Alfa Romeo en F1 pourrait relancer la filière de pilotes italiens

partages
commentaires
Alfa Romeo en F1 pourrait relancer la filière de pilotes italiens
Valentin Khorounzhiy
Par : Valentin Khorounzhiy
21 déc. 2016 à 13:00

Déjà évoquée à plusieurs reprises par Sergio Marchionne, la perspective de relancer une équipe Alfa Romeo en F1 pourrait, si le projet voit le jour, permettre à de jeunes pilotes italiens d'accéder à la catégorie reine.

Scuderia Ferrari, Alfa Romeo
Kimi Raikkonen, Scuderia Ferrari et Sebastian Vettel, Scuderia Ferrari
Le logo Alfa Romeo
Niki Lauda, Brabham BT48 Alfa Romeo
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H devant Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H et son équipier Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H dans le Parc Fermé
Sergio Marchionne, Président de Ferrari President et PDG de Fiat Chrysler Automobiles, avec Maurizio Arrivabene, directeur Ferrari Team
Antonio Fuoco et Charles Leclerc, Prema racing
Antonio Giovinazzi, Arden International

Aucun pilote italien n'a pris le départ d'un Grand Prix de F1 depuis Jarno Trulli et Vitantonio Liuzzi à Interlagos en 2011. Du côté de Ferrari, le dernier pilote transalpin à s'être assis dans le baquet d'une monoplace rouge en course est Giancarlo Fisichella, lorsqu'il avait remplacé Felipe Massa en fin de saison 2009.

Cette semaine, la Scuderia a annoncé l'arrivée d'Antonio Giovinazzi en qualité de troisième pilote pour 2017. Cependant, l'horizon à court terme peut sembler bouché, et Sergio Marchionne reconnaît que le lancement d'un programme Alfa Romeo en F1 pourrait être la meilleure manière de relancer une filière de pilotes italiens au plus haut niveau.

"En F1, Alfa Romeo pourrait devenir un bon terreau pour de jeunes pilotes italiens", admet le président de Ferrari. "Le meilleur, Giovinazzi, est déjà avec nous, mais il y en a d'autres, et ils ont du mal à trouver de la place. Alfa Romeo, plus qu'être notre équipe cliente, pourrait leur offrir cet espace."

Encore un peu trop tôt ?

Marchionne soutient de longue date l'idée d'une équipe Alfa Romeo soutenue par Ferrari dans la catégorie reine, mais une fois encore, il précise qu'il faut encore "attendre un peu", un tel programme étant directement lié aux projets clé de la marque en matière de voiture de série. 

"Il y a de la place pour Alfa Romeo, c'est un projet qui, quelle que soit sa forme, doit trouver sa place", souligne-t-il. "Nous avons discuté avec [Mattia] Binotto et [Maurizio] Arrivabene pour comprendre de quelle manière Alfa Romeo pourrait collaborer avec Ferrari."

"Le problème est que, pour le moment, en raison du lancement prochain de voitures de série, il y a déjà de nombreux engagements sur le plan financier. Avec le lancement de la Giulia et du Stelvio, nous devons attendre un peu, mais j'espère pouvoir relancer ça."

Néanmoins, si une deuxième équipe au nom d'Alfa Romeo voyait le jour et permettrait de placer de jeunes pilotes, Ferrari n'imagine pas adopter un modèle similaire à celui de Red Bull avec Toro Rosso. Actuellement, la Ferrari Driver Academy compte notamment dans ses rangs Charles Leclerc et Antonio Fuoco, qui seront tous les deux en GP2 l'an prochain, tout comme Giovinazzi. 

"Nous n'essayons pas d'imiter ce que fait Marko [le conseiller spécial de Red Bull] avec Verstappen chez Red Bull", prévient Marchionne. "C'est un cas unique, et nous ne pouvons pas le reproduire. Nous aimons Giovinazzi car c'est un grand pilote. La Scuderia doit avoir un groupe de jeunes pilotes qui doivent être prêts."

Article suivant
Marchionne - Parler d'avenir avec Vettel est inutile sans victoire

Article précédent

Marchionne - Parler d'avenir avec Vettel est inutile sans victoire

Article suivant

Des cadeaux aux couleurs de la F1 sur Motorstore.com !

Des cadeaux aux couleurs de la F1 sur Motorstore.com !
Charger les commentaires