Alfa Romeo va lancer un nouveau plancher à Imola

L'écurie Alfa Romeo disposera d'un nouveau plancher à Imola, alors qu'elle tente de se maintenir dans la bataille du milieu de tableau.

Zhou Guanyu, Alfa Romeo C42

Photo de: Mark Sutton / Motorsport Images

Alfa Romeo occupe actuellement la sixième place du championnat constructeurs en Formule 1, Valtteri Bottas ayant signé une sixième et une huitième place en trois départs avec l'équipe, tandis que le rookie Zhou Guanyu a apporté sa contribution avec une dixième position.

Désormais, il s'agit de tenir le rythme de la concurrence dans la course au développement afin de poursuivre la bataille lors du reste de la saison, comme le reconnaît le directeur d'équipe Frédéric Vasseur : il y aura ainsi un nouveau plancher sur la C42 à Imola.

"Je suis parfaitement satisfait des résultats des trois premiers Grands Prix", indique Vasseur à Motorsport.com. "Je sais aussi que le développement commence maintenant, à partir d'Imola et de Barcelone, il faut donc que nous soyons présents au bon moment. Nous avons des évolutions dans les tuyaux, comme tout le monde, mais il faut qu'elles fonctionnent, et qu'elles fonctionnent comme prévu. Nous aurons une nouvelle pièce sur le plancher pour Imola – ce sera seulement le plancher cette semaine. Jusqu'à présent, ça se présente bien."

Valtteri Bottas, Alfa Romeo C42

Valtteri Bottas, Alfa Romeo C42

La Scuderia Ferrari, qui motorise d'ailleurs Alfa Romeo, n'a pas encore apporté d'évolution en 2022, et son directeur Mattia Binotto a fait savoir que le plan était de ne pas le faire à Imola en raison du format sprint et notamment du temps d'essais libres réduit. En revanche, la stratégie d'Alfa est de lancer les développements dès que possible plutôt que de s'inquiéter outre mesure des caractéristiques de tel circuit et de tel week-end de course.

"Si nous attendons après Imola, c'est Miami, qui est assez délicat. Ensuite, nous avons Barcelone, ce qui est bien, mais ensuite c'est Monaco, Bakou, Montréal… Vous avez peut-être deux approches différentes entre les équipes. Est-il plus facile d'apporter un gros package tous les quatre week-ends ou d'essayer d'introduire un composant à chaque manche ?”

"Nous avons fait comme ça il y a trois ans, parce qu'en 2020 et 2021, nous n'avons pas développé la voiture", poursuit le patron de l'écurie. "Et je pense que cela avait fonctionné pour nous, et nous aurons la même approche cette année. Nous allons essayer d'apporter des mises à jour, pas à chaque course, mais presque. Et nous aurons la première à Imola, une autre à Barcelone, et nous allons essayer de continuer à pousser et à développer aussi longtemps que nous le pouvons."

Vasseur reconnait que le format sprint rend plus difficile l'introduction de changements sur la voiture, mais le Français insiste sur le fait que l'équipe a les capacités pour y faire face.

"C'est sûr que ce n'est pas facile quand c'est le début de la saison, et nous sommes encore dans le processus d'introduction des mises à jour. Mais je pense que c'est la même chose pour tout le monde. C'est à l'équipe de décider si elle veut avoir une mise à jour ou pas. C'est aux pilotes d'être prêts à faire du bon travail lors des essais libres. Nous connaissons la règle aujourd'hui et pour moi ce n'est pas un drame. Vous avez des tonnes de championnats dans le monde entier avec une heure d'essais libres ou même moins. Mais au final, c'est toujours le meilleur pilote qui gagne le championnat", conclut-il.

Lire aussi :

Rejoignez la communauté Motorsport

Commentez cet article

Voir aussi :

Article précédent Aston Martin, un défi qu'il aurait été "facile de fuir"
Article suivant Courses sprint : ce qui change en 2022

Meilleurs commentaires

Il n'y a pas de commentaire pour le moment. Souhaitez-vous en écrire un ?

Abonnez-vous gratuitement

  • Accédez rapidement à vos articles favoris

  • Gérez les alertes sur les infos de dernière minute et vos pilotes préférés

  • Donnez votre avis en commentant l'article

Motorsport Prime

Découvrez du contenu premium
S'abonner

Édition

France