Pas de grands rassemblements en Allemagne et Belgique jusqu'à fin août

L'Allemagne et la Belgique ont décidé d'interdire tous les événements sportifs réunissant du public jusqu'à la fin de l'été : plusieurs courses sont concernées dans différentes disciplines.

Pas de grands rassemblements en Allemagne et Belgique jusqu'à fin août

Dans une Europe confinée à grande échelle pour lutter contre la propagation du COVID-19, plusieurs pays tentent d'amorcer un calendrier de déconfinement avec des approches qui varient. La sortie de crise paraît toutefois encore très lointaine, comme on a pu le constater lundi soir en France avec les mesures annoncées par le chef de l'État.

Ce mercredi, ce sont l'Allemagne et la Belgique qui ont pris des décisions et fixé des échéances, le tout avec un degré d'incertitude qui persiste, lié au caractère encore évolutif de l'épidémie. Pour les deux pays, on retiendra toutefois un choix similaire : l'interdiction de tout événement rassemblant un public nombreux jusqu'au 31 août prochain. Sur ce point, il s'agit d'un horizon plus éloigné que celui évoqué en France par Emmanuel Macron, qui a parlé d'une interdiction de tels rassemblement jusqu'à mi-juillet "au moins".

Lire aussi :

Dans les faits, les annonces allemande et belge concernent plusieurs événements de sports mécaniques majeurs. À l'heure où toutes les disciplines sont à l'arrêt et tentent d'y voir clair pour éventuellement agencer des calendriers alternatifs, c'est donc un nouvel élément à prendre en considération.

Sur cette période qui porte jusqu'à fin août, on retient notamment que les compétitions suivantes doivent avoir lieu :

  • 21 juin : GP d'Allemagne MotoGP
  • 21 juin : E-Prix de Berlin
  • 2 août : WorldSBK à Oschersleben
  • 16 août : 6 Heures de Spa-Francorchamps WEC
  • 30 août : Grand Prix de Belgique de Formule 1

Bien entendu, les annonces gouvernementales en Allemagne et en Belgique n'ouvrent pas automatiquement la voie à une annulation ou à un report, puisque la piste d'événements organisés à huis clos ne peut pas être totalement exclue. C'est notamment l'une des options étudiées par le MotoGP, alors que suite aux différents reports et annulations, la manche allemande au Sachsenring est la première figurant encore théoriquement à son calendrier. Néanmoins, les dirigeants du championnat ont récemment indiqué que "pour l'instant, on pourrait dire que [le MotoGP n'a] pas de calendrier", l'instabilité de la situation mondiale poussant à la patience avant de pouvoir définir un nouvel agenda.

Lire aussi :

Le Sachsenring, hôte du Grand Prix d'Allemagne MotoGP

Le Sachsenring, hôte du Grand Prix d'Allemagne MotoGP

Concernant la Formule 1, les dernières déclarations publiques faisaient part d'une volonté de lancer la saison à partir du mois de juillet dans le scénario le plus optimiste, s'appuyant là aussi sur l'hypothèse d'épreuves à huis clos. Cette piste n'est pas exclue, notamment suite à la porte entrouverte aujourd'hui par le gouvernement autrichien : celui-ci ne souhaite pas en effet se "mettre en travers" d'un maintien de l'épreuve du Red Bull Ring, si elle peut se dérouler sans spectateurs et dans le respect des règles sanitaires mises en place dans le pays. Une option possible, donc, pour maintenir certaines épreuves, mais refusée par d'autres épreuves à l'image du GP des Pays-Bas.

Enfin, pour ce qui est du WEC, la manche de Spa-Francorchamps a été décalée à la mi-août dans le cadre du calendrier alternatif publié il y a une dizaine de jours, après avoir été déprogrammée une première fois de sa date initiale, fin avril. C'est sur cette piste également que doit se rendre la F1 deux semaines plus tard.

"Le circuit reste attentif à la prochaine communication du Conseil National de Sécurité", fait savoir ce soir Spa-Francorchamps, dont les portes restent closes au moins jusqu'au 3 mai. "Nous ne manquerons pas de vous informer, dès que possible, de toute nouvelle évolution."

partages
commentaires
Le WEC mise sur la simplification pour surmonter la crise

Article précédent

Le WEC mise sur la simplification pour surmonter la crise

Article suivant

Le WEC envisage toujours Spa en août

Le WEC envisage toujours Spa en août
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021