

Avec Adam Cooper

Lire aussi :
partages
commentaires

Gasly "agréablement surpris" par son premier jour chez Alpine

Horner : Pérez aurait été "à l'agonie" avec un seul arrêt