Allison : La E21 devrait être à l'aise dans la fraicheur

En Malaisie, le Lotus F1 Team a vécu un week-end plus compliqué que prévu

En Malaisie, le Lotus F1 Team a vécu un week-end plus compliqué que prévu. A quelques jours du Grand Prix de Chine, James Allison, le directeur technique de l'écurie britannique, s'est confié sur les récentes performances de la Lotus E21. Melbourne et Sepang possèdent des caractérises assez similaires. En quoi Shanghai est-il différent ?
La Chine propose un challenge assez différent des deux derniers circuits. Melbourne présente beaucoup de virages à vitesse moyennement élevée et relativement peu dans les extrêmes, haute ou basse vitesse. Sepang offre une palette assez raisonnable, peut-être légèrement orientée sur les virages à haute vitesse plutôt que sur les moyennes vitesses. Par contraste, Shanghaï n’a pratiquement aucun virage très rapide, mais les virages lents sont prédominants, avec une série de passages à moyenne vitesse. Certains virages lents ont un rayon étendu, même avec des arcs se resserrant. Cela fournit un test plutôt rude pour les pneus, parce que le couple est nettement supérieur au grip et par conséquent, il est très facile de détruire un train de pneus assez rapidement. Il fait aussi assez frais à Shanghaï généralement – en dessous des normales saisonnières l’an dernier – ce qui signifie que le graining sera encore un problème. En particulier à cause du revêtement très lisse, comparable à celui de Melbourne. D’après ce que nous avons appris pour l’instant, la E21 se comporte correctement là où le graining est monnaie courante, aussi j’espère que cela se prolongera en Chine. En 2012, le rythme de Kimi s'est effondré en fin de course ? Pour quelle raison ?
Nous avions décidé d’une stratégie qui amenait nos deux pilotes à effectuer un arrêt de moins que les autres. A la fin, cela s’est avéré trop osé pour Kimi, situation due largement au fait qu’il est très légèrement plus agressif sur ses pneus avant que Romain. La course s’est avérée être un festival de graining sur les gommes avant, ce qui était malheureux, parce qu’il était en bonne posture auparavant. Certaines équipes avancent que les pneus de cette année ont trop d'écart avec ceux de 2012. Êtes-vous d'accord ?
Pas vraiment. Ils sont juste un cran plus tendres que l’an dernier et leur nouvelle construction rend plus difficile l’exploitation de la gomme sur la partie intérieure du pneu. En d’autres termes, il y a moins de gomme disponible parce qu’il est très compliqué d’obtenir que toute la largeur du pneu soit en contact avec la piste. Certaines équipes sont en faveur du retour aux pneus de l’an dernier, mais les teams poussent toujours dans le sens de leurs propres intérêts. Notre avis est que les pneus actuels donnent des courses plaisantes, mais ensuite nous dirions que notre voiture tend à s’améliorer avec des gommes tendres. Les mauvaises conditions climatiques en Malaisie n'ont pas joué en votre faveur. Où en êtes-vous sur ce sujet ?
Le résultat de Sepang n’était, évidemment, pas celui que nous attendions. Mais il peut largement être attribué au fait que nous comptions une demi-minute de retard après sept tours. Je dois être complètement candide en disant que le terrain humide n’est pas notre fort. Nous avons du mal à faire monter les pneus intermédiaires suffisamment en température pour coller à la route et notre actuelle configuration d’aileron arrière – qui est stable aérodynamiquement sous la pluie – ne génère pas les niveaux d’appuis requis pour piste humide. Malheureusement, nous devrons nous battre avec cela tant que nous n’aurons pas apporté un nouvel aileron arrière offrant plus d’appui. Romain a montré des progrès visibles en Malaisie. Est-il plus satisfait de la voiture maintenant ?
Romain a démarré le week-end avec un réglage qui était beaucoup trop orienté sur le survirage. Mais en avançant graduellement vers des niveaux de sous-virage plus élevés, il s’est trouvé notablement plus à l’aise dans la voiture et par conséquent, il a pu accomplir une très belle course. Comme je l’ai dit précédemment, ces pneus profitent vraiment à une voiture bien équilibrée, mais le format des week-ends impose suffisamment de contraintes horaires pour qu’il soit difficile de trouver ce point précis d’équilibre. A Melbourne, nous n’avons pas vraiment pu définir la zone avec Romain, mais à la fin de la semaine en Malaisie, nous étions beaucoup plus proches de ses préférences et il nous en a récompensés avec une prestation remarquable. Des évolutions sont-elles prévues pour la Chine ?
La voiture de Romain sera équipée de la dernière spécification d’échappements et de carrosserie utilisée en Malaisie par Kimi. Nous aurons aussi quelques petites modifications sur l’aileron avant, sur l’aileron arrière et sur les déflecteurs de ponton. Un des bénéfices du nouveau package d’échappements est un accroissement de l’appui sur l’arrière dans les virages où la proportion de la vitesse d’échappement par rapport à la vitesse de la voiture est élevée, ce qui tend à être le cas dans les virages lents. C’est un bon pas en avant dont nous espérons qu’il nous aide à préserver les pneus sur ce type de circuit.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Lotus F1
Type d'article Actualités