Alonso : "Il y a plus d'amateurs" en F1 qu'en WEC

Pris dans la nasse au premier tour et heurté par Lance Stroll, Fernando Alonso était très remonté à l'issue du Grand Prix des États-Unis. Jusqu'à se lancer dans une comparaison qui n'engage que lui.

Alonso : "Il y a plus d'amateurs" en F1 qu'en WEC
Fernando Alonso, McLaren MCL33, abandonne
Lance Stroll, Williams FW41 et Fernando Alonso, McLaren MCL33 s'accrochent
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren, et l'équipe McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+ et Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33 in his pit box

Alors qu'il se faisait une joie de retrouver le sol américain, Fernando Alonso aura vu son Grand Prix des États-Unis ne durer que quelques hectomètres. Pris dans les multiples incidents du premier tour dans les esses, l'Espagnol a été contraint à l'abandon en raison des dégâts trop importants sur sa monoplace.

Le double Champion du monde a été heurté par Lance Stroll, ce dernier ayant ensuite été pénalisé d'un drive through par les commissaires. Une sanction qui n'a pas apaisé pour autant la déception d'un Alonso très critique envers les autres pilotes après ce premier tour chaotique.

Lire aussi :

"Je ne suis pas fâché", a-t-il assuré. "Je suis déçu car je passe neuf jours ici aux États-Unis pour faire une course, je fais 600 mètres et ils vous poussent dehors. C'est comme ça, mais c'est davantage un problème pour la FIA s'ils veulent continuer à autoriser ce type de pilotage."

Visiblement agacé, le pilote McLaren s'est ensuite lancé dans une comparaison délicate avec le WEC, Championnat du monde d'Endurance auquel il participe avec Toyota depuis cette année.

"Je cours dans un autre championnat avec des pilotes théoriquement amateurs, et il n'y a jamais eu de problème", insiste-t-il. "Il y a plus d'amateurs ici que dans d'autres championnats. Peut-être qu'ils agiront lorsqu'il y aura un gros accident. En attendant, nous essaierons de nous amuser dans d'autres championnats où nous courrons contre 34 autos, contre des amateurs, contre des gens de 60 ans et où il ne se passe jamais rien. Ici il nous faut des pare-chocs, comme sur les kartings de location, pour que nous puissions tous nous accrocher les uns avec les autres."

"Je roule en WEC et ils sont très agressifs aussi, nous avons trois catégories différentes là-bas, des pilotes amateurs en GTE Am, mais personne ne s'accroche. C'est une autre mentalité. Parfois on fait une erreur ou on essaie de prendre un risque au départ, ou bien on dépasse le point de freinage. Mais c'est comme à Spa, où il y a le départ et, soudainement, on joue au bowling avec vous. Ici pareil, il y a le départ et ils jouent au bowling, on a de la malchance et il faut abandonner."

Quelques heures après le Grand Prix, Alonso s'est tout de même fendu d'une réaction plus mesurée sur son compte Twitter, après avoir pris le temps de regarder de plus près les images du départ. Il a estimé qu'il n'y avait finalement "pas grand-chose que quiconque pouvait faire" dans ce premier tour, et qu'il y avait tout simplement "trop de voitures ensemble au virage 4".

partages
commentaires
Magnussen : C'était de la "Formule Économie d'Essence", pas de la F1

Article précédent

Magnussen : C'était de la "Formule Économie d'Essence", pas de la F1

Article suivant

Renault s'offre son meilleur score de la saison !

Renault s'offre son meilleur score de la saison !
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021