Taiseux sur Ferrari, Allison estime que Mercedes "permet de se démarquer"

partages
commentaires
Taiseux sur Ferrari, Allison estime que Mercedes
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
24 oct. 2017 à 08:04

L'ingénieur britannique n'a été que l'une des nombreuses pièces du succès de Mercedes en 2017, après avoir rejoint l'équipe quand celle-ci avait déjà bien mis en place sa mécanique gagnante.

Simon Cole, ingénieur de piste Mercedes AMG F1 et James Allison, directeur technique Mercedes AMG F1
James Allison, directeur technique Mercedes AMG F1
Le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 fête sa victoire sur le podium avec James Allison, directeur technique Mercedes, le deuxième, Sebastian Vettel, Ferrari et le troisième, Kimi Raikkonen, Ferrari
Lewis Hamilton, Mercedes-Benz F1 W08
James Allison, directeur technique Mercedes AMG F1
James Allison, directeur technique Mercedes AMG F1, lors de la conférence de presse
James Allison, directeur technique, Mercedes AMG F1, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Andy Shovlin, ingénieur Mercedes AMG F1 W08, James Allison, directeur technique Mercedes AMG F1 W08 et Toto Wolff, directeur exécutif Mercedes AMG F1 W08
James Allison, directeur technique, Mercedes AMG F1, reçoit le trophée des constructeurs
James Allison, directeur technique Mercedes AMG F1, le vainqueur Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 et les troisième Kimi Raikkonen, Ferrari, sur le podium
James Allison, directeur technique Mercedes AMG F1, lors de la conférence de presse
James Allison, directeur technique de Mercedes F1
James Allison, directeur technique, Mercedes AMG F1, signe un autographe
James Allison, directeur technique, Mercedes AMG F1

Directeur technique ayant rejoint Mercedes cette année en provenance de Ferrari, James Allison a été rapidement intégré au fonctionnement de l’équipe qui détenait à son arrivée trois titres mondiaux consécutifs par équipe et autant chez les pilotes.

Désormais, le Britannique peut mettre son nom sur le palmarès 2017, avec la couronne constructeurs sécurisée ce week-end à Austin, alors que les 35 points inscrits ce dimanche avec la victoire de Lewis Hamilton et la cinquième place de Valtteri Bottas ont assuré à Mercedes une marge sur Ferrari de déjà 147 points. C’est d’ailleurs à lui qu’est revenu l’honneur d’aller célébrer la victoire du jour sur le podium texan.

"C'est un immense privilège," savourait Allison au micro de Sky Sports. "Je suis très reconnaissant d'avoir pu rejoindre une si grande équipe et jouer un rôle dans cette réussite, alors qu'il y avait un énorme changement de réglementation. Je suis ravi d'avoir pu monter sur le podium aujourd'hui."

"La saison a été extrêmement disputée. Les voitures sont séparées par des fractions de secondes, et c'est pourquoi le classement fait le yo-yo. Mais cette équipe a trouvé un peu par-ci, un peu par-là, ce qui a fait de ce championnat l'un des plus fantastiques de ces dernières années."

Une vraie compétition 

Les différences de forme affichées cette année par les différentes équipes, non seulement en fonction de l’exploitation des moteurs, mais aussi des pneus et des forces et faiblesses châssis, ont en effet fourni une saison passionnante. Chez Mercedes, la force a essentiellement concerné le rythme en qualifications, ainsi que l’aptitude du team à maintenir une fiabilité remarquable sans faire de compromis sur la performance.

"Vous savez qu'il y a toujours du yo-yo d'un circuit sur l'autre, et quand l'écart est très faible toute l'année, le moindre réglage aéro peut faire la différence pour la victoire. Nous avons l'avantage au niveau du rythme en moyenne cette saison."

"Nous n'avons pas sacrifié la performance, c'est juste notre culture implacable à ce sujet. Les personnes en charge de la fiabilité assument une tâche qui n'est pas glamour, mais le résultat, c'est que notre F1 a la fiabilité que l'on attend d'une voiture de course".

"Cette équipe permet aux personnes de se démarquer" 

Avec modestie, Allison reconnaît que son niveau d’intervention dans le dispositif de cette saison 2017 victorieuse demeure anecdotique.

"La vérité, c'est que ce ne sera jamais une voiture de James Allison, parce que Mercedes est une équipe composée de centaines de personnes, et chacun joue un rôle. Je ne suis qu'une pièce de cette équipe, même si j'espère que c'est une pièce utile ! Tous les gens que vous voyez là dans le garage contribuent à la voiture. Ce n'est pas la voiture de quelqu'un en particulier."

Le retour de Red Bull en fin de saison a aussi averti Mercedes qu’il ne fallait pas relâcher l’attention ou ne se concentrer que sur le rival aux voitures rouges. Une équipe de Maranello sur laquelle Allison ne souhaite pas réellement s'étendre mais en lâche finalement assez en lançant un compliment à son équipe actuelle.

"Je ne vais pas faire de commentaire sur la Scuderia, je ne travaille plus pour elle. Mais ils ont fait une très bonne saison, et nous ne les avons pas encore battus au championnat des pilotes. Mais cette équipe [Mercedes, ndlr] permet aux personnes de se démarquer et de faire leur contribution avec courage. C'est un environnement de travail enivrant."

"Nous ne doutons pas que nous sommes opposés à des concurrents très compétitifs. Quand je suis arrivé au mois de mars, j'ai trouvé une équipe qui avait remporté trois championnats mais savait que le suivant ne lui était pas assuré. Nous avons une peur et un respect naturels pour nos concurrents."

Prochain article Formule 1
Prost : Le quatrième titre de Hamilton sera "très mérité"

Article précédent

Prost : Le quatrième titre de Hamilton sera "très mérité"

Article suivant

Alonso : "Bien plus logique" que Hamilton soit aussi titré que Vettel

Alonso : "Bien plus logique" que Hamilton soit aussi titré que Vettel
Charger les commentaires