Alonso : "Je suis favorable au Halo" après avoir perdu des amis

Les réminiscences des accidents mortels de Justin Wilson (IndyCar) et Jules Bianchi (F1) font penser à Alonso que plus de protection de la tête est la voie à suivre pour les sports mécaniques.

Alonso : "Je suis favorable au Halo" après avoir perdu des amis
Fernando Alonso, McLaren en conférence de presse
Jules Bianchi, Marussia F1 Team
Hommage à Justin Wilson
Massimo Rivola, Fernando Alonso, Marco Mattiacci, Kimi Räikkönen et leq membres des équipes Ferrari et Marussia apportent leur soutien à Jules Bianchi
Fernando Alonso, McLaren MP4-31, avec le Halo
Charger le lecteur audio

Alors que les critiques fusent de toutes parts concernant l’introduction obligatoire du Halo en F1 en 2018, certains, comme Fernando Alonso, voient l’arrivée de cette protection comme quelque chose de positif.

Actuellement dans sa 16e saison au sommet, le pilote espagnol voit avant tout le potentiel salvateur de la technologie et pense à ceux qui ont été fatalement touchés à la tête dans un passé récent.

"J’y suis favorable : je suis positif au sujet du Halo", commente-t-il ainsi dans le paddock de Budapest. "Je pense que si une protection additionnelle pour nos têtes peut nous sauver la vie, elle vaut la peine d’être introduite. J’ai malheureusement perdu des amis, des collègues au cours de mon parcours en monoplace. Justin Wilson, et Jules [Bianchi]. Dans certains accidents, ça aurait pu aider dans ces conditions. En termes d’esthétique, il est difficile de satisfaire le monde entier et ça n’arrivera jamais."

"Je me souviens qu’il n’y avait pas de ceintures de sécurité en F1 il y a 50 ans. De nos jours, avec les réseaux sociaux, tout le monde peut commencer à dire 'la F1 ne devrait pas avoir de ceintures parce que les pilotes bougent et que c’est l’ADN de la Formule 1'. Ce n’est pas vrai. Si un dispositif permet d’améliorer la sécurité, introduisons-le et occupons-nous de son look dans le futur".

Le Halo a de nouveau été testé sur le circuit du Hungaroring, à l'occasion des essais qui ont suivi le Grand Prix, la Mercedes W08 pilotée par George Russell ayant été dotée de ce dispositif en début de journée de mercredi.

 
partages
commentaires
Kubica n'est "pas heureux à 100%" mais n'a pas ressenti de douleurs
Article précédent

Kubica n'est "pas heureux à 100%" mais n'a pas ressenti de douleurs

Article suivant

Toro Rosso-Honda : les discussions progressent pour 2018

Toro Rosso-Honda : les discussions progressent pour 2018