Allison : La E20 est excellente depuis le début

Les modifications de règlement et le tourbillon des essais d’hiver ont bien occupé le directeur technique du Lotus F1 Team, James Allison

Les modifications de règlement et le tourbillon des essais d’hiver ont bien occupé le directeur technique du Lotus F1 Team, James Allison. Mais il perçoit un gros potentiel dans la E20.

Quelles ont été les principales difficultés provenant des règlements 2012 ?

"Le point le plus important, et de loin, est l’abolition des diffuseurs soufflés. Ce seul élément a été prédominant la saison dernière sur toutes les voitures. Aussi les instances dirigeantes et les équipes ont-elles convenu qu’il fallait restreindre ce boulevard de développement. Le règlement 2012 laisse toujours l’opportunité de bénéficier d’un appui résiduel issu des échappements, mais très réduit en comparaison avec celui de 2011. Autrement dit, le challenge pour 2012 consistait à réinventer le dessin de la voiture sans les diffuseurs soufflés qui commandaient les designs de 2011."

Comment se passe le travail avec Kimi Räikkönen ?

"Je dois dire que cela a été un plaisir immense lors des tests hivernaux. Il a été capable de soutenir une distance de course dès son premier jour sans aucun signe de lassitude. Il était clair, d’emblée, qu’il est revenu dans une forme physique impeccable et avec un enthousiasme de junior pour réussir. C’est un vrai plaisir pour les ingénieurs de travailler avec lui, il donne un feedback très clair et d’une manière très civilisée."

Comment Romain a-t-il abordé son challenge ?

"Romain est un jeune talent plein de fraicheur. A Jerez, il a montré ses capacités à réaliser des chronos très respectables. A l’évidence, il a assimilé toutes les informations que nous lui avons données après ces premiers tests et il a tout appliqué la fois suivante à Barcelone. Cela a été une très agréable surprise de trouver un pilote aussi réceptif à notre apport et qui se montre capable de réagir et de mettre en application les enseignements aussi vite et de manière aussi intelligente."

A propos du montage de la suspension avant, à quel point était-ce un coup d’arrêt ?

"L’expression coup d’arrêt est appropriée : nous avons perdu quatre jours d’essais. Le point positif est que notre voiture s’est avérée fiable lors de la première session, autrement dit, la base était déjà solide. Nous n’avions donc pas vraiment de doute sur notre capacité à effectuer un gros kilométrage, une fois le défaut sur le châssis corrigé. Néanmoins, cela nous a fait perdre du temps pour les réglages, ainsi qu’une opportunité pour nos pilotes d’accumuler les kilomètres et pour toute l’équipe c’est un manque sur la connaissance des pneus. Autant d’inconvénients mal venus, mais rien de mortel cependant."

Comment avez-vous pu régler le problème si rapidement ?

"Le diagnostic a été très rapide. A la fin de la journée, nous avions déjà un nouveau dessin pour corriger le défaut. La difficulté, alors, a été de gérer l’implantation de cette correction suffisamment vite pour être prêts pour la seconde session de Barcelone."

L’attention des médias s’est focalisée sur ce souci de châssis, mais avez-vous subi d’autres ennuis sur la E20 ?

"Nous avons constaté des fuites d’eau mineures à Jerez, mais nous y avons remédié rapidement et facilement. Tout va bien maintenant. Un autre ennui s’est fait jour sur une colonne de direction à Barcelone, mais en dehors de cela, la voiture est excellente depuis le début."

Que pensez-vous des pneus Pirelli 2012 ?

"Ils ont l’air de bien fonctionner avec la E20. Nous avons pu réaliser des bons chronos et nous avons constaté une bonne mise en température. La dégradation semble aller dans le sens des courses que le public apprécie. Les pneus ne se détruisent pas trop vite pour éviter que les courses ne deviennent une litanie insensée de pit stops. Mais ils proposent un écart de performance suffisant entre les différents types de gomme pour que le spectacle reste intéressant."

La voiture qui courra en Australie sera-t-elle identique à celle de Barcelone ?

"Si vous regardez attentivement, nous avons prévu quelques petites surprises pour l’Australie."

L’esthétique des nez cassés a fait beaucoup parler. Quel est votre sentiment sur le sujet ?

"Je suis d’accord, ce n’est pas très beau, mais vous finissez par vous y habituer."

En terme de potentiel, pensez-vous que la E20 puisse défier le top quatre ?

"C’est ce que nous visons et je crois que nous pouvons dire haut et fort que nous en sommes capables. Cela dit, la hiérarchie de la grille est notoirement difficile à lire d’après les essais hivernaux."

[Communiqué de Lotus F1 Team]

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen
Équipes Lotus F1
Type d'article Actualités